Archives par mot-clé : musique

Musique libre en prison

De août 2010 à septembre 2011 | Établissements de la plaine de l’Orbe (Canton de Vaud, Suisse)

“Bien qu’évidemment temporaires, il arrive des moments où les murs autour de nous disparaissent complètement. Là, nous savons que nous avons trouvé la justesse, sans pouvoir dire exactement ce qui s’est produit. Ce que je peux dire personnellement, c’est que c’est très intime, que nous avons touché à quelque chose de très libre, et que chacun peut voir l’autre dans un état semblable. J’ajoute : si ces moments ne détruisent pas les murs de façon définitive, ils montrent que les murs ne sont pas non plus définitifs.”

Immanuel de Souza

L’atelier “Musique libre en prison” s’est déroulé de août 2010 à septembre 2011 à la Colonie des EPO. Les musiciens IMMANUEL DE SOUZA et BENOÎT MOREAU y ont proposé une approche libre de la musique aux personnes détenues, qu’elles disposent ou non de connaissances musicales. Tous les instruments ou objets à possibilités sonores étaient acceptés.

Une telle approche consiste à utiliser le son, ou plus exactement une intention sonore, pour trouver, en équipe, un langage musical libre. Cet “échange musical” va au-delà de toute idée théorique ou esthétique de la musique. Il vise à trouver, ensemble, les règles d’un jeu collectif autour d’un langage musical inventé sans structure définie, si ce n’est le son lui-même.

Le langage en question doit trouver ses propres codes et peut aussi bien être bouleversé en tout temps par un désir collectif de changement. Ainsi, ce mouvement de construction/destruction du langage ira jusqu’à se fixer dans une forme collective qui prendra en compte toutes les forces – et faiblesses – individuelles qui constituent l’ensemble du groupe.

Tout au long de l’année, des enregistrements ont été effectués pour donner lieu à l’édition d’un disque, qui sortira en 2012 sur un netlabel.

L’atelier Musique libre en prison & l’IMO concert en live-streaming • 24 aôut 2011

Pour clore le projet, un concert en live-streaming sur internet a eu lieu le 24 aôut 2011. A cette occasion l’Insubordination Méta Orchestra s’est joint à l’équipe de Musique Libre en Prison.

• Le principe • deux formations, deux lieux de concert intra- et extra-muros, le live-streaming permettant la rencontre entre ces deux espaces-temps via internet. Le public était invité à écouter un concert en live-streaming joué aux Établissements de la plaine de l’Orbe (EPO), puis à assister à une deuxième partie en live, le tout au Théâtre 2.21–tout comme le public présent aux EPO, inversement bien sûr. Les concerts des EPO et du Théâtre 2.21 se sont joués en 4 sets de 20 minutes, alternant entre live et live-streaming.

1er partie aux EPO

2e partie au Théâtre 2.21

3e partie aux EPO

4e partie au Théâtre 2.21

Un CD sera édité en 2013 et révélera la travail réalisé durant les 12 mois d’atelier. En attendant, profitez du concert.

Pour plus d’informations allez à la page “médias”

Source : http://www.prelude.ch/projets/projet-01/

AMMD : Souscriptions des deux prochaines productions

Yo !

Les deux prochaines productions de l’AMMD sont déjà en cours de mixage. Aussi, l’heureux temps des souscriptions est venu. Joie ! Oui, joie dans ton cœur car tu peux désormais soutenir l’un, l’autre, ou même les deux projets à la fois directement depuis notre site ! [1] Soutiens-les, et tu seras justement récompensé, sois-en certain.

Les deux albums sortiront le 1er novembre 2014 sous Licence Art Libre et seront disponibles gratuitement au téléchargement.


SEC – 2e Album
lp colomiers lerock – cd + vinyl


Soft Rains & Stone From The Sky – Æmeth
split post-rock ambient stoner – cd


[1Ici, pas de kisskissgangbang ou autre pustule, on fait ça nous même, avec paypal comme seul intermédiaire. Et on finira bien par se passer d’eux aussi, on y travaille…

Netlabels et collectifs qu’on aime bien

Voici une petite liste de Netlabels et collectifs que vous retrouverez  avec de la musique libre en direct de leurs oreilles !

