Archives par mot-clé : netlabels

Édito musical de dogmazic – MARS 2019

Bonjour et bienvenue dans cet édito mensuel de Dogmazic.net pour mars 2019 !

Voici les nouveaux albums pour le mois de janvier, suivis des « pépites exhumées de l’archive ».

Nouvelles publications sur Dogmazic.net pour février 2019

Début d’un album… Peut-être ?De l’acoustique propre dans le seul titre en cours proposé. Nous attendons la suite Tristetemps !
— ardoisebleue

Un petit EP de seulement trois titres, allant de l’electro « chill out » relaxante et reposante, jusqu’à des influences techno avec un rythme martelé propre au genre. Ce disque s’écoute vraiment bien et on attend, évidemment, la suite avec impatence. 
— Shangri-l

Cordes en saturation qui tranchent avec une voie nette. Diaphonies volontaires qui peuvent interpeller. Décrochements de tempo dus à l’enregistrement direct, primitif et sans reprises. Voici un album qui pourrait vous déclencher une phase d’intellection dans le domaine musical et vous obliger à reconsidérer votre perception de l’harmonie du son. Nuls effarouchements dans cet univers phonique, l’alternative est « accaparez-vous ces complaintes » ou « passez » !
— ardoisebleue

Cet album était ma pépite du mois dernier je répèterai donc mon avis :Des titres légèrement satiriques, qui cachent des compositions pleines d’une sensibilité exprimée sous couvert de rythmes teintés soit de jazz soit de blues. « Petit accordéon de nuit » me semble toujours l’élément expérimental de cet album, ce titre diffère entièrement du contenu. J’apprécie à nouveau « 2cv dans la plaine », cédant à cette impression nostalgique des instants passés dans ces véhicules étonnants.Restons simples et  bonne écoute…
— ardoisebleue

Voilà une expérience qui a le mérite d’être tentée. Ces compositions très courtes basées sur le bruit, la distorsion et une batterie à mi-chemin en arrière de l’avant-scène produit un effet que chacun appréciera avec un esprit très ouvert sur l’inconnu.
—  ardoisebleue

N’ayons pas la sensibilité à fleur de peau. Tout acte audio-créatif demande aux auditeurs un effort de compréhension ; ICI nous pourrons relever le défi en laissant nos préjugés, temporairement, dans la cave, pour ressentir l’aboutissement de ces compositions. J’en ai personnellement conclu : « Oui, et alors ? »
— ardoisebleue

Des morceaux simples, peut-être trop, qui nous replongent dans l’atmosphère des jeux vidéo des « bars d’antan ».
— ardoisebleue

De la musique de jeu vidéo très typée années 90 voire année 80, on se croirait en train de joué sur une NES (rhoooo… nostalgie !).42 morceaux ici, probablement la bande son de la réponse à la question de la vie, de l’univers et de tout le reste.Des morceaux d’environ 1m30 de moyenne.
— trebmuh/olinuxx

Musique d’ambiance, relaxante, un peu électro, un peu planante, un peu progressive, un peu asiatique, un peu plein de choses en fait.32 morceaux ici, certains longs, d’autres plus courts, entre 1 et 4 minutes environ.
— trebmuh/olinuxx

Les Pépites exhumées de l’archive

Le titre « Quand tu dors » m’a particulièrement touché dans cet album ; Une composition simple, dépouillée, constituée d’un thème aux notes émises avec une retenue à peine ressentie nous insufflant cette impression d’hésitation qui nous prend parfois à l’instant de réveiller un être, de l’extraire de cette sérénité dont nous avons tous besoin.La diversité des styles dans la composition de cet album, tel les titres « zozo » ou « derrière toi » en comparaison des autres morceaux plus conventionnels, conforte son genre -Vidéo game-
— ardoisebleue

