Archives par mot-clé : dogmazic

Licence Musique Libre – et son texte légal

Bonjour !

Voici à nouveau un article sur les licences libres utilisées aujourd’hui (ou dans le passé) sur l’archive Dogmazic. Si vous avez déjà vu un de ces articles, alors vous savez que leur but est en premier lieu de sauvegarder ces licences. En deuxième lieu, de les présenter (voire exhumer 😉 ) au grand jour !

Oui, « sauvegarder ». Les artistes qui publient leur musique sur Dogmazic peuvent choisir entre de nombreuses licences, et il nous a semblé judicieux de s’en assurer une copie sur nos propres serveurs, afin de ne pas dépendre des aléas du net. C’est important de ne pas compter éternellement sur des supports externes…

…et la Licence Musique Libre qui est l’objet de cet article en est un très bon exemple 🙂 nous savions qu’elle existait, puisque nous en trouvions trace dans nos tableaux résumant les licences utilisées sur Dogmazic (comme celui-ci), mais ??? ensuite ??? elle était devenue complètement introuvable…
Votre humble serviteur s’est pourtant démené dans le web référencé ET le web non-référencé, en utilisant des sites comme archive.org mais aussi des équivalents du monde entier (y compris un site d’archivage du net chinois) ! Que nenni ! Liens morts, liens morts, partout des liens morts ! Une hécatombe !
C’est seulement en s’y mettant à plusieurs, avec la précieuse aide (et mémoire) de Aisyk notamment que nous avons pu ENFIN retrouver cette licence. Et ce n’est pas étonnant que ç’ait été difficile: elle n’était initialement hébergée (semble-t-il) qu’en un unique point du net, qu’il fallait connaître.
Mais j’arrête là cette saga, c’est un article sur la licence, pas sur son hébergement. Vous avez compris: nous avons été d’autant plus stimulés pour faire une sauvegarde de notre côté.

Alors, cette licence ?

La Licence Musique Libre est la licence du groupe Miss Helium, un groupe punk engagé qui jouait principalement dans les années 2000. Elle date de 2004 en version 1.0. Elle confère la liberté de copier, diffuser, représenter, échantillonner, mixer et incorporer tout ou partie de l’œuvre. Ce n’est pourtant pas une CC-BY ! Il y a une clause spéciale:

« L’incorporation de l’œuvre avec un support visuel (film, reportages, spectacles, …) est soumise à l’autorisation des auteurs. »

Donc voilà, une licence de libre diffusion à l’exception des supports visuels (on peut penser à la publicité) qui ne sont pas exclus, mais qui exigent l’autorisation des auteurs.

Passons maintenant à la copie du texte de la licence !


Licence Musique Libre
version 1.0 – septembre 2004

1. Objet

Cette licence a pour objet de définir les conditions selon lesquelles vous pouvez jouir librement de cette oeuvre.

2. Etendue de la jouissance

Cette oeuvre est soumise au droit d’auteur, et l’auteur par cette licence vous indique quelles sont vos libertés pour la copier, la diffuser, la modifier et l’incorporer. Toute utilisation sortant du cadre de cette licence est soumise à l’autorisation des auteurs.


2.1 La liberté de copier (ou de reproduction)

Vous pouvez copier librement tout ou partie de cette oeuvre, quel que soit la technique utilisée et quel que soit le support,
– pour votre usage personnel,
– pour l’offrir à vos amis ou toutes autres personnes,
– pour l’offrir en téléchargement sur internet avec une mention du site internet des auteurs (www.diogene.ch)


2.2 la liberté de diffuser, d’interpréter (ou de représentation)

Vous pouvez diffuser librement les copies de cette oeuvre, modifiées ou non, quel que soit le support, dans le respect des conditions prévues à l’article 2.1, si vous joignez aux copies
– le nom de l’auteur des originaux (Miss Helium),
– l’adresse où il pourra avoir accès aux originaux (www.diogene.ch),
– le texte suivant « cette musique est libre, selon les termes de la Licence Musique Libre disponible sur www.diogene.ch »

Vous pouvez diffuser librement les copies de cette oeuvre, modifiées ou non,
– sur une radio, hertzienne ou par internet, qu’elle soit commerciale ou non, en citant si possible le nom des auteurs (Miss Hélium) et le site internet sur lequel on peut télécharger cette oeuvre (wwww.diogene.ch)
– par haut-parleur dans n’importe quel lieu public ou privé, commercial ou non.


2.3 La liberté de modifier, d’échantillonner, de mixer

Vous avez la liberté, dans le respect des conditions prévues à l’article 2.1 et 2.2 en cas de diffusion (ou représentation) de la copie modifiée,
– de modifier les copies des originaux, qui peuvent être partielles ou non.
– d’échantillonner (sampling) une partie de l’oeuvre
– de mixer cette oeuvre, en totalité ou partie, avec n’importe quelle musique ou instrument de musique.

3. L’incorporation de l’oeuvre

Vous avez la liberté d’incorporer cette oeuvre dans votre propre oeuvre, dans le respect des conditions prévues à l’article 2.1, 2.2, et 2.3 en cas de diffusion (ou représentation) de la copie modifiée. L’incorporation de l’oeuvre avec un support visuel (film, reportages, spectacles, …) est soumise à l’autorisation des auteurs.


4. La durée de la licence

Cette licence prend effet dès votre acceptation de ses dispositions. Le fait de copier, de diffuser ou de modifier l’oeuvre constitue une acceptation tacite.
Cette licence a pour durée la durée des droits d’auteurs attachés à l’oeuvre. Si vous ne respectez pas les termes de cette licence, vous perdez automatiquement les droits qu’elle vous confère.
Si le régime juridique auquel vous êtes soumis ne vous permet pas de respecter les termes de cette licence, vous ne pouvez pas vous prévaloir des libertés qu’elle vous confère.

5. Les différentes versions de la licence

Cette licence pourra être modifiée régulièrement, en vue de son amélioration, par ses auteurs, sous la forme de nouvelles versions datées et numérotées. La version valable est celle en vigueur (sur www.diogene.ch) à la date ou vous copiez, diffusez ou modifiez cette oeuvre.

6. La loi applicable au contrat

Cette licence est soumise au droit français.


Source: http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http%3A%2F%2Fwww.diogene.ch%2Fmusik%2Flicence%2520musique%2520libre.htm

Source alternative: https://web.archive.org/web/20050404093011/http://www.diogene.ch/musik/licence%20musique%20libre.htm

Pdf: Licence_Musique_Libre-Miss_Helium-diogene

Nouvelles de l’archive Dogmazic

Bonjour,
auditrices, auditeurs, musiciens et musiciennes conviés sur Dogmazic, pour commencer cette année voici deux bonnes nouvelles de l’archive:
    
La première, c’est que Aisyk a pu récupérer les droits d’accès au serveur ! Une personne de plus avec les accès, cela signifie plus de souplesse, de réactivité et d’indépendance pour la gestion des problèmes techniques de l’archive. Vous vous en doutez, c’est une très bonne nouvelle 😉
La deuxième, qui est une conséquence directe de la première, c’est que l’accès SSL au site est de nouveau opérationnel, merci à Aisyk et à Florian de s’en être occupé, lors d’un contrib’atelier 🙂
Donc il est de nouveau possible de se connecter au site de manière sécurisée, avec https, qui est une version sécurisée (chiffrée) du http. Ce qu’on vous recommande: une connexion chiffrée égale plus de difficulté à une tierce personne d’intercepter vos données personnelles, égale plus de sécurité.*
Pour le moment la connexion non-chiffrée « http » reste possible, en attendant que l’équipe technique mette en place une règle pour forcer la connexion chiffrée ! Si vous accédez au site par exemple depuis votre historique de la barre d’adresse, à moins de taper « https:// » devant dogmazic.net, votre connexion pour le moment restera en http « de base ». 
C’est ainsi que s’était terminée 2018 chez Dogmazic, et que se termine cette petite breaking news pour l’archive.
Au plaisir de vous retrouver, et, avant que février passe la porte à son tour: bonne année 🙂
*il existe une petite extension qui permet d’automatiser ces connexions en https: https everywhere (https://www.eff.org/https-everywhere)
Ont contribué à cet article: Ladee, Shangri-L
Lien de l’archive: http://dogmazic.net/

Témoignage : Realaze

Bonjour, peux-tu nous dire qui es-tu ? Et quelle type de musique tu fais ?

Hello, je m’appelle Realaze en tant que compositeur et Stéphane dans la vraie vie.

Je suis un peu touche à tout en matière de musique électronique avec une préférence pour les musiques technoïdes.

Les licences libres et ouvertes, pourquoi ?

A l’époque ce qui m’importait c’était d’être écouté, et d’avoir des retours sur mes musiques, j’ai toujours composé dans mon coin, sans rien faire écouter, mes (timides) tentatives d’approche de l’industrie musicale se sont toutes soldées par des désillusions amères, des rencontres peu enrichissantes, voire toxiques. En parallèle, internet semblait un véritable Eldorado (pas dans le sens source de richesse, mais plutôt dans le sens territoires inexplorés), j’ai donc commencé à y poser mes musiques, à avoir quelques retours, positifs pour la plupart. Quelques temps après j’ai entendu parler du Copyleft, puis de la Licence Art Libre, ça m’a intéressé et une fois la nécéssaire remise en question passée (est-ce que je préfère être écouté ou gagner de l’argent ? Et si on me vole mes musiques ? Et tout le tralala), je me suis lancé totalement dans la musique libre.

Aujourd’hui j’ai perdu pas mal d’illusions sur la communauté du libre, mais ça ne remet aucunement en question mon engagement personnel, ma musique est, et restera libre, probablement jusqu’à ce que je décide d’arrêter d’en faire (c’est pas pour demain), tout simplement parce que du côté du non-libre c’est encore pire, et c’est un monde que je ne veux pas cotoyer (je parle des institutions, pas des artistes bien entendu).

Des concerts, des albums ?

Quelques web-albums qui sont présents sur Dogmazic, quelques lives il y a quelques années, je réfléchis à peut-être mettre en place un live plus abouti dans l’avenir, je pense que ma musique s’y prête.

Sur quels autres sites peut-on te retrouver ?

Sur Soundcloud, Bandcamp, pas mal d’autres sites aussi, j’ai composé énormément de trucs et ils sont disséminés un peu partout.

Et pour Dogmazic, que souhaites-tu ?

Le meilleur, bien entendu. L’archive est en place, la plate-forme demanderait un peu de travail encore, mais je sais que l’équipe est réduite et que la tâche est complexe, c’est déjà super ce qui a été fait. Maintenant il faudrait surtout que les gens reviennent et s’intéressent de nouveau à ce formidable vivier de talents qu’est la musique libre, et que de nouveaux artistes s’y mettent aussi, même si c’est probablement un choix difficile à faire à notre époque.

Témoignages : jawsberrebi

À l’occasion d’une nouvelle discussion sur notre forum, d’autres artistes ont souhaiter vous faire partager leur intérêt pour Dogmazic et la musique libre.

Bonjour, peux-tu nous dire qui es-tu ? Et quelle type de musique tu fais ?

Je suis DidJaws, connu sous Jawsberrebi également. Je fais de l’EDM tout en reprenant une structure IDM. Bref, je fais de l’électronique.

Les licences libres et ouvertes, pourquoi ?

C’est un peu Crem Road Records qui m’a proposé d’adopter ce mode de licence, je trouve ça pas mal puisque ça ne restreint pas l’auditeur si il veut remixer/réutiliser le morceau, et l’artiste garde la propriété intellectuelle dessus.

Des concerts, des albums ?

J’ai fait « DidJaws EP », une structure totalement IDM/expérimentale que j’ai auto – produit. Après, j’ai fait « #More EP » sorti sur mon propre label, TDJ Records, un peu le même genre que « DidJaws EP ». Ensuite y a eu « HARDSTEP EP » sorti sur TDJ Records sur un thème plus poussé vers l’EDM, conservant quand même l’IDM. J’ai ensuite fait « Dark & Light EP » sorti sur Crem Road Records, là on est vraiment dans un mélange EDM/IDM de Bass Music expérimentale, le truc que j’ai le plus poussé de tout mon projet. Après pour les concerts, j’en ai pas fait, mais j’aimerai bien expérimenter le live de musique électronique sur scène.

