Archives pour la catégorie Non classé

neige

Les péripéties du lundi – S5 – 2014

Yo.

Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ?

Ca marche.

C’est tout.

A la semaine prochaine ! Je vous aime !

Bisoux !

Fichtre ? Mais de quoi tu parles qui marche ?! La V3 ????

Oui. Ehhhhh oui. la V3. Vous ne l’attendiez pas hein ? Et pourtant, les gros bugs résolus, il est désormais possible d’uploader et d’écouter des morceaux sans être sauvagement agressé par un log de debug vous annonçant qu’il y a un problème d’encodage à la ligne 365 (petite note au passage : je trouve ça assez révoltant qu’il faille faire des pieds et des mains en 2014 pour que l’informatique – aux standards encore très américains- accepte un bête accent. Ceci dit ça évolue. Merci python 3) .

Pire ! On peut lire des morceaux sans que le player vous rétorque que votre fichier est aussi corrompu que l’UIMM.

N’oubliez pas que les anciens morceaux sont là

Fini… Fini ?

Eh bien non ! Bien sûr que non… Quiconque s’est attelé à un gros chantier le sait : rien n’est jamais « fini fini » (je suis convaincu qu’il y a un mythe grec qui est la métaphore de ça). De plus on est encore à un stade « alpha ». C’est à dire que le vélo roule, mais il faut dévoiler les roues, ajuster les freins, mettre une meilleure selle… Je l’utiliserais pas encore pour une ballade en montagne, mais au moins ça dépanne pour aller chercher le pain.

Les métaphores de cette chronique sont de mieux en mieux.

Quoi qui reste à faire ?

Bah… ajuster les freins, dévoiler les roues…. ah ! En vrai, vous voulez dire ? Il suffit de consulter la liste des tâches ouvertes (auxquels s’ajoute les « petites » tâches notées sur mes papiers-jaunes-collants-avec-de-la-colle-qui-ne-colle-pas – pas de photo aujourd’hui, je ne suis pas chez moi).

Si vous pensez qu’il manque encore plein de truc pour que ça soit vraiment super génial top moumouthe : je le sais. C’est noté. On s’en occupe. En premier lieu un « mini player » pour ne pas avoir à aller au sommet de la page à chaque fois. Oh ! et la page d’accueil est bien quand on a sélectionné un groupe, mais sinon ce rose tout seul… brrrr ! Je dis ça juste pour que vous vous rendiez compte que je ne suis pas complètement pourri d’autosatisfaction et que je vois les problèmes qui sont sous mon nez.

N’oubliez pas (oui je me répète) que votre aide est indispensable pour débusquer les problèmes. Merci infiniment à tout ceux qui prennent le temps de rédiger des rapports de bugs ! Pour dogmazic et pour les autres sites

LA priorité de la semaine à venir

Outre quelques petites corrections ci et là que je ferais que j’aurais le temps, je vais être obligé de laisser le site en stand-by pendant un petit moment pour m’atteler, avec les collègues (ça veut aussi dire vous ) à une tâche de première importance : trouver des sous.

Des sous ? Pour qui ? Pourquoi ?

On l’a répété bien des fois, mais nous avons récupéré les rênes d’une association qui était financièrement à l’agonie. Les comptes en banque étaient quasi vides (vie associative nulle depuis plusieurs mois donc peu de dons) et nous avons eu à faire pas mal de dépenses (notamment auprès de l’URSSAF ). De plus, bien qu’ayant supprimé toutes les dépenses inutiles, nous gardons des frais fixes très élevés (surtout à cause des serveurs ).

Bref, l’année dernière, c’est DECAY et moi qui avons avancé l’argent pour les serveurs en puisant dans nos économies propres pour ~3200€. N’étant pas de riches héritiers vivant au crochet des marchés publics (Arnaud, Michel-Edouard, c’est à vous que je parle) nous ne pourrons pas faire un deuxième prêts.