La gorge serrée, une voix masculine, rauque, assez rock, psalmodie des paroles absurdes, douloureuses et poétiques à la fois: mon titre préféré de ce petit album est incontestablement « Agonie D’un Trader ». C’est un morceau entre chanson française et blues-rock, assez lent, qui ne manquera pas de nous rappeler le mythique « House of the Rising Sun » interprété par de nombreux artistes comme The Animals ou The White Buffalo. Ce que j’y ai adoré, c’est cette histoire passionnelle, dont la temporalité se tuile et se superpose dans le morceau grâce à l’expressivité de la voix de l’artiste, sur une instrumentation qui est (àmha) au poil. Je ne veux pas en dire beaucoup plus, pour ne pas spoiler ! En bref: beaucoup d’images sont évoquées par ce morceau, tant d’amour que de la déchéance.Ensuite vient « Rêves Évaporées », morceau plutôt sympa mais qui m’a moins marquée, où cette fois-ci la voix oscille entre timbre « évaporé » et expression d’amertume – mais manque parfois de naturel, de détente, à mon goût. Mentionnons, encore une fois, le travail sur l’instru, le mixage, et puis les paroles: « …Après, on perd ma trace. Place au mystère, les jours et les mois passent… Sur les ondes, silence radio. Quelquefois je suis confondu avec un autre… »On conclut sur « Te Perdre », une balade qui passe souplement de la déclamation aux mélodies chantées – j’ai beaucoup aimé cette fluidité de jeu musical ! C’est un morceau avec une belle profondeur de champ instaurée grâce aux instruments. Là aussi j’ai regretté un peu que la voix ne soit pas plus détendue parfois, pour créer du contraste. Mis à part ça, c’est un bon morceau.En bref: cet album, il n’est pas tout rose, ça c’est sûr, mais il pose une sacrée ambiance !
— ladee

Outro

Ont contribué à la rédaction de cet éditorial du mois de mars 2019 : Shangril, olinuxx/trebmuh, ardoisebleue, Ladee.

Il est issu d’un travail collaboratif fait par ceux et celles qui s’impliquent dans la vie du projet. Si vous souhaitez contribuer à un prochain édito, voici le fil de forum consacré au prochain épisode de ce travail commun, rendez vous sur le fil de forum de l’édito du mois sur http://forum.musique-libre.org.

Cet éditorial est librement redistribuable selon les termes de http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0 et vous êtes fortement et librement invités et encouragés à redistribuer cet article ! Si vous le faites, mettez nous le lien où vous l’avez redistribué en commentaire de cet article, ça nous fera plaisir.

Infos générales

L’archive dogmazic.net est éditée par l’association Musique Libre. Suivez nous et/ou venez participer sur

– notre blog http://musique-libre.org

– notre forum http://forum.musique-libre.org

– notre canal IRC http://dogmazic.net/irc/

Dafna Naphtali and Hans Tammen – Mechanique​(​s) Fenestrae

Un album enregistré dans les conditions du direct, du live-processing à base de voix, guitares et musique expérimentale !

(suite à une suppression de l’artiste, voici un autre album du même collectif !)

In Vitro – Los días en la tierra

De l’électro-ambiant en direct de Mexico ! À noter que c’est aussi le projet artistique qui est derrière les compilations internationales Breathe Compilations) !

Édito musical de dogmazic – février 2019

Bonjour et bienvenue dans cet édito mensuel de Dogmazic.net pour février 2019 !
Voici les nouveaux albums pour le mois de janvier, suivis des « pépites exhumées de l’archive ».

