Archives par mot-clé : commun

Netlabel Day 2016, c’est parti

Depuis l’année dernière le 14 juillet est devenu l’occasion de célébrer la musique des netlabels du monde entier. À l’initiative du label chilien M.I.S.T. Records, la toute première édition d’une journée célébrant mondialement la musique libre a été organisée le 14 juillet 2015. Plus de 120 albums de plus de 80 labels du monde entier ont été publiés pour le tout premier Netlabel  Day de l’histoire !

Vous pouvez retrouver les albums de l’année dernière sur Archive.org : ils sont regroupés sous le tag Netlabel Day.

L’édition 2016, c’est parti ! Si vous gérez un label, vous avez jusqu’au 29 février pour vous enregistrer pour l’événement en envoyant un email à contact.netlabelday [at] gmail.com

Les singles, les albums, les compilations sont tous les bienvenus. La seule contrainte, hormis le fait que l’album doit être sous licence libre ou ouverte et librement téléchargeable, est que la publication contienne au minimum un titre totalement inédit.

Pour plus d’information, rendez vous sur le blog du Netlabel Day qui centralise toutes les informations sur les éditions présentes, passées et futures.

Il est temps de faire chauffer les amplis, de faire gratter les disques durs ! Inscrivez-vous au plus vite et préparez une release pour le 14 juillet !
La synergie inhérente à l’événement permet de mutualiser les audiences de chaque label participant et de faire découvrir leurs catalogues respectifs à des personnes qui n’en auraient jamais entendu parler sinon… Ce serait dommage de rater l’occasion !

19 mai Dossiers de l’Écran : Musique Libre

Rencontre avec Alain IMBAUD aka Aisyk, président de l’Association Musique Libre ! (Soirée en deux parties)

LE MARDI 19 MAI à 19h30 dans l’Espace ALTNET

1ère partie: projection d’une conférence de Lawrence Lessig.
Nous découvrirons son plaidoyer pour la résurrection de notre culture de la créativité.

Lawrence Lessig est un juriste américain de notoriété internationale et professeur de droit à l’Université Harvard où il a fondé le Center for Internet and Society. Il est également fondateur et président du conseil d’administration de l’organisation Creative Commons. Il est l’une des voix les plus écoutées dans les débats sur les questions du droit d’auteur et un défenseur réputé de la liberté de création et d’expression sur Internet.

2ème partie: Dogmazic, le retour !
Après 2 ans et demi de blackout, le site Dogmazic revient en ligne.
Dogmazic contient environ 50 000 titres sous licence libre ou de libre diffusion, émanant de presque 5000 groupes.

Nous présenterons ce nouveau site et parlerons de la musique libre en général. L’association a eu 10 ans l’année dernière, et cet anniversaire a été l’occasion de mettre en lumière nos actions et les avancées pour la musique libre.

Entrée libre, adhésion libre à prix libre. Vous êtes bienvenus!

Espace ALTNET

7, place Louis Chazette, Lyon 69001

DE_ML

Ni Pigeons Ni Espions !

Nous, acteurs du numérique, sommes contre
la surveillance généralisée d’Internet.
#NiPigeonsNiEspions

Naturellement, il n’y avait pas moyen de savoir si, à un moment donné, on était surveillé.

George Orwell, 1984
Nous, acteurs du numérique français,

Sommes contre la surveillance généralisée d’Internet qui est inefficace et dangereuse.