Bref, les prochaines factures ne vont pas tarder à tomber, et il faut que nous sécurisions tout cela, car je suis un peu fatigué du stress trimestriel du « comment qu’on va payer ?? »

Nous avons besoin de salariés.

Je le rappelle pour ceux qui n’ont pas lu les précédentes chroniques : Deezer, c’est 150 salariés dont 80 ingénieurs. Un site tel que dogmazic ne peut pas être pérenne seulement avec des bénévoles. Les bénévoles c’est fantastique et ça fait beaucoup, mais une machine complexe comme dogmazic à besoin d’un suivie et de coordination. Croyez moi, c’est l’absence de cela qui à précipité la V2 dans les limbes. Le code était tout à la fois un une prouesse technique et un agrégat disparate sans cohérence.

Rassurez-vous, nous n’avons pas besoin de 150 personnes ! Rien qu’avec 2 personnes, nous pouvons déjà faire beaucoup. Avec 3 des merveilles. Avec 4 des miracles. Au delà de l’aspect technique il y a toute la vie associative à secouer et des liens à retisser.  Vous avez vu que nous avions à peine le temps de communiquer correctement faute de temps, et nous ne pouvons plus nous le permettre

Bah et toi ? Tu bosses pas déjà sur le site ?

Pour rappel, la seule raison qui fait que j’ai pu travailler sur ce site à temps plein : c’est que l’emploi que j’ai quitté m’assurait des droits au chômage suffisants pendant un temps. Depuis peu, le statut « créateur d’entreprise » ne fait plus effet et je goûte à cette guerre aux chômeurs* qui me pousse à devoir justifier que le « poste de développeur ASP, .net, sous windows serveur » n’est pas pour moi.

Je reste un optimiste convaincu et quelle que soit l’issue de la campagne de don qui arrive, nous trouverons des solutions. J’espère que vous comprenez les enjeux, et pourquoi il est nécessaire qu’on y passe du temps.

P.S. : Vous l’aurez compris, l’un des 2 salariés souhaité sera ma personne. N’allez pas croire que je fais ça par intérêt personnel. Un programmeur php/python avec mon expérience trouve, actuellement,  du travail en claquant des doigts (pour des salaires d’un niveau absurde, d’ailleurs). J’aimerais juste être à même de continuer à travailler pour le bien commun et non pour des intérêts privés.

 

*Guerre aux chômeurs ou guerre au chômage - Emmanuel Pierru – éditions du croquant

Noun Project : des pictogrammes libres

Nous avons trouvé ce site qui sera utile à bon nombre d’entre vous. The Nounproject partage et facilite l’utilisation de pictogrammes qu’ils considèrent comme un véritable langage. Leurs recherches s’étendent au monde entier avec des exigences très précises :

Liberté : Tous les symboles sont libres, ils estiment que c’est le meilleur moyen de les partager :) (nous aussi, ça tombe bien !)

Simplicité : Le site est présenté de telle sorte qu’il soit facile de s’y retrouver et de trouver ce qu’on cherche.

« Fun » : Les pictogrammes étant un langage compris universellement, ils estiment que le travail qu’ils font a une valeur et proposent donc de soutenir ce projet avec leur boutique.

Grande qualité : Ils sont attachés (voire excités), par les mises à l’échelle, les proportions et la forme et ils travaillent sur le design de ces pictogrammes pour qu’ils soient les plus beaux possibles.

Designed by Roger Cook and Don Shanosky in United States (1974)  Licensed under Public Domain

Source : http://www.a-brest.net/article6877.html

14/11/2010 – Rencontres : Garantir les libertés publiques et préserver les biens communs

ACTA

LIBRE ACCES invite à deux rencontres afin de « Garantir les libertés publiques et préserver les biens communs »

le Dimanche 14 novembre 2010 à 16h00 au Ministère de la Crise du Logement, métro : bourse, 24 rue de la banque 75002 Paris.

Autour : De la défense des libertés publiques et de la loi LOPPSI ( de 16h00 à 17h30), et de la préservation des biens communs et de la loi ACTA (de 17h30 à 19h30 )- avec la participation de Richard Stallman.

