Chronique – Negro Spirituals


Licence Art Libre

Negro Spirituals est un disque de 1996 enregistré par Park Glee Club. Park Glee Club n’est autre que le nom de la chorale de Negro spiritual du lycée du Parc à Lyon. Elle a été créée en 1948 et semble aujourd’hui continuer d’exister sous le nom Lyon Glee Club.

Ce disque est donc composé de 15 titres de standards du Negro spiritual, style de chants, ancêtre du gospel, pratiqué par les esclaves. Beaucoup de morceaux connus, on y trouve fatalement : « Nobody knows », « I’ve got joy like a river », « Let my people go », « Go tell it on the montain » ou encore « He’s got the whole world in His hands ».

Mais certains, comme « There is a hand writing on the wall » ou « The Angel rolled the stone away », révèlent de très beaux arrangements démontrant que création il y a aussi dans la reprise, d’autant plus quand la reprise est issue d’une tradition orale.

Pas grand-chose à dire de plus que de se laisser porter par la musique et les paroles, plus d’une fois sur l’album on se surprendra sans doute à se joindre au chœur. Ce qui est très bon signe !

À noter qu’un second album sortie en 2000 est disponible.

Lien Dogmazic

Site Officiel

4 réflexions au sujet de « Chronique – Negro Spirituals »

  1. Ça fait plaisir d’entendre un peu de Negro Spiritual 🙂 je regrette que leur enregistrement soit un peu pâteux, comme si les fréquences hautes avaient été coupées.
    Une analyse avec Audacity montre d’ailleurs un spectre avec une courbe qui plafonne vers 1000Hz ensuite en chute libre, avec un contraste d’une 20aine de dB dès 4000Hz, qui va s’agrandissant, jusqu’à atteindre plus d’une 30aine vers 5000Hz. Il y a donc bien une différence flagrante dans le traitement des fréquences, et je me demande si c’est le seul point en jeu ici. Probablement les moyens d’enregistrement du bord qui devaient favoriser des fréquences, comme ça 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *