Édito musical de dogmazic – septembre 2019

Bonjour et bienvenue dans cet édito mensuel de Dogmazic.net pour septembre 2019 !
Voici les nouveaux albums pour de ce mois, suivis des « pépites exhumées de l’archive » (ou pas ! Et oui, encore une fois !).

Nouvelles publications sur Dogmazic.net pour août 2019

Un seul morceau ici. Instrumental mélancolique à tendance andalouse, mêlant joliment guitare acoustique, basse ronde, et synthé virtuel, ainsi que des sons d’ambiance plutôt électro prenant le dessus sur la seconde moitié du morceau avant d’être accompagnés par des sonorités plus tranchées, grésillantes, voire agressives. Mélange intéressant conservant le même thème du début à la fin, et jouant sur les sonorités, les timbres, et les textures. Arrêt un peu brutal. Belle écoute à tout le monde.
— trebmuh/olinux

Ici aussi, un morceau unique, texte en français, enregistrement sommaire mais transmettant une ambiance de fond de petit bar sympa de village. Avec un violon qui fait prendre de l’altitude à la fin du morceau. Chouette morceau, j’attends un album avec impatience !
— trebmuh/olinuxx

Ça commence comme de la pop-électro aux tonalités désaccordées et un entrain légèrement arythmique avec une voix rauque en arrière plan avec des voix en anglais. Et ça continue sur la même lancée, avec plus ou moins d’arythmie, d’attonation et de sonorité étrange. À noter l’apparition d’un morceau de texte en français. Chouette !Me In The bath continue de nous offrir des morceaux bancals, à la limite de l’équilibre musical, semblant tomber, mais se rattrapant à chaque fois d’une façon ou d’une autre. Des fois plus que d’autres, et souvent moins que d’autres.
— trebmuh/olinuxx

Découvrir un album de Me In The Bath est avant tout la garantie de ne jamais savoir ce qui va arriver dans nos oreilles. Pop expérimentale dissonante ? Electro minimaliste new wave ? Punk alternatif garage ? Folk grunge métal ?Ce Something Planned regroupe tout cela à la fois et invoque parfois ce joyeux mélange sur un même morceau.Shangri-l semble rendre hommage (volontairement ou non) à la scène alternative de ces 50 dernières années (The Doors, The Velvet Underground, Pixies, …) en proposant une relecture très personnelle de toutes ses influences.Le coup de maître de cet opus est de parvenir à embarquer un auditeur non averti dans l’univers Me In The Bath, en l’alléchant, via des intros faussement convenues, pour mieux détourner les attentes et doucement glisser dans un labyrinthe sonore confus mais maîtrisé.Il n’y a absolument rien à jeter parmi les 10 morceaux, du titre éponyme en ouverture qui rappelle les premières compositions de Still Leaving Creature (autre projet de Shangri-l) aux tubesques We’ll Solely Party et Don’t Bother For My Life, en passant par le très sixties It Might Be Your Death.Bref, à écouter de toute urgence !
— Le morse des mers

Still Living Creature a signé son grand retour avec un disque qui ne ménagera pas l’auditeur, une fois de plus !L’album est fortement influencé par des sonorités drone et d’électro brute/noisy. Le premier morceau « In The City » et le morceau éponyme nous font la grande promesse d’un chaos bruitiste où les différentes sonoritées samplées ou synthétisées s’enchaînent sous une pluie d’éclats sonores parasite, le tout en rythme. « Did Not See Anyone » est tout aussi efficace, avec une bassline joussive et groovy où les sons hasardeux de synthés viennent troubler ce calme nébuleux. Mais selon moi la sortie de SLC livre tout son potentiel vers les derniers titres : « Alive » est une excellente pièce musicale de plus 15 minutes très inspirée par les rythmes et les atmosphères complexes de la musique électronique dite « mentale » (ou tout simplement braindance). Un titre addictif somme toute. « That’s cool » continue tout aussi bien dans ce style, en nous offrant une atmosphère et une bassline entêtante pour les fins de soirée. SLC achève cet album à grand renforts de rythmes complexes et d’instruments saturés, voire chauds.Un album qui pourrait grandement ravir les fans de braindance, de drone et de toute autre sorte de musique expérimentale.
— Jawsberrebi

Les pépites exhumées de l’archive

Pas de pépites exhumées ce mois. Si vous voulez participer, en revenant sur une sortie de Dogmazic que vous avez appréciée, rendez-vous sur notre forum http://forum.musique-libre.org où vous trouverez l’adresse du pad en cours dans le fil « éditorial de Dogmazic.net ». 

Outro

Ont contribué à la rédaction de cet éditorial de ce mois : Shangri-l, trebmuh/olinuxx, Jawsberrebi, Le morse des mers

Il est issu d’un travail collaboratif fait par ceux et celles qui s’impliquent dans la vie du projet. Si vous souhaitez contribuer à un prochain édito, voici le fil de forum consacré au prochain épisode de ce travail commun, rendez vous sur le fil de forum de l’édito du mois sur http://forum.musique-libre.org.

Cet éditorial est librement redistribuable selon les termes de http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0 et vous êtes fortement et librement invités et encouragés à redistribuer cet article ! Si vous le faites, mettez nous le lien où vous l’avez redistribué en commentaire de cet article, ça nous fera plaisir.

Infos générales

L’archive dogmazic.net est éditée par l’association Musique Libre.
Suivez nous et/ou venez participer sur :
– notre blog http://musique-libre.org
– notre forum http://forum.musique-libre.org
– notre canal IRC http://dogmazic.net/irc/

Une réflexion sur « Édito musical de dogmazic – septembre 2019 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.