Archives par mot-clé : Biens Communs

Remixer Kraftwerk, faire disparaître le Louvre, miner Minecraft…

Une petite émission que nous vous soumettons ici !

L’épisode 4 de Freezone traite des actualités suivantes:

  • Evénement : En Allemagne, la Cour suprême a considéré que la reprise d’un sample du groupe Karftwerk ne constituait pas une violation du droit d’auteur, au nom de la liberté de création. En quoi ce jugement ouvre peut-être une voie pour la légalisation des pratiques de remix ?
  • A voir : L’artiste JR a installé sur la pyramide du Louvre un dispositif qui questionne la question de la propriété de l’image des bâtiments publics. Comment son geste intervient alors que la loi française s’apprête – péniblement – à instaurer une nouvelle « liberté de panorama » ?
  • Pépite libre : MineTest constitue une alternative libre à Minecraft, fleuron du jeu vidéo indépendant, passer dans les mains de Microsoft. Pourquoi est-ce important qu’une version libre de ce jeu soit disponible ?

favicon asso.libre-a-toi.org Remixer Kraftwerk, faire disparaître le Louvre, miner Minecraft, par Freezone (Libre@Toi* 11h38)

Netlabel Day 2016, c’est parti

Depuis l’année dernière le 14 juillet est devenu l’occasion de célébrer la musique des netlabels du monde entier. À l’initiative du label chilien M.I.S.T. Records, la toute première édition d’une journée célébrant mondialement la musique libre a été organisée le 14 juillet 2015. Plus de 120 albums de plus de 80 labels du monde entier ont été publiés pour le tout premier Netlabel  Day de l’histoire !

Vous pouvez retrouver les albums de l’année dernière sur Archive.org : ils sont regroupés sous le tag Netlabel Day.

L’édition 2016, c’est parti ! Si vous gérez un label, vous avez jusqu’au 29 février pour vous enregistrer pour l’événement en envoyant un email à contact.netlabelday [at] gmail.com

Les singles, les albums, les compilations sont tous les bienvenus. La seule contrainte, hormis le fait que l’album doit être sous licence libre ou ouverte et librement téléchargeable, est que la publication contienne au minimum un titre totalement inédit.

Pour plus d’information, rendez vous sur le blog du Netlabel Day qui centralise toutes les informations sur les éditions présentes, passées et futures.

Il est temps de faire chauffer les amplis, de faire gratter les disques durs ! Inscrivez-vous au plus vite et préparez une release pour le 14 juillet !
La synergie inhérente à l’événement permet de mutualiser les audiences de chaque label participant et de faire découvrir leurs catalogues respectifs à des personnes qui n’en auraient jamais entendu parler sinon… Ce serait dommage de rater l’occasion !

Sortie du nouveau Dogmazic le 14 mai !

Ça y est, on le tient notre nouveau Dogmazic, que dis-je, VOTRE nouveau Dogmazic !

Tout est en place, encore une dernière remise à niveau et nous pourrons fêter cela comme il se doit !

Ampache

Pour cette version 4 du site, plein de nouveautés.

  • Interface en html5,
  • Visualisations en direct,
  • Équaliser, replay gain,
  • Playlistes, commentaires importés de l’ancienne base,
  • Tous les comptes artistes, labels sont revenus, par contre il faudra redemander un nouveau mot de passe en mentionnant votre adresse mail,
  • Toutes les licences de Dogmazic (de la LAL aux Creative Commons…),
  • Écoute en continue des morceaux,
  • Plein de liens vers plein d’activités parallèles des artistes (lastfm, recherches web, wikipedia…)
  • Synchronisation avec la base de Musicbrainz (on alimente, ils nous alimentent),
  • Interface qui peut avoir des thèmes différents (on en a pas encore développé)…

Et plein d’autres trucs sympas, pour le coup on a pas chômé pour vous proposer ce nouveau site, alors enjoy dès le 14 mai !

Faites passer le mot, faites du bruit, nous allons en faire nous aussi, mais si vous vous y mettez en plus, ça en fera plus !

Si vous voulez tester en primeur, n’hésitez pas à nous demander !

