Archives de catégorie : Vie Associative

Édito musical de dogmazic – octobre 2018

Bonjour et bienvenue dans ce premier édito mensuel de Dogmazic.net, pour le mois d’octobre 2018 !

Nous ne savons pas encore si c’est une bonne idée ou pas, si nous continuerons ou pas, et si les fusées spatiales ça donne la nausée ou pas, mais voici le premier éditorial du type, un genre de test quoi, et sa continuation dépendra probablement de si ça nous amuse de continuer de le faire, des réactions, des commentaires, des participations à l’écriture… L’idée générale est de pouvoir faire une revue des nouveautés déposées dans l’archive chaque mois, avec également quelques descriptions de la part de membres, de certains albums de l’archive qu’ils apprécient particulièrement. Histoire de dynamiser un peu la communauté.

Allez zou, assez de blabla, commençons tout de suite avec la Musique, parce qu’on est toutes et tous là pour ça à la base, et plus particulièrement les nouveaux albums récemment publiés sur l’archive musicale Dogmazic.net ! C’est parti !

 

 

Nouvelles publications sur Dogmazic.net pour septembre 2018

Et hop ! Un son bien enlevé, un placement spatial qui nous fait bien ressentir agréablement le toucher des instruments, nous avons même les pouces des pieds qui battent à l’écoute de « Allons voir ». Il y a, dans la moitié finale, de la « polka du père Frédéric » un genre de déstabilisation peut-être due au sous-titre kubi..polka.

Et voilà ici Grande Ourse, avec un LP au zapping forcené ! Ne vous étonnez pas si le style – et le tempo – varie drastiquement d’une mesure à l’autre ! Un album qu’on pourrait presque – n’étant le zappage de style quasi épileptique – ranger du coté du trip-hop à tendance énervée. Notez que l’album comporte 5 pistes seulement, mais de plus d’une vingtaine de minutes chacune.

Un album d’électro expérimental bruitiste aux noms de pistes abracadabrants (ils rappellent le poème La chasse au Snark de Lewis Caroll !), essentiellement rythmique, de dix pistes qui se bâtissent sur des micro-variations de timbre et des ajouts sonores progressifs. On peut facilement imaginer en écoutant les trottinements d’animaux bizarres… attention, dans certains morceaux (par exemple L’Insturgole d’Epifrate) les aigus sont à la limite du strident.

Un album du même artiste et de la même année (2016) et qui cette fois-ci s’articule autour de lentes explorations bruitistes et même inharmoniques autour d’une viole à roue (c’est l’instrument que suggère le titre !). Les rythmes y sont tantôt dilués au bord de l’absence, tantôt sourds et obstinés à la manière d’une rave party, ou constituent la trame comme dans Violaroue Soul.

Cette fois-ci, changement complet de style avec un album jazzy où un clavier, un violon et une contrebasse nous immergent dans cette ambiance de fond de bar, à causer de choses sans importance, où, assourdissant nos voix,nous chuchotons des mots qui se confondent dans cette musique qui nous enveloppe… « Alice in wonderland » pourrait nous sortir de la torpeur, mais « high modes » nous replonge dans cette langueur qui nous fera finir la soirée dans la sérénité.

 

 

Les pépites exhumées de l’archive

Un album de 2011. Un des premiers albums enregistrés avec des outils GNU/linux où je me suis dit « whaou, il déchire lui ! ». Alors le côté « enregistré avec des outils GNU/linux », vous vous doutez (pour celles et ceux qui me connaissent) que c’est un point en plusse pour moi, mais ici je vais surtout parler du fait que j’y ai trouvé également une belle originalité musicale dans cet album. Alors OK, les batteries sont un peu légères (dans le sens où elles sonnent un peu boîtes à rythme, pas très vivantes), mais ça ne m’a pas gêné beaucoup et je ne sais pas diable pourquoi ! Étant batteur/percussionniste (et prof de musique en associatif pendant 10 ans), j’ai d’habitude tendance à jeter à la poubelle vite fait quand c’est pas un vrai musicien. Mais là, voilà, je n’ai foutrement aucune idée du pourquoi ça ne me gène pas plusse que ça, et pourquoi ça me met même un petit sourire en coin quand je cale mon oreille sur la partie batterie de ces morceaux. Probablement que le fait qu’il se passe des tas de trucs à la guitare happe mon attention et m’empêche de sortir de cet espèce de monde musical perché entre du Vaï/Satriani et un genre de monde parallèle de manga asiat’ revu par un esprit européen. J’en sais rien en fait. J’essaie de me l’expliquer tout en écrivant ces quelques lignes de revue, mais je ne suis qu’à moitié convaincu de mon explication. Et même probablement moins qu’une moitié. Et puis en fait, je m’en s’coue un peu les sourcils du pourquoi du comment car, pour de vrai, j’aime bien, et à chaque fois que je l’écoute cet album, je ne déchante pas. Alors sus aux explications psychologisantes, le ressenti y’a que ça de vrai ! Bonne écoute à vous et mes amitiés à vos cultures musicales.

