Archives par mot-clé : dogmazic

Liens de musiques libres

Il n’y a pas que Musique Libre dans la vie, il y a aussi les autres !

Découvertes à la pelle !

Le mouvement des musiques libres est divers. Si Dogmazic manque, surtout en France, les initiatives ne manquent pas dans les autres pays du monde pour faire découvrir les pépites de la musique libre.

Dans la partie à gauche de notre site vous pourrez vous en rendre compte par vous même !

Musiques Libres !

Netlabels / Collectifs

Que toutes ces trouvailles ne vous empêchent pas de donner pour que Dogmazic revienne ! On a besoin de ressources pour payer le serveur sur lequel les 1To de l’archive seront disponibles !

Capitole du Libre : On y a été (bis)

Voici la vidéo de notre présentation au Capitole du Libre !

MLO-Capitole
Photo par Gandalf81 – Licence : CC by SA

Il s’agit de faire un état des lieux de la musique libre en France, de ses 10 ans d’évolution et des perspectives qui nous sont offertes par les licences libres et ouvertes dans le domaine musical.

2014 c’est fini, bienvenue en 2015 !

Nous voici en 2015.

En cette nouvelle année, nous voulions vous apporter une rétrospective un peu technique de l’année 2014. Nous y voilà, c’est parti !

En 2014 ? Mediagoblin c’est fini, bonjour Ampache !

On ne va pas refaire l’historique complet depuis le blackout de l’archive, mais depuis décembre 2012, nous mettons ce que nous pouvons pour la remise en ligne de l’archive. Pendant un an, nous avons parlé beaucoup de musique libre, peu du développement (affreusement technique) du site. Tumulte qui était avec nous depuis 2012 et jusqu’en mai 2014 a développé, à partir d’une base Mediagoblin (langage Python), une version nouvelle de l’interface, une Dogmazic V3 (dans notre jargon).

Quand il est parti en mai 2014, il nous a laissé telles quelles les sources. Il nous a donc fallu reprendre le développement avec des gens motivés et compétents en Python (ce qui est difficile à trouver pour un projet de notre envergure !). C’est alors qu’Exorde revint nous donner des signes de vie et nous proposer de reprendre le développement d’une nouvelle version, cette fois, plus facile à programmer. Nous nous sommes tournés vers Ampache (langage PHP) pour développer une nouvelle version, la V4.
Exorde travaille sans relâche afin de porter les fonctionnalités de la V2 sur Ampache, mais il en manquera certainement. Nous sommes de plus en contact assez régulier avec Afterster, développeur francophone d’Ampache, qui prend nos suggestions en compte dans le développement d’Ampache.
Pendant ce temps, de plus en plus de personnes s’impatientent quant à la sortie d’une béta ou même de la version officielle. De nombreux labels préfèrent travailler avec FMA, Soundcloud, Bandcamp, Archive.org … il y a beaucoup d’alternatives à Dogmazic depuis quelques années, preuve que la musique libre s’est disséminée un peu partout et que les licences libres et ouvertes sont mieux prises en compte dans les différentes solutions d’écoute et téléchargement de musiques. La spécificité de Dogmazic c’est de prendre en compte un ensemble de licences (36 au total), une documentation fournie et une communauté active. Et sur ce dernier point, nous pensons que dès que l’archive reviendra, beaucoup de gens reviendront nous voir aussi.

ampache-dgz

Pendant ce temps-là en France…

La musique libre en France connaît plusieurs développements. À partir de Jamendo, une communauté assez silencieuse s’est formée d’artistes sous contrats publicitaires, et la revendication, au départ forte, de « musique libre » est moins visible, même parmi ceux qui utilisent les licences. L’accord Sacem / CC a eu un effet dévastateur sur ces notions. La Sacem, profitant du flou de la notion de NC (Non Commercial) s’est engouffré dans une brèche et beaucoup d’artistes et labels pensent que musique libre = don de la musique, et qu’aller plus loin dans la réflexion les ferait aller dans une voie « expérimentale, militante » qu’ils n’ont pas choisi.
Et pourtant, les outils existent pour faire de la musique libre une vraie alternative.
Dans un article publié en septembre 2014, nous avons montré comment des artistes sous licence libre peuvent réclamer des redevances pour droit d’auteur (perçues « normalement » par la Sacem, si l’artiste en question est sociétaire) ; Youtube permet de monétiser des vidéos, Flickr des photos, Inlibroveritas les textes… les solutions de crowdfunding permettent de revaloriser les anciennes manières de réaliser un album par la souscription…
Si jamais un soucis vous arrive, vous pourrez compter sur la documentation du site et sur notre réactivité sur ces questions.

La suite ?

