Archives par mot-clé : Biens Communs

Éditorial de juillet 2017 de linuxmao.org

Éditos
L’été s’en vient, puis s’en va, puis revient, les vacances aussi pour une grande quantité de personnes. C’est un temps pour s’asseoir, discuter, échanger, et faire de la musique avec les copines et les copains. Il faut beau et l’apéro est bon en terrasse ou dans le jardin. Il a fait chaud en pays de France en ce moment. Tellement chaud, que le site a été en galère le 27 juin à cause d’une surchauffe de la salle des serveurs dans lesquels linuxmao.org est hébergé. Mais bon, grâce à notre super hébergeur, tout a été rétabli en une demi-journée. Merci à eux !

Quoi de neuf ?

Depuis la parution du dernier éditorial, nous ont rejoint quelques nouveaux impatients : etienne41, Joelle95, m4l3z, Atapaz, requiem71, ZBU, PLOTPLOT, Atlas, emmanuelbriche, JamesBonze, DeuxMainsGauches, Skys, guechi, Nono480, Jazz, NeuroTonik, Li33f, Papy54, vitaeear, porkished, alexplima, ndisoh, PapaMok, gustik, Sheeva16, Fraggleux, et Endoryme.

Bienvenue à vous toutes et tous !

Musique sur linuxmao

Le dénouement de la joute n°11 a vu olof récolter le plus de votes et être désigné gagnant, bravo à lui ! Il a donc choisi le thème de la joute n°12, Cuba !. Vous avez jusqu’au 31 août pour participer.

En dehors des joutes musicales en cours, plusieurs morceaux sont apparus dans le forum ce mois-ci :

Pour consulter la musique proposée par les membres de linuxmao, rendez-vous dans la section de forum : 2 – Vos créations.

Musique libre en dehors de linuxmao

Liste de lecture des nouveautés pour le mois de Juin 2017 chez les copains de Dogmazic : cliquez iciImage

Nouvelles du monde

Le mois dernier, sub26nico et olinuxx étaient présent à la LAC 2017. Ils ont co-écrit un compte-rendu qui est disponible dans cet article.

Nouveautés sur LinuxMao

Le nombre de visiteurs uniques du mois de Juin 2017 est de 30430. Ça fait un peu moins que les mois derniers, ce qui semble traditionnel sur linuxmao.org car les mois de Juin, Juillet, et Août sont moins fréquentés.

D’autre part, nous avons eu 27 nouvelles inscriptions depuis la rédaction du dernier éditorial du site c’est à dire en 31 jours.

Nouvelles pages sur le site :

Grâce à un outil en ligne, la CSS du site a vu 3 corrections d’erreurs être faites, ainsi qu’une grosse 50aine de corrections pour des « warnings ».

Comme dit en intro, le site a été en galère le 27 juin, et tout a été rétabli grâce à notre hébergeur. Merci !

Coté logiciel sur LinuxMAO

Pour voir ce qui se passe du côté du développement de ce qui touche à l’audio sous linux, rendez-vous dans la section de forum :  »7 – Développer/Traduire/Documenter/Annoncer une application‘.

Côté logiciel en dehors de LinuxMao

Depuis la publication du dernier éditorial, Nolwen, olinuxx, sub26nico et balthazar ont relevé les mises-à-jour suivantes :

  • pour les mois précédents (mais que nous n’avions pas vu jusque là) :
    • en mai 2017, mise à jour de canorus en version 0.7.3.
Tout utilisateur peut aider à la remontée des informations concernant les nouvelles versions en lisant le paragraphe Mettre à jour une version d’un logiciel. Allez, viens nous aider ici !

Post scriptum

Merci à olinuxx et sub26nico pour l’écriture de cet édito, et on se retrouve le mois prochain pour une revue de l’actualité du mois écoulé !

