NO DADVSI MIX Contest

Réalisée dans l’urgence (en à peine 15 jours) par des artistes présents sur notre archive, le NO DADVSI MIX CONTEST est une compilation de 14 titres qui dénoncent musicalement la loi DADVSI en discussion en ce moment même à l’assemblée nationale.

Cette réaction artistique et communautaire se veut avant tout une affirmation de la liberté des auteurs face à l’emprise de plus en plus menaçante des industries culturelles.

Bien entendu, tout ce que contient cette compilation (musique, textes, images) est libre, et garanti sans DRM, alors, ne vous en privez pas (version .zip actuellement et version ed2k*. Version torrent coming soon) 🙂

Et sinon ici avec tous les fichiers qui vont bien !

La playlist :

- BohwaZ intro
- sam – télécharger est illégal
- Empire Rouge Music Concept – Le monde dans lequel nous vivons
- ChistopheE – Don’t touch my art
- The E Sound Project – Directement Remis entre leur Mains
- Lacrymosa_industry – Chanson morte (choeur anti-DADVSI)
- Lady in the radiator – refuse et resiste
- Mathias – Le monde du commerce
- disorderfusio – Three
- kaneda – Désobeissance Action Droit de vivre sans influance
- The Ant – Etre en retard
- Dj davduf – DRM (que je t’aime)
- Virgo – La clé de la liberté
- Pavö Nuexenschnuppertael & Doktor Pharaon – Leeegaal

Grand merci à L.L de Mars pour son dessin figurant sur la pochette ainsi qu’à tous ceux qui ont aidé à mettre en œuvre ce projet né sur notre forum.

Note :
*Pour retrouver la compil sur emule, se connecter sur
ed2k ://|server|195.245.244.243|4661|/
et rechercher par ex. www.musique-libre.org ou NO DADVSI.

La débâcle de l’Internet une autre vision pour le téléchargement gratuit par Janis Ian

Diatribe contre l’interdiction du téléchargement gratuit de musique sur Internet, par Janis Ian, artiste américaine.
Après avoir envoyé une quarantaine d’emails demandant l’opinion des personnes sur le téléchargement libre de musique afin de se faire l’avocat du diable, Janis Ian reçu plus de 300 réponses de personnes bossant dans le business de la musique et surtout des coups de téléphone de personnes de la NARAS (Grammy Awards) et de la RIAA lui disant que les téléchargements « détruisaient les ventes » et lui « coûtaient de l’argent ».

« Me coûtaient de l’argent ? Je ne prétends pas être une experte en droit de la propriété intellectuelle, mais je sais une chose : si un cadre de l’industrie musicale affirme que je dois être d’accord avec lui parce que cela va me rapporter de l’argent, je mets la main sur mon portefeuille… et je le vérifie après son départ, pour être sure que rien ne manque. »

« […/…]L’hypothèse de départ de tout ce bourrage de crâne, c’est que l’industrie (et ses artistes) souffrent du téléchargement gratuit.

N’importe quoi. Prenons mon expérience personnelle. Mon site (www.janisian.com) fait en moyenne 75 000 hits par an. Pas mal pour quelqu’un dont le dernier tube remonte à 1975. Quand Napster marchait à fond, on recevait environ 100 hits par mois de personnes qui avaient téléchargé Society’s Child ou At Seventeen gratuitement et qui avaient décidé qu’ils voulaient en savoir plus. Sur ces 100 là, (et il ne s’agit là que des 100 qui nous disaient comment ils avaient connu le site) 15 achetaient des CDs. Pas terribles comme ventes, hein ? Aucune maison de disques n’est intéressée par 180 ventes supplémentaires annuelles. Mais… cela fait $2700, ce qui représente pas mal dans ma comptabilité. Sans compter ceux qui ont acheté les CDs dans les magasins, ou qui sont venus voir mes spectacles.[…/…] »

Lire l’article complet de Janis Ian traduit par Alain Le Roux-Marini sur citizenjazz.com

Liens
- Article complet sur citizenjazz.com
- Site de Janis Ian
- L’article de Janis Ian
- 6 morceaux à télécharger
- Images anti-DRM en copyleft