Nouvelles publications sur Dogmazic.net pour janvier 2019

Un unique morceau ici, du hip-hop avec des sonorités électro et des intonations arabisantes. Batterie, basse, instruments à cordes, et chant en anglais.
Joli mixage et belle production auditive, tout à base de logiciels libres pour de la musique libre elle aussi.
— olinuxx/trebmuh
Un album de quinze morceaux ici. Ça démarre par des sonorités électro industrielles puis des textes en français arrivent.
Un style hip-hop qui rappelle un peu un flot et un style proche d’anciens albums d’IAM.
Les textes sont plutôt directs et sans concession, dépeignant des personnages pas très jo-jo.
— olinuxx/trebmuh
Dès les premières notes du premier titre, on sait déjà à quoi s’attendre ! Ce sera sombre, très sombre, avec des textures sonores assez inédite pour ce style. Car Explicite fait du hip-hop, et même, on peut dire que c’est un vieux routier, une référence dans la musique libre, et au fil des albums, on constate qu’il va toujours plus loin dans la maîtrise de la réalisation des instrus, de la performance vocale et de l’écriture des textes. Comme souvent, Explicite utilise comme technique de narration, assez fréquemment, l’adoption du point de vue et des discours qu’il veut dénoncer, à lire au deuxième degré donc. Un très bel album, dans la lignée d’une discographie aussi conséquente que cohérente, à découvrir, elle n’attend que vous !
— Shangril
Ça sonne un peu 8-bits, carrément chiptune, et plutôt game-boy pour ces 70 morceaux allant d’une seconde pour le moins long à 3 minutes 29 pour le moins courts, et dont certains sont des variantes d’autres.
Ambiance jeux vidéo à l’ancienne garantie !
— olinuxx/trebmuh
Voilà une démarche pour composer intéressante mais je crois que cet album s’adresse à un public sensibilisé coté –musique jeu électronique– Le titre « Buy a multi tap … » m’a semblé le plus abouti et « conventionnel ». 
–ardoisebleue
Aucun doute, c’est une voix de rocker. La musique est présente sans soucis, parfaite, mais ce serait si bien d’avoir une version française pour mieux apprécier.
–ardoisebleue
Nous commençons par une musique qui semble jouée sous le soleil, puis on a le pied qui tape la bossa pour les titres « Basse bossa » et « Danse ». Un album agréable à écouter en rêvant, le regard le ciel. 
–ardoisebleue
Ces musiques nous plongent dans une soirée folk, à part le premier titre qui tend vers le jazz. Un son excellent, avec de temps en temps le ripage sur les cordes qui nous apporte une véracité de coin d’âtre à se bercer des sons virevoltant, parfois, et langoureux, souvent…
–ardoisebleue

Les Pépites exhumées de l’archive

Sous des titres légèrement satiriques, se cachent des compositions, toutes, pleines d’une sensibilité exprimée à l’abri d’un rythme teinté soit de jazz, soit de blues. Je placerai le titre « petit accordéon de nuit » comme élément expérimental de cet album qui diffère entièrement du contenu. J’ai surtout apprécié le titre « 2cv dans la plaine », peut-être une légère impression nostalgique, bercée par cette musique, de quelques moments passés dans ces véhicules étonnants.
Le plus simplement du monde : bonne écoute…
ardoisebleue

Outro

Ont contribué à la rédaction de cet éditorial du mois de février 2019 : Shangril, olinuxx/trebmuh, ardoisebleue
 
Il est issu d’un travail collaboratif fait par ceux et celles qui s’impliquent dans la vie du projet. Si vous souhaitez contribuer à un prochain édito, voici le fil de forum consacré au prochain épisode de ce travail commun, rendez vous sur le fil de forum de l’édito du mois sur http://forum.musique-libre.org 
    
Cet éditorial est librement redistribuable selon les termes de http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0 et vous êtes fortement et librement invités et encouragés à redistribuer cet article ! Si vous le faites, mettez nous le lien où vous l’avez redistribué en commentaire de cet article, ça nous fera plaisir.
    

Infos générales

L’archive dogmazic.net est éditée par l’association Musique Libre.
Suivez nous et/ou venez participer sur :
– notre canal IRC http://dogmazic.net/irc/

Édito musical de dogmazic – janvier 2019

Bonjour et bienvenue dans cet édito mensuel de Dogmazic.net pour janvier 2019 ! Nous vous souhaitons une bonne année, librement et tout en musique !

Voici les nouveaux albums pour le mois de Décembre, suivis des « pépites exhumées de l’archive ».

 

Nouvelles publications sur Dogmazic.net pour janvier 2019

Cet album est divisé en neuf morceaux, mais s’écoute d’une traite car il n’y a pas de pause entre les différentes pistes. Démarrage en sonorités stridentes et calmantes entremêlées, une musicalité se partageant entre l’électro et le classique émerge doucement pour se laisser écouter entre la sérénité réconfortante du piano et la répétitivité angoissante des nappes électro. Il y a un côté comme dans un film de monde post-apocalyptique à la « Ken le survivant avec des petits débuts de fleurs qui repoussent au milieu des décombres poussiéreux des immeubles avachis et des routes urbaines explosées » si vous voyez un peu l’image. Le genre de film où les humains ont fait n’importe quoi et tout cassé, mais avec une fin optimiste où une enfant ramasse des fleurs pour l’anniversaire de son petit frère.
— trebmuh/olinuxx

