Archives par mot-clé : musique

@diffuser.net – Podcast n° 40

Hé bien on arrive déjà au numéro 40 ! Si on m’avait dit ça quand j’ai commencé en 2011… En tout cas le choix a été bien compliqué pour ce numéro et j’ai dû laisser sur le carreau quelques titres vraiment très bons !

Un grand merci à tous ces artistes pour leur choix de partager librement leurs œuvres ainsi qu’aux netlabels pour leur travail de défrichage et de mise en avant.

Crédit image :
January, par Vincent Lee, sous licence CC-BY-NC-SA
www.flickr.com/photos/xine_kr/8352196783

Tracklist :

01-Josianne Paradis – De Lorimier – Je cherche les mots (CC-BY-NC-SA)
josianneparadis.bandcamp.com/album/de-lorimier

02-The Barista’s – Lipstick On Your Mug – Don’t Mind (CC-BY-NC-SA)
thebaristas.bandcamp.com/album/lipsti…-on-your-mug

03-Ed Ghost Tucker – Channels – Kids on the Block (CC-BY-NC-ND)
edghosttucker.bandcamp.com/album/channels
@edghosttucker

04-Warik – Deep Blue Sea – Deep Blue Sea (CC-BY-NC)
warik.bandcamp.com/album/deep-blue-sea

05-Whippoorwill – Memories of Man (single) – The Way You Stand (CC-BY-NC-SA)
whippoorwillmusic.bandcamp.com/album/mem…an-single

06-Angil and the Hiddentracks – LINES – The major chords (CC-BY-NC-ND)
angilandthehiddentracks.bandcamp.com/album/lines

07-Popobawa – GARDENS of the ALVERSTOCRACY – Appetite (CC-BY-NC-ND)
popobawa.bandcamp.com/album/gardens-…-alverstocracy

08-Gary Dread – Bring Forth Light – Lifted(featuring Trevau Ital) (CC-BY-NC-ND)
garydread.bandcamp.com/album/bring-forth-light

09-Netlabel : Duende Sherman y los Brócolis del Futuro – Aceite – Nice Bossa (CC-BY-NC-ND)
netlabel.bandcamp.com/album/009-aceite

10-Austin Farrell – Never Goodbye EP – Shinin’ Diamonds (CC-BY-NC-ND)
austinfarrellmusic.com/album/never-goodbye-ep

11-Samuel Lockridge – I Call The Living – Georgia Bound (CC-BY-NC-SA)
samuellockridge.bandcamp.com/album/i-ca…the-living

12-Will Stratton – Gray Lodge Wisdom – Gray Lodge Wisdom (feat. The Weather Station) (CC-BY-NC-ND)
willstratton.bandcamp.com/album/gray-lodge-wisdom

13-Robin Mitchell – Dust – Dust (CC-BY-NC-ND)
robinmitchell.bandcamp.com/album/dust

14-Elodie Milo – Ida – Amant Solaire (CC-BY-NC)
music.elodiemilo.com/album/ida

15-À La Mode – À La Mode – Mountaintop (CC-BY-NC-ND)
a-lamode.bandcamp.com/album/la-mode

16-Vita and the Woolf – FANG SONG – MM Chka Mm (CC-BY-SA)
vitaandthewoolf.bandcamp.com/album/fang-song

17-Postilion and Dream Horses – Pale Lunar Fictions, Vol. 1 – Polydamna (CC-BY)
postilionanddreamhorses.bandcamp.com/album/…-vol-1

18-Enough Records : The Easton Ellises – Nightwavs – Fall For You (CC-BY-NC-SA)
enoughrecords.scene.org/release/enrmp363

19-kubikámi : 25 Colors per Line – The Field of Art (CC-BY-NC)
kubikami.bandcamp.com/album/25-colors-per-line

20-Uva Robot : El Mal Gusto – Desayuno – Que Cunda el Pánico (CC-BY-NC-SA)
uvarobot.cl/album/desayuno

21-Joao Hasselberg – Truth Has To Be Given In Riddles – Perry Smith’s Dreams (CC-BY-ND)
joaohasselberg.bandcamp.com/album/truth…-in-riddles

22-Phonocake : beat.dowsing – rising.current – renegades (CC-BY-NC-ND)
phonocake.org/release.php?release_id=224&lang=2

23-Bad Panda Records : SOHLA – Clay (Feat. Robyn Glass) (CC-BY-NC-SA)
Bad-panda-records – Sohla-clay-feat-robyn-glass

24-Peão Ilustre – Peão Ilustre – Barnard 68 (CC-BY-SA)
peao-ilustre.bandcamp.com/album/pe-o-ilustre

25-Kahvi Collective – Threads : Curious Inversions – Thread on the water (CC-BY-NC-ND)
www.kahvi.org/releases.php?release_number=351

2014 c’est fini, bienvenue en 2015 !