Garantir les libertés publiques pour préserver les biens communs (Lutter contre les nouvelles enclosures)

En février 2008, Richard Stallman, fondateur de la Free Software Foundation. et Jean-Pierre Berlan, ancien Directeur de recherche en agronomie à l’INRA. invités par les « Faucheurs Volontaires » et l’association Libre Accès, se rencontraient pour échanger leurs analyses respectives sur la captation des biens communs générée par l’invention, par les juristes des multinationales, de nouveaux « droits » divers de « propriété sur le vivant » (gènes, plantes, animaux), sur les connaissances comme les algorithmes des logiciels.

Jean Pierre Berlan, et Richard Stallman avaient alors appelé les citoyens à résister aux grandes entreprises qui, profitant de la faiblesse de nos démocraties contemporaines, prenaient le contrôle des Etats par l’intermédiaire de traités multilatéraux au sein de l’OMC (Accords ADPIC) et de l’OMPI, imposant de nouvelles lois comme le Digital Millenium Copyright Act aux Etats-Unis, la Directive EUCD en Europe, « La loi de lutte contre la contrefaçon », mensongère à plus d’un titre, votée au Sénat le 17 octobre 2007, permettant à des agents assermentés d’organismes professionnels privés (semenciers, industrie du disque, Business Software Alliance) d’apporter la preuve de la matérialité des « infractions », en ayant le droit d’enquêter, y compris sur Internet, en étant à la fois juge et partie.

Le colloque fut intitulé « les nouvelles enclosures des biens communs : du vivant aux logiciels » par analogie aux « enclosures » qui désignaient le mouvement d’expropriation des terres dévolues à l’usage collectif qui s’est déroulé sur plusieurs siècles et avait précédé et préparé la Révolution industrielle.

Deux ans se sont écoulés. De nouvelles lois telles que la loi HADOPI, LOPPSI 2 , ont amplifié ces « nouvelles enclosures ». De nouveaux accords multilatéraux comme l’Anti-Counterfeiting Trade Agreement (ACTA) changent la donne en ce qu’ils sont désormais négociés hors de toute instance internationale, sans la présence des pays émergents, dans l’opacité la plus absolue.

A l’origine de cet accord : la volonté des firmes pharmaceutiques d’utiliser l’épouvantail de la « contrefaçon » afin de limiter par tous moyens la circulation des médicaments génériques qui échappent aux détenteurs de brevets. Plusieurs navires en provenance d’Inde et à destination de pays du sud qui transitaient par l’Europe ont été bloqués par des douanes en 2008, en ce qu’ils transportaient des médicaments génériques dont les copies étaient légales dans le pays d’origine et dans celui d’arrivée, mais pas en Europe où les règles en matière de brevets sont plus strictes. Mais l’ACTA n’a pas seulement pour ambition d’établir de nouvelles règles multilatérales, au mépris de la subsidiarité, sur les molécules et les médicaments génériques ; elle promeut également la vision extrémiste du « droit d’auteur » des industries du divertissement qui souhaiteraient imposer la responsabilité des acteurs de l’Internet (fournisseurs d’accès, fournisseurs d’hébergement) pour le contenu qui transiterait par leurs services.

En mars 2010 le Parlement Européen, dans un vote à la quasi unanimité, adopta une résolution commune, soutenue par les cinq plus importants groupes politiques qui enjoignait la Commission Européenne à rendre public les documents de négociation de l’ACTA. Ce vote fut suivi, en septembre 2010, d’une « Déclaration majoritaire des députés européens contre le projet d’accord ACTA ».

Bien complexe d’analyser les logiques à l’oeuvre dans des domaines aussi divers que les logiciels, l’internet, l’agriculture, les médicaments, les arts, le tout dans une nouvelle donne internationale de guerre économique entre l’économie de rente sur la « connaissance » et les pays émergents à forte croissance… La venue de Richard Stallman en Europe sera l’occasion de continuer le travail d’analyse initié, il y a deux ans, afin de prolonger le dialogue entre les différentes communautés concernées par ces « nouvelles enclosures », harmoniser les points de vue et tendre vers une convergence.