  • inefficace : les personnes motivées utiliseront facilement des outils de chiffrement pour y échapper.
  • dangereuse pour la croissance : nos clients internationaux perdront confiance dans nos entreprises numériques.
    • Les hébergeurs français, qui connaissent une croissance de 30% par an, se verront obligés de délocaliser leurs datacenters et leurs emplois à l’étranger pour que leurs clients internationaux continuent à leur confier leurs précieuses informations.
    • Nos champions de l’internet des objets, véritables fers de lance, devront expliquer à leurs clients étrangers que l’objet connecté installé dans leur salon n’est pas un espion (alors qu’il le sera).
    • Les éditeurs de solutions SaaS devront convaincre leurs clients que non, malgré les dispositifs algorithmiques sous scellés (les « boites noires ») dans leur datacenter, ils n’ont pas à craindre l’espionnage industriel.
    • Les entreprises de conseils et service, alors que la France compte plusieurs acteurs internationaux, vont se retrouver décrédibilisées par cette exception sécuritaire française.
    • L’ensemble de notre écosystème de R&D s’en trouvera ainsi pénalisé alors que justement nous avons besoin de créer des cercles vertueux.
    • Les entreprises du numérique créent de l’emploi et sont le relais de croissance dont la France a besoin. Mettre Internet sous surveillance, c’est sacrifier l’avenir numérique de la France, ses emplois et sa contribution à l’économie française.

Mettre Internet massivement sous surveillance, c’est ouvrir la porte à un espionnage incontrôlable, sans aucune garantie de résultat pour notre sécurité.

Mettre Internet massivement sous surveillance, c’est nous décrédibiliser vis-à-vis de nos clients et nous pousser à une délocalisation progressive pour continuer à offrir un service similaire à celui de nos concurrents internationaux.

Mettre Internet massivement sous surveillance, c’est aussi sacrifier l’avenir numérique de la France, ses emplois et sa contribution à l’économie française.

De ce fait, nous demandons une révision en profondeur du projet de loi sur le renseignement, à commencer par le retrait pur et simple du dispositif nous imposant l’installation des « boites noires ».

Vous êtes un acteur du numérique français ? Signez cette déclaration et rejoignez les 224 signataires sur la liste #niPigeonsNiEspions.

Un projet à soutenir

Kimiko ISHISAKA à qui l’on doit d’être la pianiste du Open Goldberg Variations, souhaite par le biais de kickstarter réunir des fonds pour son nouveau projet : jouer des compositions de Chopin sur un piano Pleyel datant de 1832.

Surtout, comme pour tous ses projets, ses enregistrements sont par la suite disponibles en licences Creative Commons, et, suivant le montant des dons, disponibles dans les licences les plus permissives, autorisant, par exemple les remix des oeuvres réinterprétées par la pianiste.

Who will remaster the Masters ?

C’est une initiative vachement (meuh) intéressante du site FMA que je vous partage ici.
En effet, il s’agit de  remixer divers titres du domaine public, disponibles sur le site archive.org. Alors si vous souhaitez participer, n’hésitez surtout pas ! Surtout que vous pouvez gagner un Moog Etherwave Theremin.

Masters remastered
original image from Wikimedia Commons

Tous les détails en anglais :

Ever thought Wagner’s “Ride of the Valkyries” would be better as a speed-metal guitar solo? Or perhaps Tchaikovsky’s “1812 Overture” would sound great performed by a kazoo-and-firecracker ensemble? What about “In The Hall of the Mountain King” as a chiptune odyssey?

Great ideas, right?! We know.

We want these things to exist. And we need your help in this Masters Remastered Challenge!

First, choose a composition from the public domain. If you’re stumped (or can’t remember the original name of the composition), check the list below for some ideas. Though you can find sheet music in a variety of places, we recommend the Petrucci Music Library, which indicates public domain status of its contents. Entries will be released back into the public domain with a CC0 license, so that others can use them, too. But make these your own. Remix them, play them with instruments the composers couldn’t have dreamed of, make them as long or short as you want. Do as many (or as few) as you please.

Here are some recommended pieces you can extract from, re-work, play backwards, etc, that are in the US public domain. We’ve included links to the sheet music and at least one downloadable file that you can riff on:

BachToccata & Fugue – listen here – archive.org – wikimedia
BeethovenSymphony no. 9: Ode to Joy – listen here – wikimedia – freesound
BizetToreador Song – listen here – wikimedia – archive.org
GriegIn The Hall of the Mountain King – listen here – freepdwikimedia
OffenbachOrpheus in the Underworld – listen here – wikimedia
PonichelliDance of the Hours – listen here – wikimedia (BY-SA)
RossiniWilliam Tell Overture – listen here – wikimedia
Tchaikovsky1812 Overture – listen here – wikimedia
WagnerRide of the Valkyries – listen here – archive.org

If you submit a song that isn’t on the list, please make sure it is in the public domain before you proceed. Submissions that are not in the public domain in the U.S. won’t qualify for judging.