Rappel : tout membre de linuxmao.org inscrit et connecté peut aider à la rédaction de l’éditorial mensuel. Lire à ce propos la page Les éditoriaux du manuel.
PS : article originel : http://linuxmao.org/article354

Culture libre : artistes, nous aurons besoin de vous…

Partageons ici une réflexion de Neil Jomunsi (licence CC-By-3.0).

Il y a de l’eau dans le gaz entre la création artistique et internet : chasse au piratage, fermeture des forums, projets de durcissement du droit d’auteur en France comme à Bruxelles… Avec l’indéfectible soutien de la politique, l’industrie culturelle regagne peu à peu le terrain qu’elle avait cédé et entend bien l’étendre encore, menaçant chaque jour davantage l’idée même d’une culture librement partagée.

La question dépasse largement le cadre du piratage : ce sont deux projets de société, radicalement opposés, qui s’affrontent sur le terrain de la création, d’internet et des libertés individuelles. D’un côté les industries culturelles – aidées par l’écrasante majorité du personnel politique qui n’entend que la sauvegarde d’intérêts économiques pourtant de plus en plus concentrés – qui se cachent derrière la protection des artistes pour satisfaire leur soif de contrôle des flux et verrouiller leurs sources de revenus. De l’autre quelques imbéciles, des fous, des utopistes dont je m’honore de faire partie. Ces personnes imaginent un monde où la culture et le savoir circuleraient librement au bénéfice du plus grand nombre, parce qu’elles les croient vecteurs d’élévation et d’émancipation. L’un de ces projets verrouille. L’autre ouvre les portes en grand.

Mais qu’on ne s’y trompe pas : aujourd’hui et sans doute encore demain, c’est l’industrie qui gagne. Car nous ne vivons pas dans un blockbuster hollywoodien où quelques résistants parviennent à vaincre un adversaire en surnombre. Dans notre version du film, ceux qui résistent à ces immenses machines à fric sont moqués et marginalisés. Pire, ils sont accusés de faire du tort à la création tout entière, de promouvoir des idées dangereuses qui mettraient en péril la rémunération des créateurs et la pérennité des structures qui se nourrissent de leur travail. Ces mêmes entreprises – celles qui oublient pourtant toujours de payer les artistes à l’heure, quand il ne s’agit pas de les payer tout court, qui divisent par deux, par trois les montants des rémunérations, qui jouent sur la quantité, quitte à noyer le marché et détruire l’attention du public – voudraient que nous les croyions quand elles disent agir au nom des artistes. Et elles ont raison de le vouloir. Parce que ça fonctionne. Chez les artistes, le syndrome de Stockholm est total. La dichotomie est tellement flagrante que plus personne n’ose la soulever.

Quand le monde s’écroule on se tourne vers les idoles, qu’il s’agisse de la propriété intellectuelle, de la promesse folle d’être celui ou celle qui va réussir, de la lutte contre la barbarie ou le terrorisme. L’immeuble est en feu, pourtant au dernier étage la fumée et la chaleur sont encore supportables. Jusqu’ici tout va bien. Peu importe que nous soyons de plus en plus nombreux à créer, à partager nos créations, et que les places de professionnels soient de plus en plus comptées et précaires : nous nous accrochons à un rêve. Mieux, nous nous accrochons à une histoire. C’est une belle histoire, dont le narrateur est une industrie qu’on pensait affaiblie mais qui reprend du poil de la bête. Ce narrateur est affamé, sa faim est insatiable : il n’arrêtera de manger que quand il n’y aura plus rien sur l’assiette. Dans cette histoire, les artistes servent les plats. Ils les apportent à toute vitesse, de plus en plus vite, ils s’épuisent à la tâche et ignorent fatigue et lassitude. Parce qu’ils sont encore faiblement rémunérés, ils se disent que « ça pourrait être pire », et que « quelqu’un pourrait prendre leur place », et puis il faut bien payer les factures. Quand arrêtera-t-on de se cacher derrière notre petit doigt ? Car le problème ne se cantonne pas à la création : c’est un combat que nous partageons avec tous les précaires. À vouloir sauver nos propres coquilles de noix, nous en oublions de construire l’arche dont nous aurions besoin.

Contre le storytelling de l’industrie, il faut agir. Trouver d’autres vecteurs de rémunération, par exemple, en échange d’une plus libre circulation des créations plus conforme aux usages de nos concitoyens. Cesser de rêver au bestseller et au blockbuster pour créer local, c’est-à-dire à l’échelle humaine et non industrielle. Donner leur chance à des productions de moindre ampleur, plus modestes car plus éthiques, et nous désengager de cette insensibilité croissante qui nous oblige à consommer toujours plus et plus fort. En promouvoir le partage, parce que si on veut être cohérent, on ne verrouille pas derrière des barrières un bien commun profitable à tous. Il y a tant à faire, et si peu de bras volontaires.

Parce que l’industrie et la politique ne céderont plus rien, quitte à empiéter sur nos vies privées et nos droits de citoyens, nous avons le devoir, d’une part, de nous battre, et de l’autre, de proposer des alternatives qui mettent en œuvre dès maintenant ce monde que nous appelons de nos vœux. Convaincre les artistes de s’emparer de ces questions est notre seule chance : les intéresser aux enjeux des Creative Commons en est un exemple très concret. Les aider à comprendre, puis à s’émanciper.

Nous n’avons jamais été si proches de perdre la guerre. Pourtant, je crois qu’une issue heureuse et lumineuse est encore possible. Vous êtes la solution – vous et vous seuls. Pour faire gagner ce que certains appellent une utopie, nous avons besoin de vous. Vous ne serez pas seuls : vous nous trouverez, mes amis et moi, en première ligne sur le champ de bataille.

Nous y rencontrerons-nous ?

Photo d’illustration :
Alejandro Alvarez, via Unsplash

Éditorial de juin 2017 de linuxmao.org

Éditos
Après un court épisode caniculaire, voici le temps des orages. Vite, on remet en place les batteries des portables, par sécurité, et on patiente un peu pour reprendre l’enregistrement en cours, au micro. Le premier éclat du tonnerre a affolé la capsule hyper-sensible, qui a pulvérisé les vu-mètres du pré-ampli à la première détonation. Et le casque, et l’oreille… aïe ! Le mieux serait encore de tout éteindre mais on a peaufiné tous les réglages, positionné au millimètre le micro, bricolé des pièges à son, créé la piste dans ardour armé sur « record ». Maintenant, on bout d’impatience de graver la prise définitive. Soyons raisonnables. Allons plutôt profiter du son et lumière à la fenêtre. Qui sait, peut-être une future source d’inspiration ?

Quoi de neuf ?

Voici l’éditorial mensuel de linuxmao, concocté par 3 membres. Comme d’habitude, nous faisons ici le tour de ce qui s’est passé ce dernier mois en mettant en avant les informations nous étant apparues comme les plus pertinentes. Deux d’entre eux se sont rendus à la LAC2017, la « conférence audio linux », et un article devrait paraître dans les jours qui viennent.

Depuis la parution du dernier éditorial, nous ont rejoint quelques nouveaux impatients : Kodliber, Amylicae, no-structure, akatus, mimik, DiegoNor, Thibo, GIL71, Kehevin, WitoO, LukeDairecourt, Noe69610, Dav69, martin_wr, quands, Gredin, Maxicore, Tofy, theRealPok, prod1983, FREMO, laffcoop, et DANY73.

Bienvenue à vous toutes et tous !

Musique sur linuxmao

La joute numéro 11 – Rock dans l’ère mythique se termine. Toutes les copies ont été rendue, et vous pouvez encore aller voter/commenter les œuvres Image pendant quelques jours.

Plusieurs morceaux ont été proposés par des membres du site en dehors de la joute #11 :

Pour consulter la musique proposée par les membres de linuxmao, rendez-vous dans la section de forum : 2 – Vos créations.

Musique libre en dehors de linuxmao

farvardin a publié un morceau composé avec LMMS et Dexed, pour l’écouter : cliquez ici Image .