trebmuh (aka olinuxx)

Ah ben moi si on me demande, juste comme ça, de sortir un album direct depuis Dogmazic qui pourrait plaire à tout le monde, et même à votre grand-mère, je sors direct Icon Girl Pistols, un très très bon groupe japonais -et, ils chantent en japonais, mais je vous jure que -étrangement- ça se remarque absolument pas, et ça sonne terriblement anglo-saxon… Les tests en aveugle me l’ayant prouvés-. Depuis leurs débuts dans la scène libre, et on peut les remercier d’avoir « libéré » tant et tant de belles chansons… Depuis, oui, ils s’en sont allés vers d’autres cieux plus orientés « business », mais il nous reste ces excellentes compositions en demi teinte, illustrant à la perfection le « mood » qui fut, à une époque déjà lointaine, la fin de la décennie 00, et c’est un plaisir réel à écouter.

Shangril

Des rythmes, des envolées, une symbiose entre les douceurs des cordes et l’âpreté de la batterie. Gros écouteur de rock symphonique je trouve ici des sons qui m’enchantent. Ricochet nous propulse dans les strates aériennes… « Monsoon » nous y fait planer avant de redescendre avec « the big jump ». Tentez ce son entre vos deux oreilles !

ardoisebleue

 

 

Outro

Ont contribué à la rédaction de cet éditorial du mois d’octobre 2018 : Shangril, Ladee, trebmuh/olinuxx, et ardoisebleue.

Il est issu d’un travail collaboratif fait par ceux et celles qui s’impliquent dans la vie du projet. Si vous souhaitez contribuer à un prochain édito, voici le fil de forum consacré au prochain épisode de ce travail commun :
http://forum.musique-libre.org/discussion/7932/projet-dedito-mensuel-pour-novembre-2018

Cet éditorial est librement redistribuable selon les termes de http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0 et vous êtes fortement et librement invités et encouragés à redistribuer cet article ! Si vous le fait, mettrez nous le lien où vous l’avez redistribuez en commentaire de cet article, ça nous fera plaisir.

On se revoit aux environs du 10 novembre avec les nouveaux albums publiés courant octobre ; et pour commencer celui de Bololipsum qui vient tout juste d’arriver.

La bise à vous et à vos oreilles, et au mois prochain !

 

 

Infos générales

L’archive dogmazic.net est éditée par l’association Musique Libre.
Suivez nous et/ou venez participer sur :
– notre blog http://musique-libre.org
– notre forum http://forum.musique-libre.org
– notre canal IRC http://dogmazic.net/irc/

Propagande : Du nom : Dogmazic, et de ce qui s’ensuit…

Parce qu’on nous en parle souvent, de l’origine de ce nom, et de toute la réflexion autour… Voici un texte repiqué de notre ancien site (avec en bonus les premières réactions en commentaires et quelques anciens liens vers des articles du site).

Propagande : du nom, Dogmazic et de ce qui s’ensuit…

Posté le Jeudi 14 septembre 2006 @ 21:09:42 par bituur

Parmi la flopée de nouveautés céans, le nouveau nom du site, dogmazic.net,n’est pas passé inaperçu. Les réactions sont contrastées. Étonnement assez général, on nous dit aussi que « le nom est intéressant, ça ouvre de nouvelles perspectives » ; mais il y a des réactions d’incompréhension, voire de rejet.

« Pouah, dogmazic, dogme, dogmatique », et à grand renfort de citation de Wikipédia ou autres, on nous représente que c’est péjoratif, psycho-rigide, sectaire, indéfendable, que « musique-libre c’était mille fois mieux » : nous allons « tout perdre« . Voire !

Nous sommes parmi les tout premiers, avec copyleft attitude, dès 2000-2001, à avoir parlé de musique libre en France. Le nom musique-libre (.com en 2001, .org depuis 2004) nous était venu pour imposer le concept (ou) s’était imposé à nous pour faire advenir l’idée dans le paysage.
Nous sommes donc assez bien placés pour mesurer le chemin parcouru, la diffusion finalement très rapide de ces idées de copyleft, de licences libres, de musique libre, même s’il reste à faire. Et c’est bien à quoi nous entendons nous consacrer de plus belle.

L’association opératrice du site, tout d’abord, continue et continuera à s’appeler « Musique libre ! ». Le site reste un portail de téléchargement de musique sous licences de libre diffusion, ouvert à tous les musiciens qui choisissent ce mode de dissémination de leurs créations.
Dogmazic.net vient de passer les 8 millions de téléchargements, et présente avec fierté 800 groupes et musiciens, 90 labels, plus de 7000 morceaux dont 450 albums complets.

Notre objectif, la raison d’être de ce site, cependant, n’est pas seulement de présenter des œuvres, mais aussi de représenter le mouvement, les idées et la communauté de la musique libre en France. Cela nous est toujours apparu comme une des tâches importantes, l’objet de notre association en fait foi.
À ce titre, et sans aucun orgueil, dogmazic.net, comme organe de l’association « Musique libre ! » n’est pas un portail ou un label comme un autre. Tentons donc une défense et illustration de ce nouveau nom :

Le communiqué de lancement dit : « Pourquoi Dogmazic ?
Notre dogme, c’est la liberté de diffuser nos œuvres comme bon nous semble. Si notre équipe était la première à traiter des licences libres en France et à lancer une archive de musique en libre diffusion, cette nouvelle mouture continuera de parler des problèmes de fond des licences libres appliquées à la musique, avec la même exigence intellectuelle et le même esprit militant. »

Il y a effectivement des problèmes de fond des licences libres appliquées à la musique, liés aux problèmes de fond du droit d’auteur, du marché de la musique, de la culture et de sa diffusion dans le monde contemporain et dans l’univers numérique. Le débat DADVSI en fut cette année la démonstration éclatante, et le texte de loi finalement adopté ne règle, croyons-nous, aucun de ces problèmes de fond.
Ces problèmes sont politiques, philosophiques, juridiques : dogmatiques, en un mot. L’on peut pour le prouver s’aider des travaux de Pierre Legendre, qui le montrent à l’envi : « Le mot ‘dogme’ (qui renvoie à la tradition grecque) y est utilisé pour désigner le récit des rêves ou des visions, pour dire l’opinion, mais aussi la décision ou le vote ». Legendre, œuvrant à une nouvelle anthropologie, dogmatique précisément, entend « considérer les sociétés comme des textes », et s’appuyer sur ceux-ci comme sur d’autres formes d’expression artistique, « l’enveloppe esthétique des cultures ». Les 3 Conférences au Japon (éd. Mille & Une Nuits – dont je tire les citations dans ce paragraphe), ou L’Empire de la vérité : introduction aux espaces dogmatiques industriels (Fayard) analysent la dimension dogmatique de l’homme et la théâtralité de sa représentation dans un monde institutionnalisé, balisé par des emblèmes : « les drapeaux, les marques, les devises ou même les slogans sont des Emblèmes ».

Ces quelques exemples : « récit des rêves ou des visions », « enveloppe esthétique des cultures », « emblèmes » dont « marques, devises et slogans », juste pour illustrer la largeur du thème du dogme, et argumenter que « Dogmazic.net » manifeste une ambition de travailler sur les fondements et idées et défendre une « certaine idée de la culture », une Cause commune certes pas rabâcher une doctrine intégriste…
Cette question du droit d’auteur, de la « propriété intellectuelle » (beau mot-valise, bel amalgame, bel attrape-tout, à l’œuvre dans tous les domaines, des plantes à la nano, des médicaments à la musique), recouvre un enjeu fondamental : celui du sens et de la censure (cf. sur ce mot dans notre contexte ces citations de Bernard Noël).