Les choses s’accélèrent, l’archive reviendra en ligne très certainement bientôt (on va arrêter de donner des dates, ça ne nous réussi pas). L’importation s’est bien déroulée, et malgré quelques fonctionnalités encore absentes, l’essentiel est là. De plus l’évolution d’Ampache va aussi nous faciliter les choses pour étendre le site à d’autres dispositifs (applications mobiles).
Nous y voilà pour cette année riche en informations, mais aussi beaucoup d’attente sur la sortie de la version de Dogmazic.
Toute l’équipe se joint à moi pour vous souhaiter une très bonne année 2015 qu’elle soit remplie d’événements heureux de projets personnels et professionnels qui se réalisent (enfin !) ainsi qu’une très bonne santé; nous concernant 2015 sera l’année de la sortie de Dogmazic V4 !
Aisyk, Decay, Explicite (bureau de l’association)

Revolution Sound Records – Derrière le front, de People Ignore who i Am

Faire de la zic avec des logiciels libres, c’est juste nickel. Mais la musique elle-même ? Libre aussi ? Le collectif Revolution Sound Records regroupe des artistes qui publient exclusivement avec des licences de libre diffusion. Et aujourd’hui c’est People Ignore who i Am, du collectif RSR qui publie son dernier album Derrière le front. L’occas de vous parler un peu de musique libre, de PIA et de RSR.

J’ai eu l’occas de taper un brin la tchatche y’a quelques temps avec Olinuxx, par IRC interposé, lors de la dernière Install Party Giroll. Et il m’a gentiment convié à venir présenter le collectif RSR sur LinuxMAO.

A priori pas évident puisque LinuxMAO traite surtout de la production audio avec des logiciels libres. La musique libre, c’est un autre sujet… Et publier une news sur LinuxMAO pour présenter un collectif qui existe depuis plusieurs années, ça aurait vraiment été super hors sujet. J’ai donc patienté, histoire d’avoir vraiment une news à fournir et c’est PIA (People Ignore who i Am) qui vient, aujourd’hui de me fournir la méga news à vous annoncer :

PIA, membre du collectif RSR, publie aujourd’hui un nouvel album tout neuf, Derrère le font, à télécharger librement et tout à fait légalement, et à redistribuer à un max de personnes absolument légalement aussi, parce que c’est ça la musique libre. Merci PIA PIA Noël smile.

L’album s’appelle Derrière le front

People Ignore who i Am - Derrière le front

Pour bouger son popotin tout en titillant ce qui se cache derrière le front…Ce qui, chez nous humains, ne se fait quasi jamais de façon simultanée. Alors que chez les bonobos, si.

Une expérience donc, à ne pas manquer.

L’album entier est téléchargeable en un seul clic.
Mais aussi les titres :

1. Dansophobia (mp3paroles)

2. Langage diplomatique (mp3paroles)

3. Ça s’aime (mp3paroles)

4. Derrière le front (mp3paroles)

5. On y croit (mp3paroles)

6. Plan social (mp3paroles)

7. Et moi (mp3paroles)

8. Pas maintenant (mp3paroles)

9. Le dernier Onfray (mp3paroles)

10. Des hommes (mp3paroles)

11. Qu’avons-nous fait ? (mp3paroles)

En prime, pour les amoureux de karaoké, la version instrumentale de tous les titres de l’album est aussi disponible.

Les images pour une pochette ou le recto et le verso sont aussi à disposition des amoureux de supports physiques qui ne manqueront pas de se le fabriquer artisanalement, avec leurs petites menottes agiles.
Avant bien sûr de le diffuser largement afin de donner à cette Œuvre majeure l’audience qu’elle mérite (c’est à dire universelle).

Merci à Jean-Luc (JLJN) pour l’artwork et à Zeco de RSR pour les voix sur « Derrière le front ».

Le tout est publié sous licence Creative Commons BY-NC-ND, même si PIA ne demande pas mieux que certains s’amusent avec ses titres pour en faire d’autres.

Vous trouverez aussi plein d’autres musiques libres sur le site du collectif Revolution Sound Records. N’hésitez pas non plus à venir taper la tchatche sur notre forum, si vous avez des questions pour savoir c’est quoi en vrai la musique libre… ou simplement pour passer nous faire coucou.

Le contenu de cette page est licencié sous les termes licence.

Bonne année 2015 !

Pour cette nouvelle année, nous vous préparons quelques trucs… 🙂 En tout cas, un article qui retracera notre année 2014, avec toutes nos péripéties, qu’on espère bien derrière nous, et qui vous permettront de voir que l’association est toujours là.

Et aussi la nouvelle que nous voulions vous annoncer déjà en octobre mais qui a pris, encore, du retard…

Dogmazic en 2015
Dogmazic en 2015 en phase beta 🙂

Encore plein de choses à gérer (importations des différents comptes, morceaux, licences…), mais ce sera concret en 2015 grâce à Exorde, Shangri, Decay, Explicite, Hogren et plein d’autres !

Tetaneutral

Nous avons déménagé récemment vers tetaneutral. Afin de mieux les connaître et aussi les lieux dans lesquels ils se situent, je vous propose cette série d’articles sur tetaneutral, leur association, et les lieux dans lesquels ils se situent.