La radio Prun’ continue son émission Musica Libre Image , avec des musiques sous licences libres, tous les 2èmes mardi de chaque mois. Les podcasts des émissions sont disponibles sur le site de Prun’.

137 nouveaux morceaux ont été déposé chez Dogmazic depuis la rédaction du dernier éditorial de linuxmao. Vous pouvez les écouter sur cette liste de lecture Image spécialement créée pour la publication de cet édito.

Nouvelles du monde

La société française Arturia, qui a annoncé (en 2015) une carte son USB compatible Windows, MacOS, Androïd et surtout GNU/Linux semble très proche de toucher au but, les premiers modèles ayant été envoyés aux distributeurs. Ces cartes son devraient donc arriver très prochainement dans vos crèmeries favorites.
À noter qu’elles sont Class-Compliant, ne nécessitant pas de logiciel pilote (sauf sous windowsmrgreen ) et qu’à ce jour, elles ont été testés sous Linux avec Ubuntu Studio et un noyau basse latence et que tout semble fonctionnel.
Le logiciel de contrôle de la carte est en développement (final) pour Linux, et devrait être rapidement disponible d’après Arturia.

Nouveautés sur LinuxMao

Le nombre de visiteurs uniques du mois de Mai 2017 est toujours au top avec 33.450.

D’autre part, nous avons eu 23 nouvelles inscriptions depuis la rédaction du dernier éditorial du site c’est à dire en 34 jours.

Nouvelles pages de documentation wiki :

ycollet nous partage une comparaison de rendu de fichiers SF2 en vidéo plutôt intéressante.

sub26nico est devenu admin-accueil.

La gestion des barres d’édition des différentes parties du site a été revue pour davantage de cohérence. Voir ce fil de discussion pour des informations supplémentaires.

Coté logiciel sur LinuxMAO

Pour voir ce qui se passe du côté du développement de ce qui touche à l’audio sous linux, rendez-vous dans la section de forum :  »7 – Développer/Traduire/Documenter/Annoncer une application‘.

Côté logiciel en dehors de LinuxMao

Depuis la publication du dernier éditorial, sub26nico, Nolwen, et olinuxx ont relevé les mises-à-jour suivantes :

  • pour les mois précédents (mais que nous n’avions pas vu jusque là) :
Tout utilisateur peut aider à la remontée des informations concernant les nouvelles versions en lisant le paragraphe Mettre à jour une version d’un logiciel. Allez, viens nous aider ici !

Post scriptum

Merci à allany, olinuxx et sub26nico pour l’écriture de cet édito, et on se retrouve le mois prochain pour une revue de l’actualité du mois écoulé !

Note : le billet originel se trouve ici.

Musique Libre en FM !

Vous connaissez peut être la (web) radio parisienne Libre@toi, qui se consacre aux cultures libres, aux communs et au partage !

Il se trouve que notre asso est en relation avec eux… Et que depuis peu, ce n’est plus une simple webradio ! Grâce à tout ceux qui ont signé son appel, elle s’est vu octroyer une fréquence radio FM partagée ! Oui oui oui je ne plaisante pas, une fréquence FM vraie de vraie que les chauffeurs de taxi pourront mettre quand leur client monte dans la voiture, une vraie fréquence FM consacrée aux cultures libres !

On en appelle donc à vos contributions ; je m’explique :

Libre@toi a besoin de musique libre ; il lui faut 20% de prog francophone là dedans (obligation légale sur la FM) ; l’asso Musique Libre en appelle donc à ses sympathisants pour monter via notre propre site des playlists qu’on pourra repasser à Libre@toi pour diffusion.

Le pré-requis si vous voulez participer est de savoir créer une playlist publique sur notre archive http://play.dogmazic.net

Ensuite vous postez dans le fil du forum l’adresse vers la playlist, en indiquant si elle est soit :

  • à 100% francophone

OU

  • à 100% non francophone (ce qui inclut les instrumentaux)
  1. Pour créer une playlist, rendez-vous sur une page album ou une page titre, et cliquer sur « ajouter à une playlist existante ».
  2. Là pour le tout premier morceau vous pouvez choisir « créer une nouvelle liste » ; appelez là par exemple « libre@toi francophone » ou « libre@toi non francophone » !
  3. Là vous y êtes presque il faut encore rendre la playlist publique ;
  4. Rendez vous sur, dans le menu du bandeau de gauche, ‘listes de lecture’. La votre devrait être tout en haut de la liste ;
  5. Allez tout au fond à droite, vous verrez une icône d’engrenage, une roue dentée, qui vous permettra de la passer publique.
  6. Vous n’avez plus qu’à vous rendre sur la page de la playlist pour ensuite venir en poster l’adresse dans ce fil de forum ici !

On compte vraiment sur vous pour faire la sélection de la prog de la radio Libre@toi ! Chaque playlist compte ! N’hésitez pas, vraiment, n’hésitez pas à faire partager vos découverte dans les 55000 morceaux de Dogmazic.net !

Appel à don ! RMLL 2017 !

Que sont les RMLL 2017 ?

17ème édition des Rencontres Mondiales du Logiciel Libre 2017

RMLL 2017 Rencontres Mondiales du Logiciel Libre 2017 from MANGIN on Vimeo.

Présentation du projet

Les Rencontres mondiales du logiciel libre (RMLL) se déroulent chaque année, depuis 2000, au début du mois de juillet.

Les  conférences, ateliers et le village associatif rassembleront près de 700  festivaliers chaque jour et nous avons pour objectif de dépasser les  5000 visiteurs sur la semaine.

Ces rencontres rassembleront les plus  grands spécialistes du mouvement du logiciel libre à travers le monde et  permettront de débattre des grands enjeux de demain comme les logiciels  libres dans l’éducation ou les collectivités, ainsi que leur place dans  le monde hyper-connecté qui s’ouvre à nous.

D’accès  totalement libre, ouverte à tous les publics, dans le  prolongement de   la démarche scientifique et de partage des connaissances, cette   manifestation est aujourd’hui devenue l’un des  moments forts de  l’année  dans le domaine du Logiciel Libre.

Événement d’ampleur internationale, des conférenciers viennent de l’autre bout du monde présenter leurs projets et discuter de leurs évolutions avec un public attentif et nombreux.
Les conférences et les thèmes de cette édition seront orientés autour du fil rouge « LIBRE ET CHANGE ».  Ce fil rouge est à la fois un jeu de mots sur le ‘libre échange’  (économique) et une interrogation des concepts de liberté et de  changement.
Au delà du logiciel, d’autres domaines seront aussi représentés comme les matériels libres (free hardware) et la création artistique sous licences libres (graphisme, musique, cinéma…).
Plus d’information sur le site https://2017.rmll.info

A quoi servira l’argent collecté ?

Le budget de cette édition étant conséquent (notamment dû au coût de la sécurisation des lieux)  et malgré le soutien de collectivités, nous faisons appel aux dons pour réussir cet événement et pour que celui-ci reste accessible au plus grand nombre.

Avec l’argent collecté nous mettrons tout en œuvre pour :

  • Participer au financement de la venue de conférenciers du bout du monde
  • Ajouter des sous-titres (anglais et français) aux conférences enregistrées pendant l’événement
  • Traduire les conférences importantes en langue des signes
  • Participer au financement des soirées du libre (cachet des artistes, location matériels,…)

Notre équipe

Cette édition est organisé par l’association ALOLISE qui est l’association pour la promotion des logiciels libres de la région stéphanoise et est soutenue dans cette organisation par d’autres associations de la communauté du libre.

Éditorial de mai 2017 de linuxmao.org

Éditos

En mai, fais ce qu’il te plaît !

Cet éditorial pourrait vous sembler plus court que les précédents, et c’est logique car il porte sur 2 semaines alors que d’habitude, c’est 1 mois. La raison est que nous souhaitons publier l’éditorial dans les premiers jours de chaque mois alors que les 2 derniers éditoriaux ont été publié aux alentours du 15. Le « retard » est donc rattrapé avec cet édito !

Quoi de neuf ?

Un sujet était passé dans les forums, ici, qui interrogeait sur la place faite au logiciel libre dans les programmes des candidats à la présidence. Ceci avait donné lieu à une rapide synthèse qui semble conclure que, dans les programmes des deux finalistes, le sujet n’est pas évoqué.

Dans ces mêmes forums, ces derniers mois, de nombreuses questions sont postées concernant des configurations travaillant en MIDI, gérant des périphériques connectés et des greffons de synthèse sonore voire un séquenceur pour batterie, tout ceci au sein d’une unique session ardour.
Il y a peu, le même projet aurait nécessité les lancements séparés de 4 ou 5 applications différentes et la gestion de leurs inter-connexions.
Si l’on ajoute à ces facilités des outils tels que ceux de KXStudio : cadence ou catia par exemple, je m’interroge sur la persistance de ce que nous nommions « modularité », qui caractérisait la pratique de la MAO sous linux, il y a moins de dix ans.
La tendance semble donc être à l’intégration et les distributions « clefs en main », souvent opérationnelles dès le premier démarrage, est une autre illustration de cette évolution.
Il demeure néanmoins, parmi nous, des fous de la milliseconde capables de se compiler un noyau sur mesure, de mettre de l’ordre dans leurs interruptions-système et de savoir précisément quelle incidence aura, sur leurs benchmarks, le nombre des périodes qu’ils affecteront à un échantillon.

Et ce dynamique microcosme pousse un jour ou l’autre la porte de la maison linuxmao, du zicos le plus impatient au geek le plus exigeant, sans se soucier d’encouragements officiels ou de directives administratives.
Alors en mai, comme le suggère le dicton, fais ce qu’il te plaît, pourvu que ce soit libre, rythmé, mélodique et sonore !

Depuis la parution du dernier éditorial, nous ont ainsi rejoint : Kausal/Koson, gambero, jbm, MOSY, mojokeeoper, et arcencia2a. Bienvenue à vous toutes et tous !

Musique sur linuxmao

Des compositions ayant été réalisées et présentées sur linuxmao.org depuis le dernier éditorial :

La joute n°11 vient de se terminer mais vous pourrez bientôt participer aux votes en notant et surtout en commentant les morceaux. À suivre sur ce fil où vous pouvez d’ores et déjà écouter les ouvrages réalisés par les membres de linuxmao.org : yruama, olof, r1, eazymaogeek, tenryu, zebassprophet, bluedid29, sub26nico et Samuel.

Pour consulter la musique proposée par les membres de linuxmao, rendez-vous dans la section de forum :  »2 – Vos créations‘.

Musique libre en dehors de linuxmao

87 nouveaux morceaux ont été déposé chez Dogmazic depuis la rédaction du dernier éditorial de linuxmao. Vous pouvez les écouter sur cette liste de lecture Image spécialement créée pour la publication de cet édito.

Nouvelles du monde

Comme chacun le sait, nous sommes en pleine élection présidentielle, et la place des logiciels libres dans les programmes a été discutée dans ce fil de forum.

La Linux Audio Conférence a lieu ce mois ci, du 18 au 21 mai, pour la première fois en France à l’Université Jean MONNET à St Étienne (42).
Pour prendre connaissance du programme c’est par ici Image . Pensez à vous inscrire si vous souhaitez y assister.

Nouveautés sur LinuxMao

Le nombre de visiteurs uniques du mois d’Avril 2017 se maintient dans les plus haut historiques avec 32.598. D’autre part, nous avons eu 6 nouvelles inscriptions depuis la rédaction du dernier éditorial du site c’est à dire en 13 jours.

Nouvelles pages dans la partie « portail des logiciels » de la documentation wiki : Amplitube et Reaper

Coté logiciel sur LinuxMAO

Pour voir ce qui se passe du côté du développement de ce qui touche à l’audio sous linux, rendez-vous dans la section de forum :  »7 – Développer/Traduire/Documenter/Annoncer une application‘.