Ainsi, nous situant dans l’histoire du droit d’auteur, nous nous faisons fort d’affirmer que les sectaires, les psycho-rigides, ce n’est pas nous : ce sont bien plutôt ces « bozos du copyright » prêts à tout pour affirmer et renforcer sans fin leur contrôle sur la culture, en se servant de la romantique et attendrissante figure de l’auteur qui doit bien vivre pour imposer leurs positions industrielles dominantes, leur mainmise sur un marché.
Il est très raisonnable de concevoir l’idée du copyleft, des licences libres, à la fois comme l’héritière fidèle et comme l’évolution logique du droit d’auteur selon les données de l’époque. Nous ne sommes plus à l’époque de Victor Hugo, du Café Procope et de la plume d’oie, nous sommes à l’époque de Mad Mike et FatBoy Slim, de la copie numérique et de Burnstation.

Et le mot dogme dans tout ça ? Justement ! La doctrine théologique la plus orthodoxe, grande source de dogme s’il en est, a toujours intégré la notion d’évolution et d’historicité du dogme.
Il y a ceux, toute petite secte s’il en est : ils sont 4 : 4 majors (endogames, Universal venant de racheter BMG…) et leurs affidés, qui veulent s’approprier la culture, arc-boutés sur un modèle dépassé et une conception figée du droit d’auteur comme propriété absolutisée…

Nous affirmons quant à nous, avec des millions d’artistes, de mélomanes, d’internautes, que la musique est à la fois et inséparablement inspiration et copie, partage et reconnaissance, échange et œuvre d’auteurs. Que la musique est vivante, qu’elle évolue, que ses modes de création, de production, de dissémination, et de succès évoluent.
Dans cette optique, l’association « Musique libre ! » a pour objectif d’œuvrer à « l’émergence de nouveaux modèles économiques respectueux de l’ensemble des acteurs de la chaîne de création et bien sûr du public. » Nous avons des projets pour la suite, et comptons instaurer un nom (et un logo) fort, court, facilement mémorisable et déclinable. Dogmazic.net à votre service.

« Propagande : Du nom : Dogmazic, et de ce qui s’ensuit… » | 26 Commentaires | ajouter un commentaire
Les Commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.

Re: Du nom : Dogmazic, et de ce qui s’ensuit… (Score obtenu : 1)
par philaxel le Vendredi 15 septembre 2006 @ 08:12:23

Personnellement Bituur, je ne doute pas de ta bonne foi et de celle de toute l’equipe. Mais la vision troisième degrè du mot Dogme ne sera pas celle de la majorité des visiteurs.Quand on choisit un nom de site on doit penser au premier degrè.Ensuite, je pense à ceux à qui vous donnez un joli batton pour nous battre dans un combat déjà très difficile pour imposer les licences libres dans les modèles économiques de la musique.Le simple fait que tu doives t’expliquer ainsi montre qu’il y a bien un problème avec ce nom qui a été imposé (par qui ?) sans discussion préalable alors que ce site était à priori une communauté. Sur une communauté virtuelle on ne met pas les participants sur le fait accompli d’un tel changement.Pour ma part, je refléchis sérieusement à partir du site.Je crois que les mots dogmes/doctrine/propagande sont des mots à proscrire à cause de l’imaginaire négatif qui les accompagnent souvent à juste titre.Chez moi ça ne passe pas et je ne pense pas être le seul.Il est encore tant de réagir.Amitiés.

Re: Du nom : Dogmazic, et de ce qui s’ensuit… (Score obtenu : 1)
par Hackrow le Samedi 16 septembre 2006 @ 13:18:23

Absolument d’accord avec le premier commentaire. J’en rajoute pas plus parce que ça risquerait de tartiner un peu trop ce message 🙂

Re: Du nom : Dogmazic, et de ce qui s’ensuit… (Score obtenu : 1)
par Pier le Lundi 18 septembre 2006 @ 08:41:43

Ah bon !
Dogmazic moi je croyais que ça voulait dire « Chienne de musique quand tu nous mords les oreilles y a plus rien à faire pour te faire lâcher »
…. Et tout compte fait ça m’allait bien…