Pour ce faire, nous vous invitons à deux rencontres :

1. De la défense des libertés publiques et de la loi LOPPSI, de 16h00 à 17h30, pour échanger sur les dangers ce cette loi, avec :

- Jean Baptiste Ayrault de l’association Droit au Logement,
- Mathieu Pasquini Co-président de Libre Accès Inlibroveristas,
- Fabrice Epelboin Read write web
- Michel Sitbon Collectif contre la xénophobie
- Jérôme Thorel Privacy France

Et sont par également invités, Big Brother Awards, l’ntersquat, le syndicat de la magistrature, le CLEJ, Syndicat des Avocats de France, Souriez vous êtes filmés, le comité anti délation, Jeudi Noir, MACAQ.

2. De la préservation des biens communs et de la loi ACTA, de 17h30 à 19h30, avec

- Richard Stallman, fondateur de la Free Software Foundation
- Jean-Pierre Berlan, ancien Directeur de recherche en agronomie à l’INRA
- Sandrine Bélier, eurodéputée Europe Ecologie, membre de la commission Environnement et de l’Internet Core Group
- Benjamin Bayart, président de FDN
- Christine Tréguier auteur, journaliste.
- Jérôme Martin, Commission Internationale d’Act Up-Paris
- Jérémie Nestel, Co-président de Libre Accès, Trésorier des MACAQ

Animateur : Philippes Charles Nestel (membre de l’APRIL)

Partager sa musique avec sourceML

Rue du Logiciel libre, ville de Berga (Espagne). Source BM de Limoges : http://atelier-multimedia.bm-limoges.fr/?p=5918

Je reproduis ci-dessous un article de dj3c1t, créateur du logiciel SourceML :

Proposer sa musique avec une licence qui autorise les modifications, c’est bien. Mais c’est encore mieux quand les pistes séparées sont aussi disponibles ! SourceML est un petit programme, à uploader sur un hébergement, et qui permet de présenter des projets musicaux, avec leurs sources. Le programme ressemble un peu à un blog. Une fois installé, une partie privée permet de gérer ses sources, un peu comme des articles où chaque morceau est présenté sur une page, avec la liste de ses pistes.

SourceML s’intéresse aussi à la généalogie des sources. Chaque source sur le site est publiée avec un fichier XML, qui rassemble ses informations d’auteur, de téléchargement, de licence… Et le programme permet de publier sur son installation des pistes publiées par d’autres auteurs, tout en conservant leurs informations d’origine.

Ce programme est proposé avec une licence GNU/GPL.

Deux installations sont déjà en ligne :

  • L’album Autumn in Cantal, par Dana Hilliot
  • Et mon projet (en construction) d’album Unit (Dead Joshua)

Plus d’infos sur son installation et son fonctionnement, sur le site de sourceML.

Vous êtes aussi invités à venir en discuter sur la nouvelle section du forum de Dogmazic, spécialement dédiée aux échanges de sources, pour présenter vos projets musicaux, vos annonces de collabs ou poser des questions sur le programme.

Bonne zic à tous !

dj3c1t

Quelques news auditives from Montpellier

Divergence FM
Geeks inside ?

De la friture sur la ligne… allo… alloooo ?… Ha! Salut Les divergents ;-)

Voici la divergence numérique n°83

http://podcasts.divergence-fm.org/media/dn083_101021_divergencenumerique_presse_migration_linux01.mp3

La table ronde du 16/10/2010 à l’occasion de l’inauguration des bornes minimazic à la médiathèque Émile Zola à Montpellier sur le thème « Musique libre et licences ouvertes » est disponible ici :

http://podcasts.divergence-fm.org/media/eelmm_101016_table-ronde-musique-libre-mediatheque-zola-FRUL.ogg

Bonne écoute !