We’ll accept entries from March 9 until April 3, 2015.

One winner will be chosen by our panel of judges, and they will win a Moog Etherwave Theremin.

The Masters Remastered Challenge is supported in part by a grant from the National Endowment for the Arts.

Capitole du Libre : On y a été (bis)

Voici la vidéo de notre présentation au Capitole du Libre !

MLO-Capitole
Photo par Gandalf81 – Licence : CC by SA

Il s’agit de faire un état des lieux de la musique libre en France, de ses 10 ans d’évolution et des perspectives qui nous sont offertes par les licences libres et ouvertes dans le domaine musical.

Premier festival du domaine public du 16 au 31 janvier 2015

27 événements, 20 lieux, 15 jours pour célébrer ensemble le domaine public.

On fête souvent le cinquantenaire de la mort d’un auteur, le centenaire de la naissance d’un autre… Autant d’anniversaires juste symboliques. Rien de tel 70 ans après la mort d’un auteur : ses œuvres entrent dans le domaine public, et c’est ce qui vaut bien une célébration.
Edvard Munch, Aristide Maillol, Jean Giraudoux, Glenn Miller et bien d’autres ont la joie et le plaisir de vous inviter au premier festival du domaine public qui se déroulera à Paris du 16 au 31 janvier.

Pourquoi tous ces auteurs illustres ? Parce que leurs œuvres entrent dans le domaine public le 1er janvier 2015. Après avoir été longtemps couvertes par les droits d’auteur, elles s’offrent enfin pleinement à nous. On a coutume de dire qu’une œuvre tombe dans le domaine public comme elles tomberaient dans les limbes de l’oubli… Mais ce serait sans compter l’apport précieux des nouvelles technologies. Si une œuvre du domaine public est numérisée, loin de sombrer dans l’oubli, elle acquiert une nouvelle vie : chacun peut la redécouvrir, la diffuser voire la modifier et en faire le terreau d’une création nouvelle. Plus d’autorisation à demander ni d’argent à verser. Elle rejoint ainsi et pour toujours notre patrimoine culturel commun.

Mais pour s’approprier cette culture désormais potentiellement accessible à tous, quoi de mieux qu’un festival bien réel ? Pour s’informer, se former, se cultiver, pour numériser et créer ensemble… Pour aborder le domaine public dans toutes ses formes et sous tous les angles.

Des concerts, des projections, des ateliers, des conférences, dans des musées, des bibliothèques, des hackerspaces, des lycées… 25 événéments, 20 lieux, 30 organisations impliquées, 100 intervenants. Pendant quinze jours, à Paris et dans sa région, un festival riche et varié à entrée libre qui s’adresse à tous les publics.
Un point presse permanent sera tenu les 7 et 8 janvier 2015 à l’Espace Pierre Cardin, à l’occasion du forum « Réinventer l’alliance sciences­ société ».

festivaldomainepublic.org

Tetaneutral

Nous avons déménagé récemment vers tetaneutral. Afin de mieux les connaître et aussi les lieux dans lesquels ils se situent, je vous propose cette série d’articles sur tetaneutral, leur association, et les lieux dans lesquels ils se situent.

D’abord, beaucoup de choses peuvent être vues, lues sur le site de cette association. Ils détaillent tout : les contacts, les dates, les comptes… La transparence est totale (il me manquerai plus que des enregistrements des réunions de CA et autres AG).

Pourquoi un tel fonctionnement ? Comment en sont-ils arrivés là ?

Laurent GUERBY nous en parle un peu.

Bonjour Laurent, peux-tu te présenter un peu, ton parcours perso en lien avec l’activité de tetaneutral et l’idée d’un FAI associatif ?