Re: Du nom : Dogmazic, et de ce qui s’ensuit… (Score obtenu : 1)
par edised le Lundi 18 septembre 2006 @ 11:12:37

Je reviens du Netaudio, à Londres, festival réunissant beaucoup d’acteurs du mouvement des netlabels(pas forcément que du libre mais une énorme majorité), le nom est plutôt bien passé, à vrai dire les gens sont plus intéressé par notre action et ce que nous faisons de manière désintéréssée (au sens pécunier) pour la communauté de la musique libre. Sur tous les gens rencontré, on a eu une seule question « pourquoi dogmazic », je m’attendais à plus, mais lorsque nous avons présenté le site, ses fonctionalités, décrit nos actions sur le terrain, le nom ne parait plus qu’un détail cosmétique, que bien sur certains tatillons auront tout loisir de décrier, critiquer, analyser…Pendant ce temps on préfère continuer à penser à toutes les actions et l’énorme travail qu’il reste à accomplir…Quant à la forme du lustre, ou le nom de la maison, ça se discute, certes, mais je ne pense pas que là est l’essentiel…

Evidemment on a eu pas mal de gens qui ont vu DOG, en premier et pas « dogma », ce qui a rendu la chose d’autant plus sympathique!

[Aucun Sujet] (Score obtenu : 1)
par manchot le Dimanche 24 septembre 2006 @ 19:53:57

Je comprend le mot « dogme » comme une ligne de conduite, une espece « d’avis », un contenant, donc, et pas un contenu. Un « dogme du libre » n’est donc pas, à mon avis, mal approprié, au contraire.

Musique Libre – Atelier sur le droit d’auteur au stage de musiques traditionnelles Mydriase

À l’occasion du 26ème stage de musique traditionnel organisé par l’association Mydriase, organisé du 13 au 19 août 2017 à Saint Ismier (Isère), je me suis incrusté le temps d’un atelier d’une heure sur le droit d’auteur qui a réuni une trentaine de participants.

Il s’agissait de la première fois qu’un tel sujet était abordé pendant cette semaine consacrée à l’apprentissage de la musique. J’ai donc pris le parti de revenir au fondamentaux en lisant et expliquant des extraits du code de la propriété intellectuelle.

Cela a conduit à des discussions très intéressantes, et nous a amené à parler du copyright ou de la Sacem, ainsi que bien entendu des licences libres.

Plusieurs questions auxquelles je n’avais pas de réponses se sont aussi posées :

  • Sur les usages du droit d’auteur ou du copyright dans les autres états européens.
  • Sur les moyens de vérifier qu’une œuvre soit dans le domaine public (pour les airs traditionnels).
  • Ou encore sur l’application du droit d’auteur en cas de double nationalité.

C’est tout un tas de points que j’améliorerai dans les ateliers futurs.

Un grand merci à Mydriase pour ce sympathique moment !

AG 2016 : Compte-rendu

Notre Assemblée Générale de 2016 s’est tenue le 9 juillet 2016.

Notre association évolue depuis la remise en ligne de l’archive en mai 2015. Beaucoup de temps de discussions où nous avons été invités à parler de la musique libre, à répondre à quelques questions…

L’année 2016 est bien partie sur la même voie avec l’organisation d’un concert en juin à St Étienne, et des présences à l’ENS Cachan, au salon Primevère…

Côté finances, l’association se porte bien, malgré quelques difficultés passagères, le montant des dons à l’association lui permet de soutenir son activité, même si nous aimerions une plus grande diversité dans les apports de dons.

Nos priorités en 2016 se portent sur les efforts nécessaires de communication et la réflexion sur notre infrastructure.

En particulier l’espace de stockage actuel utilisé par notre archive pour stocker les fichiers musicaux, au rythme de croissance actuel, atteindra probablement ses limites à l’horizon 2018 et le passage à un hébergement plus conséquent, qui implique de doubler les frais de serveurs (notre plus important poste au budget), nécessite de mobiliser d’avantage de soutiens pour assurer la pérennité du projet.

Voici le compte-rendu rédigé.