Nous voici en 2015.

En cette nouvelle année, nous voulions vous apporter une rétrospective un peu technique de l’année 2014. Nous y voilà, c’est parti !

En 2014 ? Mediagoblin c’est fini, bonjour Ampache !

On ne va pas refaire l’historique complet depuis le blackout de l’archive, mais depuis décembre 2012, nous mettons ce que nous pouvons pour la remise en ligne de l’archive. Pendant un an, nous avons parlé beaucoup de musique libre, peu du développement (affreusement technique) du site. Tumulte qui était avec nous depuis 2012 et jusqu’en mai 2014 a développé, à partir d’une base Mediagoblin (langage Python), une version nouvelle de l’interface, une Dogmazic V3 (dans notre jargon).

Quand il est parti en mai 2014, il nous a laissé telles quelles les sources. Il nous a donc fallu reprendre le développement avec des gens motivés et compétents en Python (ce qui est difficile à trouver pour un projet de notre envergure !). C’est alors qu’Exorde revint nous donner des signes de vie et nous proposer de reprendre le développement d’une nouvelle version, cette fois, plus facile à programmer. Nous nous sommes tournés vers Ampache (langage PHP) pour développer une nouvelle version, la V4.
Exorde travaille sans relâche afin de porter les fonctionnalités de la V2 sur Ampache, mais il en manquera certainement. Nous sommes de plus en contact assez régulier avec Afterster, développeur francophone d’Ampache, qui prend nos suggestions en compte dans le développement d’Ampache.
Pendant ce temps, de plus en plus de personnes s’impatientent quant à la sortie d’une béta ou même de la version officielle. De nombreux labels préfèrent travailler avec FMA, Soundcloud, Bandcamp, Archive.org … il y a beaucoup d’alternatives à Dogmazic depuis quelques années, preuve que la musique libre s’est disséminée un peu partout et que les licences libres et ouvertes sont mieux prises en compte dans les différentes solutions d’écoute et téléchargement de musiques. La spécificité de Dogmazic c’est de prendre en compte un ensemble de licences (36 au total), une documentation fournie et une communauté active. Et sur ce dernier point, nous pensons que dès que l’archive reviendra, beaucoup de gens reviendront nous voir aussi.

ampache-dgz

Pendant ce temps-là en France…

La musique libre en France connaît plusieurs développements. À partir de Jamendo, une communauté assez silencieuse s’est formée d’artistes sous contrats publicitaires, et la revendication, au départ forte, de « musique libre » est moins visible, même parmi ceux qui utilisent les licences. L’accord Sacem / CC a eu un effet dévastateur sur ces notions. La Sacem, profitant du flou de la notion de NC (Non Commercial) s’est engouffré dans une brèche et beaucoup d’artistes et labels pensent que musique libre = don de la musique, et qu’aller plus loin dans la réflexion les ferait aller dans une voie « expérimentale, militante » qu’ils n’ont pas choisi.
Et pourtant, les outils existent pour faire de la musique libre une vraie alternative.
Dans un article publié en septembre 2014, nous avons montré comment des artistes sous licence libre peuvent réclamer des redevances pour droit d’auteur (perçues « normalement » par la Sacem, si l’artiste en question est sociétaire) ; Youtube permet de monétiser des vidéos, Flickr des photos, Inlibroveritas les textes… les solutions de crowdfunding permettent de revaloriser les anciennes manières de réaliser un album par la souscription…
Si jamais un soucis vous arrive, vous pourrez compter sur la documentation du site et sur notre réactivité sur ces questions.

La suite ?

Les choses s’accélèrent, l’archive reviendra en ligne très certainement bientôt (on va arrêter de donner des dates, ça ne nous réussi pas). L’importation s’est bien déroulée, et malgré quelques fonctionnalités encore absentes, l’essentiel est là. De plus l’évolution d’Ampache va aussi nous faciliter les choses pour étendre le site à d’autres dispositifs (applications mobiles).
Nous y voilà pour cette année riche en informations, mais aussi beaucoup d’attente sur la sortie de la version de Dogmazic.
Toute l’équipe se joint à moi pour vous souhaiter une très bonne année 2015 qu’elle soit remplie d’événements heureux de projets personnels et professionnels qui se réalisent (enfin !) ainsi qu’une très bonne santé; nous concernant 2015 sera l’année de la sortie de Dogmazic V4 !
Aisyk, Decay, Explicite (bureau de l’association)

L’assemblée prolonge la durée des droits voisins (producteurs, interprètes…)

L’assemblée nationale a approuvé la prolongation des droits voisins en France de 50 ans à 70 ans. Johnny Hallyday et ses producteurs sont contents, ils vont pouvoir profiter de leurs redevances 20 ans de plus avant que leurs œuvres ne soient disponibles au domaine public.
Bien évidemment, cela ne résout en rien les problèmes récurrents des artistes, notamment pour les revenus liés au streaming (voir graphique plus bas) ni ne permettra à de nouvelles productions de trouver un écho auprès d’un public. Pire, cette prolongation permettra des recyclages en masse de catalogues à moindre frais (comme la réédition opportuniste des premières chansons  du frère de Dalida).adamistreaming
Cette loi transpose une directive européenne qui permet aux bibliothèques, musées, et établissements d’enseignement d’utiliser les œuvres dites orphelines. Ces œuvres dont les auteurs ne sont pas connus étaient, jusque là, inexploitables.
Autre directive européenne, celle de la sortie illicite du territoire d’œuvres françaises. Il faudra déclarer les œuvres que vos transportez à la douane si vous traversez les frontières.

Sources : Article et commentaire de P.Lazareff.

Premier festival du domaine public du 16 au 31 janvier 2015

27 événements, 20 lieux, 15 jours pour célébrer ensemble le domaine public.

On fête souvent le cinquantenaire de la mort d’un auteur, le centenaire de la naissance d’un autre… Autant d’anniversaires juste symboliques. Rien de tel 70 ans après la mort d’un auteur : ses œuvres entrent dans le domaine public, et c’est ce qui vaut bien une célébration.
Edvard Munch, Aristide Maillol, Jean Giraudoux, Glenn Miller et bien d’autres ont la joie et le plaisir de vous inviter au premier festival du domaine public qui se déroulera à Paris du 16 au 31 janvier.

Pourquoi tous ces auteurs illustres ? Parce que leurs œuvres entrent dans le domaine public le 1er janvier 2015. Après avoir été longtemps couvertes par les droits d’auteur, elles s’offrent enfin pleinement à nous. On a coutume de dire qu’une œuvre tombe dans le domaine public comme elles tomberaient dans les limbes de l’oubli… Mais ce serait sans compter l’apport précieux des nouvelles technologies. Si une œuvre du domaine public est numérisée, loin de sombrer dans l’oubli, elle acquiert une nouvelle vie : chacun peut la redécouvrir, la diffuser voire la modifier et en faire le terreau d’une création nouvelle. Plus d’autorisation à demander ni d’argent à verser. Elle rejoint ainsi et pour toujours notre patrimoine culturel commun.

Mais pour s’approprier cette culture désormais potentiellement accessible à tous, quoi de mieux qu’un festival bien réel ? Pour s’informer, se former, se cultiver, pour numériser et créer ensemble… Pour aborder le domaine public dans toutes ses formes et sous tous les angles.

Des concerts, des projections, des ateliers, des conférences, dans des musées, des bibliothèques, des hackerspaces, des lycées… 25 événéments, 20 lieux, 30 organisations impliquées, 100 intervenants. Pendant quinze jours, à Paris et dans sa région, un festival riche et varié à entrée libre qui s’adresse à tous les publics.
Un point presse permanent sera tenu les 7 et 8 janvier 2015 à l’Espace Pierre Cardin, à l’occasion du forum « Réinventer l’alliance sciences­ société ».

festivaldomainepublic.org

La musique c’est aussi l’expression.

La musique c’est aussi l’expression, solidarité avec

Beaucoup de choses sont dites, beaucoup le seront encore. J’avais envie de publier quelque chose ici. Oui l’Association Musique Libre, ne serait-ce que dans son nom, est touchée. Faire de la musique, la diffuser, la représenter c’est aussi s’exprimer. Combien d’artistes, sur scène, dans la rue, ou ailleurs s’expriment et usent de leurs libertés pour dénoncer, crier, hurler leurs sensibilités, leurs idées ?

Et combien ont voulu et veulent les faire taire ?

Alors continuons, exprimons-nous, hurlons, dénonçons, usons et abusons de nos libertés, personne ne peut nous enlever notre volonté, nos idées seront plus puissantes ensemble.