Quelques images pour vous faire patienter un peu plus  …

ampache-dgz

interface utilisateur dogmav4

Dogmazic V4-02

Dogmazic V4 : un point sur le développement

Quand certains ferment sur injonctions des « ayant-droit » (donc héritiers, rentiers, producteurs, éditeurs, les artistes sont rarement consultés dans ces cas là), d’autres continuent leur développement.

« Un arbre qui tombe fait beaucoup plus de bruit qu’une forêt qui pousse ». Grooveshark ferme, et le nouveau Dogmazic arrive !!!

Dogmazic V4

Dans notre jargon, nous l’appelons « V4 » car c’est en fait la quatrième version du site. On ne va pas refaire un historique complet, mais juste sachez que le nouveau site est juste énorme. Presque tout ce que vous aviez connu sur l’ancien site est revenu (recherche géographique, messages privés, commentaires…). On dit presque car bien entendu nous sommes encore en phase de tests et qu’il manquera certainement quelques trucs par ci par là…

Nouveautés ?

Ce ne serait pas drôle si en plus, on ne vous réservait pas de surprises !

  • Possibilité de visualiser les morceaux de musique
  • Commentez à la seconde près (à venir)
  • Et… une feature que beaucoup nous demandaient sur l’ancienne interface, la possibilité de faire des dons directement aux artistes ! (via leur liens paypal ou flattr).interface utilisateur dogmav4

Et d’autres trucs pour les audiophiles fans de qualité sonore…

Ni Pigeons Ni Espions !

Nous, acteurs du numérique, sommes contre
la surveillance généralisée d’Internet.
#NiPigeonsNiEspions

Naturellement, il n’y avait pas moyen de savoir si, à un moment donné, on était surveillé.

George Orwell, 1984
Nous, acteurs du numérique français,

Sommes contre la surveillance généralisée d’Internet qui est inefficace et dangereuse.

  • inefficace : les personnes motivées utiliseront facilement des outils de chiffrement pour y échapper.
  • dangereuse pour la croissance : nos clients internationaux perdront confiance dans nos entreprises numériques.
    • Les hébergeurs français, qui connaissent une croissance de 30% par an, se verront obligés de délocaliser leurs datacenters et leurs emplois à l’étranger pour que leurs clients internationaux continuent à leur confier leurs précieuses informations.
    • Nos champions de l’internet des objets, véritables fers de lance, devront expliquer à leurs clients étrangers que l’objet connecté installé dans leur salon n’est pas un espion (alors qu’il le sera).
    • Les éditeurs de solutions SaaS devront convaincre leurs clients que non, malgré les dispositifs algorithmiques sous scellés (les « boites noires ») dans leur datacenter, ils n’ont pas à craindre l’espionnage industriel.
    • Les entreprises de conseils et service, alors que la France compte plusieurs acteurs internationaux, vont se retrouver décrédibilisées par cette exception sécuritaire française.
    • L’ensemble de notre écosystème de R&D s’en trouvera ainsi pénalisé alors que justement nous avons besoin de créer des cercles vertueux.
    • Les entreprises du numérique créent de l’emploi et sont le relais de croissance dont la France a besoin. Mettre Internet sous surveillance, c’est sacrifier l’avenir numérique de la France, ses emplois et sa contribution à l’économie française.

Mettre Internet massivement sous surveillance, c’est ouvrir la porte à un espionnage incontrôlable, sans aucune garantie de résultat pour notre sécurité.

Mettre Internet massivement sous surveillance, c’est nous décrédibiliser vis-à-vis de nos clients et nous pousser à une délocalisation progressive pour continuer à offrir un service similaire à celui de nos concurrents internationaux.

Mettre Internet massivement sous surveillance, c’est aussi sacrifier l’avenir numérique de la France, ses emplois et sa contribution à l’économie française.

De ce fait, nous demandons une révision en profondeur du projet de loi sur le renseignement, à commencer par le retrait pur et simple du dispositif nous imposant l’installation des « boites noires ».

Vous êtes un acteur du numérique français ? Signez cette déclaration et rejoignez les 224 signataires sur la liste #niPigeonsNiEspions.