D’abord, beaucoup de choses peuvent être vues, lues sur le site de cette association. Ils détaillent tout : les contacts, les dates, les comptes… La transparence est totale (il me manquerai plus que des enregistrements des réunions de CA et autres AG).

Pourquoi un tel fonctionnement ? Comment en sont-ils arrivés là ?

Laurent GUERBY nous en parle un peu.

Bonjour Laurent, peux-tu te présenter un peu, ton parcours perso en lien avec l’activité de tetaneutral et l’idée d’un FAI associatif ?

Je m’appelle Laurent GUERBY, je suis ingénieur telecom bretagne de formation et tetaneutral.net a été pour moi l’occasion d’agir sur le  sujet de la neutralité du réseau qu’il est important de préserver étant  donné la place que prend l’internet dans la vie de tous.

Tetaneutral est né en 2011, tout est documenté sur votre site, c’est la transparence totale. Pourquoi ce choix ?

Je n’aime pas le terme de « transparence totale » qui est souvent utilisé pour préserver un fonctionnement opaque. Et les informations personnelles de nos membres ne sont évidemment pas rendues publiques donc la transparence n’est pas « totale ».

La transparence technique est comme pour le logiciel libre : nous diffusons les connaissances autour de notre domaine en espérant que cela incitera et facilitera la création d’initiatives similaires.

La transparence sur le fonctionnement financier devrait être selon moi envisagé plus largement dans le monde associatif et militant : le public reçoit actuellement un discours infantilisant avec juste le prix et la marque comme information que ce soit dans l’alternatif ou pas.

Pouvoir dire exactement pourquoi et comment on arrive a tel ou tel prix pour tel bien ou service est une arme sociale puissante de pouvoir quand les autres ont plutôt envie de cacher ce qu’ils font car en général ils n’en sont pas très fiers.

Malheureusement ce levier est extrêmement peu utilisé alors qu’il n’a jamais été plus simple et peu coûteux de publier le livre des recettes et dépenses mensuellement par exemple.

Aujourd’hui tetaneutral c’est combien de personnes derrière ? Il y a des salariés ?

tetaneutral.net a 595 membres a ce jour, il n’y a aucun salarié ni
subvention, l’association est auto financée et fonctionne sur la base
du bénévolat local, avec au total une trentaine de bénévoles actifs.

Penses-tu qu’un FAI associatif soit viable économiquement ? L’idée de créer une SCOP, comme dans beaucoup d’autres domaines (culture, énergie, agriculture, formation…) a-t-elle été émise ?

Économiquement oui c’est viable comme le montre notre transparence financière. Sur un projet avec des infrastructures plus lourdes et un besoin de salariés une SCIC serait sans doute une structure plus adaptée qu’une SCOP, par exemple pour un déploiement de fibre optique citoyenne.

Comment le lien avec MixArt Myrys a-t-il été réalisé ? Juste un hébergement physique de machines ou d’autres actions sont en lien ?

Nous avons fait appel a un prestataire en 2011 pour poser une fibre entre Mix’Art Myrys et le « datacenter » Cogent de Toulouse, pour des raisons d’assurance même si nous avons fait aussi de la pose de fibre optique nous même a d’autres occasions. L’objectif était des le départ de faire de l’accès internet via radio et de l’hébergement de machine en format libre.

Le côté technique du net et l’artistique, nous connaissons bien à  Musique Libre. Nous sommes d’ailleurs souvent dans des débats entre « technique web / internet / plate-forme / culture libre » et « diffusion musicale / droits d’auteurs »… Logiciel libre et culture ne font-ils pas forcément bon ménage du côté des professionnels de la culture ? C’est quelque chose que tu as pu remarquer ?

C’est un vaste sujet, tetaneutral.net privilégie bien sûr les logiciels
libres auxquels nous contribuons parfois. Une partie du monde de la
culture est demandeur de pas mal de lois liberticides sur l’internet et
la technologie, si on pouvait arriver a une relation plus harmonieuse
sans casser l’internet tel qu’il est cela serait une très bonne chose.

L’avenir de tetaneutral dans 5 ans ?

Sur les 5 prochaines années des milliards d’euros d’argent public vont être dépensés pour déployer de la fibre optique dans les zones jugées non rentables par les opérateurs commerciaux, c’est à dire plus de 90% du territoire en surface. Nous espérons que tetaneutral.net et de futures SCIC locales ne seront pas évincées par des barrières à l’entrée tarifaires artificielles (comme cela a été le cas pour l’ADSL) et pourront offrir un accès internet neutre sur ces infrastructures financées par les contribuables.

Merci !

Capitole Du Libre : On y a été !

Merci à Toulibre pour l’organisation, et tout le reste ! Nous avons adoré notre séjour à Toulouse. En bonus une petite image de notre intervention autour des Enjeux de la Musique Libre.

MLO-Capitole
Photo par Gandalf81 – Licence : CC by SA