Sur quels autres sites peut-on te retrouver ?

On peut retrouver ma musique sur YouTube, SoundCloud et me musique plus récente sur Dogmazic. Après on peut me retrouver tout court sur Facebook et Twitter, si vous voulez échanger avec moi.

Et pour Dogmazic, que souhaites-tu ?

À vrai dire, la structure du site est presque parfaite, mais il manque d’activité, et je pense que ce serait mieux qu’il y ait plus de monde dans l’archive. Dogma peut faire décoller des artistes sans label ni rien, et c’est dommage que certains artistes n’aillent pas là-bas.

Témoignages : Djp

Tout ces témoignages sont aussi le fruit d’une discussion sur le forum de notre association, si vous souhaitez y paraître, n’hésitez pas à répondre à ces quelques questions !

Dernier témoignage ?

Bonjour, peux-tu nous dire qui es-tu ? Et quelle type de musique tu fais ?

Bonjour, je suis un djP, ce sont mes initiales. Mon nom est encore dans les registres de la sabam dont j’ai refusé les procédures de « démission » par trop chiantes et estimant y avoir été inscrit à la fin des ’80s contre ma volonté (récit détaillé ici : http://djp.over-blog.com/pages/CoPyLeFt-1139614.html)
Je fais de la musique seul et en groupe depuis 1982 et j’invente et fabrique des instruments depuis 2000. Je suis fortement influencé par la dark new-wave, les musiques ethniques et ponds des morceaux principalement expérimentaux et très hétéroclites oscillant entre l’abstraction pure, le rythme et la musicalité affirmée.

Les licences libres et ouvertes, pourquoi ?

En 1989 déjà, je sortais des cassettes en autoprod et référais à mon désir de libre partage avec des notices comme: « Au nom de la musique, j’emmerde la sabam, ce qu’il appellent « le droit » et l’industrie en générale » (j’étais jeune et fougueux, n’est-il pas?). J’ai tout naturellement été vers la licence art-libre en m’éditant sur le net en 2005. Surtout s’il s’agit de .mp3s, la valeur marchande me semble purement arbitraire et injustifiée.

Des concerts, des albums ?

J’ai toujours fait des concerts occasionnels et sorti des musiques en autoprod qui circulaient dans un microcosme. Je n’ai aucune ambition autre que de continuer  sur cette voie. Diverse performances solo accompagnaient de la danse ou des projections expérimentales, quelques installations sonores se sont mêlées à des expos d’art-plastique, j’ai également sonorisé des films et du théâtre jeune-publique. En m’éditant sur le net, j’ai fini par ranger chronologiquement certaines chose ou en remixer d’autres qu’on peut trouver sur cette page : http://djp.over-blog.com/pages/MuSiQuEs_eLeCtRoNiQuEs_De_djp-1047456.html. Mon projet actuel (depuis 2014) s’appelle Why the eye, on y joue a 5 exclusivement sur mes instrus et on s’amuse bien. On a fait 6 concerts depuis le mois d’avril.

Sur quels autres sites peut-on te retrouver ?

J’ai des comptes chez soundcloud et chez archive.org qui me permettent d’incruster des lecteurs sur mes blogs. Le compte Myspace que j’avais créé en 2005 était essentiellement insupportable et je l’ai écrasé, de même, j’avais essayé Jamendo qui ne me convient pas. Dogmazik se montrait de loin la plate-forme la plus conviviale! Je fais partie des ultra-réfractaires à faisebuck et à ces formes de réseaux faussement sociaux.

Et pour Dogmazic, que souhaites-tu ?

Je souhaiterais que le plantage de 2012 n’ait pas existé et que le site continue tel quel. À défaut (vu que c’est un peu sans issue) j’espère une reprise sous une forme similaire et surtout, que la longue période de silence-radio n’ait pas fait tomber les anciens membres dans le déni. Je souhaite également que ceux et celles qui parviennent à relancer le site pour l’écoute et le partage s’en retrouvent gratifiés au plus haut point!