AMMD

L’AMMD est une coopérative d’artistes libres produisant de l’Art Libre avec des matériels et des logiciels libres.

A l’origine structure de production musicale (albums puis tournées, spectacles, créations), en s’ouvrant aux autres disciplines, elle est devenue une sorte d’incubateur, de centres d’essais et de coopération d’artistes dans lequel tout est possible, avec une démarche sociale fortement ancrée du côté du « monde du libre » et de l’indépendance, ainsi qu’une sensibilité écologique assortie d’actions et non de subvention !

Da Heard It Records

8Bits, électro et musique libre depuis 2006, pas mal de pépites !

daheardit-records

Fresh Poulp

THE netlabel dub en France, plein de références !

freshpoulp_logo

Haze

Netlabel de Kiev, de la Ruhr, et des Alpes françaises, avec du jazz et de bons morceaux de musique libre.

haze

LCL (LibreCommeL’air)

Netlabel de Montpellier, dub, roots et tabaga. Et un super projet de samples pour les gens ! (Boîte à sons)

LCL

Mahorka

Netlabel moins actif mais rempli de 135 releases !

mahorka

Phlow

Site allemand qui est une mine d’informations sur les Netlabels. Quelques parties du site ne sont pus mises à jour, mais la musique reste.

366daysofmusic

Rec72

Netlabel depuis 2007, dans leur partie « about » vous pourrez même voir leur évolution au niveau de l’utilisation des licences qu’ils utilisent.

rec72

Revolution Sounds Records

Collectif du sud de la France, métal, rock sont les pierres angulaires de ce collectif actif dans divers projets (Take The Bus, J’ai vu un son…)

rsr

Sirona Records

Netlabel basé en France, une belle collection de releases depuis 2011 (ils s’approchent des 800 références).

Sincerity is the key

Tænia Solium

Collectif basé à Grenoble, très DIY, très électro-indus, voire carrément punk. De bons amis à l’origine de la K7 collector en soutien à Dogmazic !

les punks

Monpauvrelieu

Les Productions Monpauvrelieu défendent les intérêts financiers des rentiers Clodomiro Charlilechó, Juanito Carabonita, Ferdinand Raillefer, Mahsun Delipahşap, et de bien plus infréquentables encore
Toute personne soupçonnée d’avoir entendu notre musique, même accidentellement, sera inculpée et traînée en justice pour défaut de sécurisation de conduit auditif.
Pour vous qui lisez, il est déjà trop tard: vous avez été repéré infailliblement par notre système de reconnaissance biométrique et trahi par la longueur arrogante de votre auriculaire.
Il est désormais inutile et vain de vous enfuir ;

sont tous à vos trousses.

monpauvrelieu

Shangri-I

Naxo, Still Living Creatures, et bien sûr Me in The Bath !

Il a aussi monté le site Clewn.org, un petit frère de Dogmazic (attention, site Web 1.0 😉 )

Explicite : Putain de RAP

image
L’album PUTAIN DE RAP est disponible ici :
http://www.explicitelesite.fr/rubrique-musique_albums_page_album.php?pa=114
Le titre de l’album annonce le concept : Un constat des « travers » que l’on peut hélas trouver chez ceux qui sont censés représenter ce style musical, au devant de la scène, ainsi que de ce qui l’entoure (public, opposants au Rap). Conflit de générations dans GAMIN ! Psychanalyse d’un Rappeur incapable d’arrêter la vantardise avec JE SUIS TROP FORT. Procès fait au Rap à messages dans POSITIF. « Eléments perturbateurs » dans le circuit de cette industrie musicale avec DES PARASITES.

La musique a-t-elle une valeur ?

La valeur intrinsèque de la musique a été réduite à zéro. Alors que l’art contemporain vaut des millions de par sa simple valeur d’exclusivité.

Wu Tang Clan.

C’est ainsi que le Wu Tang Clan défend sa démarche de ne produire qu’un seul exemplaire de sa musique et d’en faire un objet unique, placé dans un coffre d’argent et gardé au Maroc. Voir leur site dédié à leur démarche.

Scluzay
Scluzay

Bien avant eux, Jean Michel Jarre en 1983 avait fait la même chose avec un album sur vinyle à un exemplaire, Music for supermarkets. Il en avait fait un événement sur RTL en ne le diffusant qu’une seule fois à l’époque et en clamant haut et fort « La musique est à tous les auditeurs que ça intéresse, piratez-le ! ». Par la suite, la matrice de pressage de vinyle a été détruite sous contrôle d’huissier.

En économie, la rareté fait la valeur et ces artistes l’ont bien compris. Mais pas n’importe qui peut se le permettre, il faut créer une valeur qui va dépendre d’un seul facteur, votre notoriété. Dans ce cas, qu’est-ce qui a réellement de la valeur ? La musique, ou la notoriété ? Ne se trompe-t-on pas au final de sujet ?

La musique libre, de son coté, est aussi dans cette démarche de valorisation de l’objet, de valorisation du rapport entre public et artistes car la musique en elle-même n’est une représentation d’une idée, d’un univers. Le support de sa mythologie peut être monnayé (pochette de CD, de vinyle, de K7, concerts, spectacles…). La musique est une idée et sa valeur est à la fois trop grande pour être monnayée et trop petite (car, aujourd’hui, duplicable à l’infini) pour l’être.

La valeur de son support est plus souvent déterminée par le coût de production et le revenu espéré que par sa notoriété (à titre d’exemple la Blender Fondation vend le pack dvd de son dernier court-métrage « Tears Of Steel » 27,20 dollars, qui permettra aussi de financer les films suivants, la même logique chez nos amis de l’AMMD ou Chabanne’s Records).

La notoriété est donc une valeur en soi qui travesti les intentions. Beaucoup d’artistes ou de groupes pensent qu’elle doit être plus importante que le reste. Et souvent, cela se traduit au détriment du contenu qui est déformé pour convenir aux besoins de communication. « De la visibilité », article publié en 2007 résume bien cette idée. Mais les radios indépendantes, les labels indés n’on pas attendus 2007 pour dénoncer les « radio edit », versions des « tubes » taillées pour les diffusions radios FM… avant de faire exactement la même chose plus tard avec leurs radios indés, leurs web-radios indés qui utilisent exactement les mêmes outils que les majors.

Pour aller beaucoup plus loin dans ces réflexions sur l’évolution des valeurs des supports de la musique, je ne saurai que trop vous conseiller cet article, en langue anglaise : the price of music. Ou celui-ci qui illustre les différents services de streaming : http://www.socialband.fr/la-remuneration-des-labels-independants-par-le-streaming/

5000$ pour 1 million de vues sur Youtube… ça fait rêver de nombreux commerciaux et publicitaires, pas beaucoup d’artistes.

(Source : http://www.konbini.com/fr/entertainment-2/wu-tang-clan-vendre-seul-exemplaire-nouvel-album/ )

The AAAHH Records Festival 2014

Pour ceux qui ne connaissent pas l’excellent netlabel aaahh-records, voici une petite session de rattrapage.

Personnellement, je les ai connu depuis 2011, avec la compilation Denmaaarhhrk. Ce netlabel allemand avait invité des artistes danois pour créer une compilation à l’occasion de leur festival annuel… j’ai acheté le disque. 🙂 En même temps je peux vous dire qu’ils sont bien libres puisqu’ils apposent les logos CC dessus.

Denmaaarhhk
Disque reçu, avec un bel effet « vinyle ».

Si je vous en parle, c’est qu’ils organisent un super festival fin août, et que ça va déchirer 🙂

Bonne écoute !