J’imagine cet album comme une suite pour un ballet. C’est un dialogue entre un clavier sonore conventionnel, un piano, et un ensemble de sons numériques de synthèse. Démarche expérimentale séduisante, où dans le final « le survivant devient le tarse » l’instrument utilisé est un orgue, peut-être l’alliage entre le piano et le synthé. Album à écouter en tenant compte que sur scène il y a un autre art qui se nomme la danse.
— ardoisebleue

Un autre album, celui-ci étant plutôt « curieux », de Maxime Godfrin de vingt-cinq morceaux très courts, un seul dépasse une minute ! Il s’agit de morceaux fait sur l’idée de messages d’ascendeur. La musique est légèrement plus pêchue et industrielle que l’album ci-dessus, et incorpore quelques textes parlés. Je serais curieux de savoir si ces morceaux, ou jingles, ont été fait dans un but particulier du type « jeu vidéo », « installation artistique », ou autre…, ou juste pour se marrer.
— trebmuh/olinuxx

Cet album, qui semble être la bande son d’un spectacle de ballet contemporain, est une expérience plutôt intéressante. Un thème pour les -échafaudages- qui évolue étrangement jusqu’à ce dernier qui laisse le son s’effondrer sur le palier ! Et celui, répété à chaque -étage-, dans une conception différente avec comme point de clôture : le service de l’étage. Bon, c’est vrai que j’étais content d’arriver à l’entracte, pour se boire un godet comme il le propose. D’ailleurs, est-ce pour cette raison que l’étage 8 est destiné aux toilettes ? Un petit voyage dans un univers étrange et décontractant.
— ardoisebleue

10 morceaux pour cet album de musique futuriste/rock qui démarre avec un genre de mélange entre Steve Vai et Jean Michel Jarre. Avec des morceaux assez longs de plus de dix minutes, ce qui nous change des préformatés pour la radio, et qui permettent aux ambiances de se développer et d’évoluer au fil du temps. Ça fait plaisir aux oreilles et à ce qu’il y a entre ! Démarrage avec une guitare criante enveloppée dans une nuit de nappes électro synthétique, bataille entre sonorité analogique, et sonorité synthétique, le calme reprend le dessus dès le deuxième morceau. S’ensuit une aventure épique, puis une ambiances apaisées et relaxantes. De la musique imagée, se prêtant bien à l’imaginaire de film, ou de documentaire vidéo de paysages de natures, ou ce genre de choses.
— trebmuh/olinuxx

Un morceau unique de gospel se baladant au gré d’un rythme chaloupé teinté de R&B, qui sent bon la plage et les cocktails, avec de jolies voix.
— trebmuh/olinuxx

Trois titres jazzy, assez traditionnel dans la forme : du walking bass, un batteur shufflisant, un claviériste léger accompagnant joliment tout ça tout en prenant le devant parfois, et un violon régulièrement en tête de proue avec une gamme de jeu assez large, possédant des penchants vers le manouche de temps à autres. De belles musiques sans paroles, relaxantes, et ouvrant la pensée à de belles images touchantes et d’émotions variées. Bref, belle écoute à vous !
— trebmuh/olinuxx

Un album unissant un nouveau morceau à deux titres revisités de l’album -répétition- de septembre. Nous restons dans ce jazz clair, dépouillé, servit par un enregistrement d’une très belle sonorité, à déguster dans son fauteuil en soirée…
— ardoisebleue

Un morceau unique et plutôt court (moins de deux minutes) de musique 8 bits avec des mélodies entraînantes et sympathiques, tirant sur le médiéval et l’épique.
— trebmuh/olinuxx

Un 6 titres, moitié épique, moitié électro, moitié techno (oui, je sais, ça fait trois moitiés, et ça n’est pas grave puisque nous ne sommes pas en cours de maths ! :) ). Malgré quelques morceaux avec certaines sonorités pouvant être difficiles pour l’oreille en première instance, l’écoute demeure intéressante.
— trebmuh/olinuxx

