"Differents paths'" par Nourdine Gernelle

Le partenariat Musique Libre ! – Pragmazic

Bref historique

Parmi ceux qui suivent l’asso depuis longtemps, beaucoup s’interrogent sur l’état de la relation entre Pragmazic et Musique Libre !.

Pour rappel, Pragmazic est une entreprise privée créée par un membre fondateur de Dogmazic et quelques membres historiques afin de développer des offres commerciales autour du contenu de Dogmazic. Il s’agissait au début d’un site de vente de musique, puis de bornes tactiles disponibles en médiathèques.

Pourquoi cet article ?

Pour aller directement au but, nous allons mettre au vote le partenariat avec Pragmazic lors de l’AG de Novembre, il vous faut donc quelques éléments. Nous allons faire bref et simple : le seul objectif de ce billet est que vous compreniez tout a la fois que nous avons tout tenter pour maintenir ce partenariat tout en vous donnant quelques explications sur ce qui nous amené à la situation actuelle. En effet, nous avons le plus grand respect pour Pragmazic, et leur travail en faveur du libre et nous ne souhaitons leur nuire d’aucune façon.

Ce qu’il est important que vous sachiez, c’est que nous avons toujours tout fait pour garantir la pérennité des bornes et du lien entre l’archive gérée par l’association et son pendant présent en médiathèque géré par Pragmazic, et ce, dès notre prise de fonction.

Annulation de dette

Pragmazic étant alors en grande difficulté financière, nous leur avons aussitôt rédigé une lettre de renonciation de dette à  pour leur éviter tout problème. Il ne s’agit pas de petites sommes, et l’association s’en est trouvée elle-même menacée: nous payons les frais sur nos fonds personnels depuis près de 8 mois. La somme due aurait garanti le paiement de nos frais fixes pendant plusieurs années.

Les nouveaux serveurs et la rupture de connexion

Dans le même ordre d’idée, nous savions que la migration du serveur aurait un impact vis-à-vis des bornes, ainsi nous avons immédiatement fourni toutes les données techniques pour que cela se passe bien. Au moment de la migration, Pragmazic était en possession de l’intégralité des accès aux serveurs/bases de données ainsi que du contact de la personne qui gère le serveur. Nous avons également proposé notre aide, mais nous n’avons jamais pu obtenir la moindre information technique sur le fonctionnement des bornes.

Nous nous attendions à ce que cela se fasse rapidement, car il s’agissait d’une opération relativement peu compliqué et nous avons été surpris de ne voir personne s’en charger malgré l’importance du lien entre l’archive et les bornes. Cependant nous avons été bien d’avantage surpris de devoir porter seuls la responsabilité de cet échec alors que nous ne voyons, objectivement, pas ce que nous aurions pu faire de plus.

Comment faire sans se voir ?

Ce qui est le plus dommageable, c’est qu’une vraie collaboration aurait pu permettre de régler rapidement ces problèmes. Malheureusement, sans vraie rencontre, lorsque la situation est difficile pour chacune des parties (l’un comme l’autre devaient se remettre d’une quasi disparition), l’incompréhension mutuelle finit souvent par atteindre un point de rupture. Nous le voyions venir mais aucune de nos propositions de rendez-vous n’a aboutie à l’exception d’une conférence téléphonique à notre prise de fonction il y a près de deux ans. Difficile, dans ces conditions, de mettre en place un partenariat solide.

Des contraintes incompatibles

En outre, indépendamment de ces événements, nous pensons qu’il est dans l’intérêt de chacun des projets de s’affranchir de l’autre. En effet, il est apparu de façon flagrante que les contraintes d’une entreprise privée s’accordait mal avec celles d’une association à but non lucratif.

Il sera mieux pour Pragmazic de gérer ses contenus en interne sans avoir à compter sur les capacités très variable d’une association (comment prévoir quand et comment les bénévoles seront disponibles?), tandis que cela nous permet de discuter avec les médiathèques librement sans contrainte de rentabilité.

Une rupture gagnant-gagnant en somme.

Quoi qu’il en soit, sans rancune. Le monde du libre est beaucoup trop petit pour se le permettre.

L’association Musique Libre !

PS : Merci à Monpauvrelieu pour l’orthographe !

3 réflexions sur “ Le partenariat Musique Libre ! – Pragmazic ”

  1. « P.S. : le propos de cet article est de mettre par écrit là d’où nous partons, pas là où nous souhaitons arriver. »

    ça roule …
    Il semble à la lecture de l’article qu’il y ait bien plus d’arguments en faveur du rupture de partenariat que dans l’autre sens, mais c’est probablement factuel.

    Bref …
    Discutons en à l’AG, je sens qu’on va bien rigoler :)

  2. Pragmazic souhaite rompre le partenariat. (cf. http://musique-libre.org/forum/index.php?p=/discussion/comment/58880#Comment_58880 : « Nous allons progressivement désactiver dogmazic sur les autres bornes d’ici à partir du premier janvier »). Au bureau, en tant que membres, nous avons un avis sur la question, mais nous ne pouvons pas prendre une décision contre l’avis des membres.

    Si le vote dit qu’il ne faut pas rompre le contrat, nous ferons tout ce que l’on peut pour le maintenir. On ne fait pas de faux référendum qui implique une réponse toute faite. Si on avait voulu rompre le contrat, au l’aurait fait. Sauf qu’on bosse pas pour nous, on bosse pour vous. Je pense que Pragmazic saura vous entendre également si c’est le cas : ils ne sont pas bêtes.

    P.S. : le propos de cet article est de mettre par écrit là d’où nous partons, pas là où nous souhaitons arriver.

  3. « Pour aller directement au but, nous allons mettre au vote le partenariat avec Pragmazic lors de l’AG de Novembre »

    Hum … C’est moi ou l’article n’est pas tourné dans le sens « nous allons mettre au vote le partenariat », mais plutôt « nous allons rompre le partenariat », voire même « nous avons déjà rompu le partenariat » ??

Laisser un commentaire