Côté logiciel en dehors de LinuxMao

Depuis la publication du dernier éditorial, olinuxx, Nolwen, et sub26nico ont relevé les mises-à-jour suivantes :

  • pour ce mois-ci :
  • pour les mois précédents (mais que nous n’avions pas vu jusque là) :
    • qloud en version 1.2 en septembre 2016
    • polyphone en version 1.8 en novembre 2016

Nous avons également relevé des informations concernant lkjb-plugins Image , un éditeur de greffons pour Windows et Mac, qui vient de passer le code de ses greffons sous JUCE et sous licence libre GNU GPL v2, les sources sont disponibles ici Image . Le portage sous GNU/Linux est désormais possible pour ces greffons pour tout développeur motivé smile.

Tout utilisateur peut aider à la remontée des informations concernant les nouvelles versions en lisant le paragraphe Mettre à jour une version d’un logiciel. Allez, viens nous aider ici !

Post scriptum

Merci à olinuxx, sub26nico et allany pour l’écriture de cet édito, et on se retrouve le mois prochain pour une revue de l’actualité du mois écoulé !

Note : le billet originel se trouve ici.

Remixer Kraftwerk, faire disparaître le Louvre, miner Minecraft…

Une petite émission que nous vous soumettons ici !

L’épisode 4 de Freezone traite des actualités suivantes:

  • Evénement : En Allemagne, la Cour suprême a considéré que la reprise d’un sample du groupe Karftwerk ne constituait pas une violation du droit d’auteur, au nom de la liberté de création. En quoi ce jugement ouvre peut-être une voie pour la légalisation des pratiques de remix ?
  • A voir : L’artiste JR a installé sur la pyramide du Louvre un dispositif qui questionne la question de la propriété de l’image des bâtiments publics. Comment son geste intervient alors que la loi française s’apprête – péniblement – à instaurer une nouvelle « liberté de panorama » ?
  • Pépite libre : MineTest constitue une alternative libre à Minecraft, fleuron du jeu vidéo indépendant, passer dans les mains de Microsoft. Pourquoi est-ce important qu’une version libre de ce jeu soit disponible ?

favicon asso.libre-a-toi.org Remixer Kraftwerk, faire disparaître le Louvre, miner Minecraft, par Freezone (Libre@Toi* 11h38)

Netlabel Day 2016, c’est parti

Depuis l’année dernière le 14 juillet est devenu l’occasion de célébrer la musique des netlabels du monde entier. À l’initiative du label chilien M.I.S.T. Records, la toute première édition d’une journée célébrant mondialement la musique libre a été organisée le 14 juillet 2015. Plus de 120 albums de plus de 80 labels du monde entier ont été publiés pour le tout premier Netlabel  Day de l’histoire !

Vous pouvez retrouver les albums de l’année dernière sur Archive.org : ils sont regroupés sous le tag Netlabel Day.

L’édition 2016, c’est parti ! Si vous gérez un label, vous avez jusqu’au 29 février pour vous enregistrer pour l’événement en envoyant un email à contact.netlabelday [at] gmail.com

Les singles, les albums, les compilations sont tous les bienvenus. La seule contrainte, hormis le fait que l’album doit être sous licence libre ou ouverte et librement téléchargeable, est que la publication contienne au minimum un titre totalement inédit.

Pour plus d’information, rendez vous sur le blog du Netlabel Day qui centralise toutes les informations sur les éditions présentes, passées et futures.

Il est temps de faire chauffer les amplis, de faire gratter les disques durs ! Inscrivez-vous au plus vite et préparez une release pour le 14 juillet !
La synergie inhérente à l’événement permet de mutualiser les audiences de chaque label participant et de faire découvrir leurs catalogues respectifs à des personnes qui n’en auraient jamais entendu parler sinon… Ce serait dommage de rater l’occasion !