Nous voici en pleine expérimentation électronique comme le laisse à penser l’image-avatar du compositeur. Il y a, derrière ces sons un univers parallèle aux compositions de Pierre Henry. Le seul souci de mon environnement perceptif est que la profusion des sons très recherchés et bien élaborés se piétinent, s’enchevêtrent, sans vraiment nous laisser le temps de les entendre, de les comprendre. À part quelques instants de pause où parfois même l’ouïe est agressée de sons violents, nous sommes entraînés dans un tourbillon indéchiffrable.
— ardoisebleue

Un seul titre ici, de musique bruitiste, qui nous écarte des sentiers sonores habituels. Une composition musicale un peu à la manière d’un tableau peint sans représentation d’objet, mais dans des jeux de nuances de couleurs, de textures, de formes,… écoute intéressante pour les curieuses et curieux.
— trebmuh/olinuxx

Ce deux-titres de DidJaws démarre très, très fort, avec un coté house alternative, expérimentale, une fois l’harmonie de base posée au piano, arrivent des motifs mélodiques hors du ton… Et le morceau se développe ainsi, avec une rythmique variée, et toujours cette complexité harmonique fort plaisante. Le thème initial va, puis vient, tout comme l’harmonie plus conventionnelle du piano qui compte les mesures. Le tout bati sur un bon vieux tempo en 4/4, soufflant ainsi le chaud et le froid. Le second titre reprend cette idée générale, à la fois, avec, on le sent, une joie intrinsèque au processus de composition, sans barrières et en toute liberté, pour un morceau de face B aussi réussi que celui de la face A. Ce single fait actuellement l’objet d’un financement participatif pour produire un vinyle édité à 200 exemplaires, il reste un peu plus d’un mois pour réussir à atteindre l’objectif qui lancera la production ! Ça se passe sur https://www.diggersfactory.com/vinyl/226432/didjaws-my-dark-journey !
— Shangri-l

 

Les Pépites exhumées de l’archive

En réalité ce n’est pas un album, c’est une suite de 14 compositions balançant entre la ballade et le rock. Mis à part les 5 titres de rock expérimental qui s’adressent à un public spécifique et parmi lesquels -V cell- semble être le plus abouti, Bruno Pitch nous offre plusieurs ballades où j’ai cramé toutes mes émotions sur -la danse des lucioles- la mélodie débutant dans un style simple et classique nous entraîne dans sa moitié dans une contrée musicale différente, nous rappelant que le compositeur expérimente à nouveau, comme dans -stare mesto-. On peut même considérer que tout ces titres ont un fond expérimental très appréciables. Dans les titres estampillés rock ma tendresse penche pour -cachemiregroove- quoi que -hotcat- , la nuit à traîner sur les gouttières…
— ardoisebleue

Un 4 titres de chanson française, mélangeant du rock, de l’accordéon, des accents de reggae, des sonorités et du chant en français avec des textes bien faits parlant de la vie, de notre monde, des amours,…etc.
Découverte intéressante de ce qui semble être une démo (4-titres), cet artiste a également un album 8-titres disponible dans l’archive de dogmazic qui vaut le coup de l’écoute si celui-ci vous a mis en joie.

Outro

Ont contribué à la rédaction de cet éditorial du mois de janvier 2019 : Shangril, olinuxx/trebmuh, ardoisebleue

Il est issu d’un travail collaboratif fait par ceux et celles qui s’impliquent dans la vie du projet. Si vous souhaitez contribuer à un prochain édito, voici le fil de forum consacré au prochain épisode de ce travail commun, rendez vous sur le fil de forum de l’édito du mois sur http://forum.musique-libre.org

Cet éditorial est librement redistribuable selon les termes de http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0 et vous êtes fortement et librement invités et encouragés à redistribuer cet article ! Si vous le faites, mettez nous le lien où vous l’avez redistribué en commentaire de cet article, ça nous fera plaisir.

Infos générales

L’archive dogmazic.net est éditée par l’association Musique Libre.
Suivez nous et/ou venez participer sur :
– notre blog http://musique-libre.org
– notre forum http://forum.musique-libre.org
– notre canal IRC http://dogmazic.net/irc/

Globular – Entangled Everything

Un peu de psyché dans votre vie ? Un peu de dub électro psyché de la part de Globular ! x2 avec le lien vers le netlabel ! http://www.ektoplazm.com/free-music/globular-entangled-everything

(oui je sais ce post est en double, mais j’aime beaucoup cette trouvaille :p et de toutes façons c’est publié ! )