N’hésitez pas à nous soutenir en nous envoyant quelques dons 🙂

 

Quand le Libre s’organise…

Quand le Libre s’organise – Soirée concert le 17 juin

 

 

Parce que le Libre ne vit pas uniquement sur Internet, et qu’il a besoin de faire parler de lui, l’organisation d’événements en son nom s’impose comme une évidence. Une preuve très concrète de son existence en dehors du réseau. L’occasion d’exposer au jour, des projets liés à cette même philosophie du partage. Pourquoi ne pas également profiter de l’opportunité pour rapprocher deux domaines concernés par le Libre : musique et logiciel ?

Dans cette optique, Musique Libre s’est associé à Alolise (Association pour la promotion des Logiciels Libres de Saint-Étienne), en partenariat avec Radio Dio, afin de vous proposer une soirée concert qui accueillera le public désireux de vivre l’événement.

 

alolise_resize
www.alolise.org

 

le vendredi 17 juin, à partir de 20 heures.
salle de spectacle Le Pax, Saint-Etienne.

Paf : 8 euros

Au programme, deux artistes tendance électro :
Bololipsum (Montpellier),
Electro/Circuit Bending, aux sonorités typiquement 8 bits old school.

bololipsum3-1441809729

Site Officiel

Le clip de Laoreet sur Archive.org

Bololipsum sur Dogmazic

 

Mig Inc. (Monts-de-Marsan),
pour de l’Electro/Noise, dans un mix aux ambiances étranges.

MIG INC logo rouge

Blog Officiel

Mig Inc. sur Dogmazic

 

Venez nombreux participer à l’aventure en vrai et en live !

1 an et toutes nos dents !!

Et oui, 1 an que l’archive est revenue à la vie sur notre site internet ! 1 an de republications, 1 an de développements, et pleins d’autres années en plus !

1 an et toutes nos dents ?

Oui, et encore d’autres projets en plus !

Concert de musique libre le 17 juin

Si vous n’aviez pas encore remarqué, nous organisons un concert le 17 juin à St Étienne.

Musique Libre s’est associé à Alolise (Association pour la promotion des Logiciels Libres de Saint-Étienne), en partenariat avec Radio Dio, afin de vous proposer une soirée concert qui accueillera le public désireux de vivre l’événement.

Bololipsum et Mig Inc. pour une soirée à partir de 20h, PAF : 8€ au PAX de St Étienne.

librepax

Netlabel Day le 14 juillet

Pour sa 2e édition le Netlabel Day prend de l’ampleur. Initié par les joyeux drilles du netlabel chilien MIST, Le Netlabel Day représente déjà près de 1800 contributions (contre 150 l’année dernière).

netlabel-day-logo

Développement d’Ampache 4.0 fin 2016

Ampache est le nouveau moteur de Dogmazic. Ce logiciel, au départ conçu pour la création d’un serveur personnel de fichiers, est en cours d’évolution majeure. Au menu, une meilleure prise en compte des nouvelles technologies du web, partages, mais surtout, une interface repensée pour être plus accessible et claire…

visualisation-dogmazic

 

Dogmazic en évolution !

Bonjour les gens !

Dogmazic évolue chaque jour, et les remontées des utilisateurs nous permettent de mieux répondre à vos questions. Nous sommes tous bénévoles dans l’association, et comme, chacun le sait, une association est un projet collectif qui ne se crée et développe qu’avec des dons et des adhésions ! N’hésitez pas à nous soutenir !

Dogmazic avec Ampache

Depuis mai 2015, l’archive est revenue à la vie. Tout ce qui faisait la richesse de Dogmazic aussi :

Et nous faisons évoluer le site de Dogmazic au gré des remarques des utilisateurs. Ampache, le moteur du site, évolue aussi et nous permet de proposer plein d’améliorations au site.

Évolution !

Cette fois-ci, nous avons quelques évolutions à vous proposer.

Le classement des albums est plus clair, il permet d’en découvrir de nouveaux. Nous avons aussi mis en place une mise en avant de ce qui est écouté sur le site, des artistes les plus actifs (mais l’algorithme étant une alchimie secrète, nous n’en dévoilerons pas la recette).

DGZ-LAB

Un nouveau menu vous permet en plus d’accéder à diverses informations utiles.

Nous avons mis en avant aussi la Radio Dogmazic !

Bonnes écoutes et découvertes sur Dogmazic !