Archives de catégorie : Netlabels / Collectifs

Animals As Leaders – 8bitcore

Un peu de 8bit ?Si vous avez connu cette époque, quelques images de vieux jeux vont apparaître dans votre tête, sinon, ce sera une découverte esthétique !

Open MetalCast

Assoiffé⋅e⋅s de Métal ?

L’Open MetalCast est pour vous !

Des heures et des heures de Métal, disponible sous licences libres ou ouvertes et rassemblées par ce site. Quand je dis des heures, je vous parle d’heures d’écoute, car ils en sont à leur 171e podcast à l’heure où j’écris ces lignes !

Open Metalcast #171 (MP3)

Open Metalcast #171 (OGG)

En plus, les groupes, s’ils veulent être diffusés, peuvent contacter directement Craig ! craig[AT]openmetalcast.com.

N’hésitez surtout pas à aller découvrir ces pépites du net !
http://openmetalcast.com/

 

Hombre​,​ tierra​,​ madriguera – Nacho Jaula

Le label plustimbre, un label de musique expérimentale, nous propose une de ses dernières sorties par Nacho Jula. Entre rythmes de percussions, de guitares ou d’ambiant un poil torturées…

Chronique – Eclair Obscur



C Reaction

Chronique d’une des dernières publications sur Dogmazic.net, un album d’ambiant-indus qui s’appelle Éclair Obscur produit par la formation Claire Obscure et distribué dans nos contrées par le netlabel français Le Colibri Necrophile (connus pour ses compilations « Nektar » entre autres).

6 Morceaux durant chacun 3 minutes 40 secondes, voilà qui est plutôt court pour le style. Heureusement la qualité est au rendez-vous, ainsi les ambiances développées sont vraiment spécifiques, elles sont urbaines et pourtant bien loin de la froideur attendue. Il s’en dégage plutôt une chaleur et une vie tout ce qu’il y a de plus organique (avec un fort coté cyberpunk). Cela est dû notamment à l’emploi de nombreuses percussions et de voix ralenties, inversées et trafiquées.

Si les inspirations du titre d’ouverture restent assez claires, celui-ci se nommant : « William’s Burroughs’s Blade Runner », les autres sont plus mystérieux pour moi. Nul doute qu’ils résonneront plus pour vous.

Sur « Hidden Lie In Heaven », les sursauts rythmiques et l’incursion d’un piano nous sortent un peu de la torpeur, permettant à l’album de se finir sur le titre le plus synthétique de tous : « Wisdom Within Neverending Silence », machinique au possible, mais non dépourvu d’humour.

La fin de la galette est un peu brusque et laisse un petit goût de voyage à peine fini alors qu’il vient de commencer, c’est un peu dommage.
Je vous invite, pour vous consoler, à vous tournez vers les autres productions du Colobri Nécrophile, j’aurais d’ailleurs l’occasion de vous en reparler à propos du Gestalt Orchestra (teasing inside).

Lien Dogmazic
Site officiel du Colibri Nécrophile