Édito musical de dogmazic – août 2019

Bonjour et bienvenue dans cet édito mensuel de Dogmazic.net pour août 2019 !
Voici les nouveaux albums pour le mois d’août, suivis des « pépites exhumées de l’archive » (ou pas !).

Nouvelles publications sur Dogmazic.net pour juillet 2019

Dans 10 Trous dans le cuir on trouve de l’harmonica, et de la voix, parfois en solo, parfois les deux ensemble. Ce qui frappe dans cet album, c’est la variété des registres: d’un côté on a les parties instrumentales, qui sont plutôt typées country, et de l’autre, à la voix, on a un texte plus ou moins poétique et plus ou moins engagée selon les titres, qui va de mélodies classiques françaises (avec une intonation parfois quasi patriotique !) à du slam voire punk, en passant par la chanson française.
Sur les sujets abordés aussi le champ est vaste: la répression policière, les personnes sans abri, l’homosexualité… et parfois humouristique, comme bla-bla qui est un « post-scriptum » parlé sur la transhumance !
C’est surprenant, on ne peut pas deviner en entendant le premier titre où ira l’album.
Mes regrets concernent le rendu du son: il est calibré un peu bizarrement, la distance au micro bouge beaucoup, l’articulation est pas toujours facile ce qui rend le texte pas toujours compréhensible (et sur Je veux me souvenir, avec les effets d’écho, j’ai simplement rien compris), avec parfois des arrêts nets dans le texte. Pourtant, la voix peut être expressive et entraînante.
Mon morceau préféré: The Country & the worms.
— Ladee

Didjaws nous dit de Memories of A Devastated Civilization EP qu’il l’a voulu « plus atmosphérique, planant et surtout rétro » que son dernier album 🙂 il y a un peu de tout ça, c’est vrai… mais ce qu’il y a surtout, selon moi, c’est l’ambiance d’un univers déchiré, solitaire et désorganisé !
Comme d’habitude avec Didjaws, les harmonies et la mélodie ne sont pas faciles, voire carrément dissonantes.
Aussi, certains morceaux dépeignent clairement des tableaux et des ambiances, alors que d’autres sont plus dans l’introspection.
Morceau préféré: The Digital World is Broken, qui, sur certains aspects, m’a fait penser à l’OST de Nidhogg.
–Ladee

Esperanza est un album de 4 morceaux, qui s’écoute au calme, et qui est remarquablement soigné.
Le mixage est propre, le travail agréable à l’oreille. La batterie sonne un peu « en arrière » mais ça peut être un choix aussi. Ça ne l’empêche pas de résonner musicalement, mélodiquement même, en dialogue avec le clavier, dans Next Door par exemple.
Les instrumentistes ont de l’expérience et ça s’entend avec de chouettes solos (j’ai un faible pour ceux de batterie, mais, chut, ça restera entre nous), en impro si on en croit @kidjazz sur le forum 🙂
L’album est paisible, c’est du jazz tranquille, lent, qui prend son temps.
J’ai aussi été frappée par les grappes mélodiques accompagné d’un soutien musical, très jolies, sur Upcoming Winter. La progression du morceau est étonnante, vers 02:20 s’initie une montée du volume harmonique, avec soudain un ralentissement à la batterie, ça fait un effet spécial, surprenant, doux. On dirait la doublure d’un film sans parole, ou l’accompagnement musical d’un tableau.
Bref, c’est un album qui a fait un carton plein sur Dogmazic ce mois-ci, et on comprend pourquoi !
— Ladee

Album envolé, planant, acoustique, fait-main, bref, de la musique comme on l’aime. Chouette production. Bonne écoute !
— olinuxx/trebmuh

Voilà un album des plus sympathiques. Il n’est pas d’un accès facile mais dans tout ce bruit se trouvent de vraies gemmes ! Les voix scandées, répétitives et hypnotiques, saturées et hantées, font pour beaucoup dans la valeur de cette publication. L’ordre des pistes est soigneusement établi pour conduire l’auditeur progressivement vers de nouveaux horizons sonore, et à partir de « Hotter Than Hell » on doit bien se rendre compte qu’on a affaire à du très lourd ! Fortement recommandé aux fans de la distorsion.
— Shangri-l

Attention, ça dérange l’oreille, ça pique, ça gratte, ça irrite, ça tire, ça démange, ça se répète, ça agresse, ça titille, ça chatouille, ça énerve, ça endort, ça réveille, ça empêche, ça nuit, ça recommence, ça s’arrête, ça repart, ça déraille, ça bogue, ça agresse (oui, une deuxième fois), ça frotte, ça coince, ça arrache, ça égraine, ça ponce, ça pince, ça fatigue, ça raye, ça abrase, ça éreinte, ça stresse, ça déraille, ça accidente, ça défouraille, ça lancine, ça exutoire, ça racle, ça émousse, ça corrode, ça tranche, ça asphyxie, ça essouffle, ça oxyde, ça acidifie, ça lancine, ça triture, ça charcute, ça attaque, ça mordille, ça grince, bref vous savez à quoi vous en tenir !
— trebmuh/olinuxx

Les pépites exhumées de l’archive

Pas de pépite exhumée ce mois-ci.

Outro

Ont contribué à la rédaction de cet éditorial du mois de août 2019 : Shangril, trebmuh/olinuxx

Il est issu d’un travail collaboratif fait par ceux et celles qui s’impliquent dans la vie du projet. Si vous souhaitez contribuer à un prochain édito, voici le fil de forum consacré au prochain épisode de ce travail commun, rendez vous sur le fil de forum de l’édito du mois sur http://forum.musique-libre.org

Cet éditorial est librement redistribuable selon les termes de http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0 et vous êtes fortement et librement invités et encouragés à redistribuer cet article ! Si vous le faites, mettez nous le lien où vous l’avez redistribué en commentaire de cet article, ça nous fera plaisir.

Infos générales

L’archive dogmazic.net est éditée par l’association Musique Libre.
Suivez nous et/ou venez participer sur :
– notre blog http://musique-libre.org
– notre forum http://forum.musique-libre.org
– notre canal IRC http://dogmazic.net/irc/

Une réflexion sur « Édito musical de dogmazic – août 2019 »

Les commentaires sont fermés.