Je m’appelle Laurent GUERBY, je suis ingénieur telecom bretagne de formation et tetaneutral.net a été pour moi l’occasion d’agir sur le  sujet de la neutralité du réseau qu’il est important de préserver étant  donné la place que prend l’internet dans la vie de tous.

Tetaneutral est né en 2011, tout est documenté sur votre site, c’est la transparence totale. Pourquoi ce choix ?

Je n’aime pas le terme de « transparence totale » qui est souvent utilisé pour préserver un fonctionnement opaque. Et les informations personnelles de nos membres ne sont évidemment pas rendues publiques donc la transparence n’est pas « totale ».

La transparence technique est comme pour le logiciel libre : nous diffusons les connaissances autour de notre domaine en espérant que cela incitera et facilitera la création d’initiatives similaires.

La transparence sur le fonctionnement financier devrait être selon moi envisagé plus largement dans le monde associatif et militant : le public reçoit actuellement un discours infantilisant avec juste le prix et la marque comme information que ce soit dans l’alternatif ou pas.

Pouvoir dire exactement pourquoi et comment on arrive a tel ou tel prix pour tel bien ou service est une arme sociale puissante de pouvoir quand les autres ont plutôt envie de cacher ce qu’ils font car en général ils n’en sont pas très fiers.

Malheureusement ce levier est extrêmement peu utilisé alors qu’il n’a jamais été plus simple et peu coûteux de publier le livre des recettes et dépenses mensuellement par exemple.

Aujourd’hui tetaneutral c’est combien de personnes derrière ? Il y a des salariés ?

tetaneutral.net a 595 membres a ce jour, il n’y a aucun salarié ni
subvention, l’association est auto financée et fonctionne sur la base
du bénévolat local, avec au total une trentaine de bénévoles actifs.

Penses-tu qu’un FAI associatif soit viable économiquement ? L’idée de créer une SCOP, comme dans beaucoup d’autres domaines (culture, énergie, agriculture, formation…) a-t-elle été émise ?

Économiquement oui c’est viable comme le montre notre transparence financière. Sur un projet avec des infrastructures plus lourdes et un besoin de salariés une SCIC serait sans doute une structure plus adaptée qu’une SCOP, par exemple pour un déploiement de fibre optique citoyenne.

Comment le lien avec MixArt Myrys a-t-il été réalisé ? Juste un hébergement physique de machines ou d’autres actions sont en lien ?

Nous avons fait appel a un prestataire en 2011 pour poser une fibre entre Mix’Art Myrys et le « datacenter » Cogent de Toulouse, pour des raisons d’assurance même si nous avons fait aussi de la pose de fibre optique nous même a d’autres occasions. L’objectif était des le départ de faire de l’accès internet via radio et de l’hébergement de machine en format libre.

Le côté technique du net et l’artistique, nous connaissons bien à  Musique Libre. Nous sommes d’ailleurs souvent dans des débats entre « technique web / internet / plate-forme / culture libre » et « diffusion musicale / droits d’auteurs »… Logiciel libre et culture ne font-ils pas forcément bon ménage du côté des professionnels de la culture ? C’est quelque chose que tu as pu remarquer ?

C’est un vaste sujet, tetaneutral.net privilégie bien sûr les logiciels
libres auxquels nous contribuons parfois. Une partie du monde de la
culture est demandeur de pas mal de lois liberticides sur l’internet et
la technologie, si on pouvait arriver a une relation plus harmonieuse
sans casser l’internet tel qu’il est cela serait une très bonne chose.

L’avenir de tetaneutral dans 5 ans ?

Sur les 5 prochaines années des milliards d’euros d’argent public vont être dépensés pour déployer de la fibre optique dans les zones jugées non rentables par les opérateurs commerciaux, c’est à dire plus de 90% du territoire en surface. Nous espérons que tetaneutral.net et de futures SCIC locales ne seront pas évincées par des barrières à l’entrée tarifaires artificielles (comme cela a été le cas pour l’ADSL) et pourront offrir un accès internet neutre sur ces infrastructures financées par les contribuables.

Merci !