Archives par mot-clé : créations

Sortie de LibraZiK-2 (vers.20171028)

Pour rappel, « LibraZiK studio audio » est un système audio-numérique complet et libre pour les ouvrages musicaux. LibraZiK est un projet qui a pour objectif de fournir un système robuste, prêt à l’emploi, et avec une documentation à jour, aux francophones (Image) souhaitant faire de la Musique Assistée par Ordinateur (M.A.O.).

Après la première série des 2 dernières années qui était basée sur Debian Jessie, voici la seconde série (LibraZiK-2) qui se base sur Debian Stretch.

Avec LibraZiK-2, vous pourrez apprendre, enregistrer, éditer, jouer, analyser, parfaire,… la musique, bref, faire des tas de choses musicales à l’aide de votre ordinateur. Pour davantage d’information, vous pouvez consulter le site du projet LibraZiK.

Le « live » de LibraZiK-2 a été refait et permet toujours de tester LibraZiK-2 sans l’installer puis, si vous le souhaitez, de l’installer sur votre ordinateur. Ce live tourne sur un noyau basse-latence, ce qui le rend apte à travailler la musique de façon confortable.

LibraZiK-2 est toujours fournie en version 64 bits et en version 32 bits (principalement pour pouvoir fonctionner sur de vieilles machines) et possède plus de 1000 logiciels dédiés à la production audio, ce qui devrait satisfaire toutes les envies d’utilisation. S’il manquait quelque chose, n’hésitez pas à venir le dire sur un des nombreux canaux de communication pour l’entraide que vous pouvez emprunter.

Concernant les mises à jour, je ne fais pas de redites ici, vous pouvez consulter le billet de blogue dédié à la sortie de cette nouvelle LZK2 où les choses sont très détaillées.

Musicalez-vous bien !
olinuxx ( tirelire liberapay )

Chronique – Done !

Done !

CC by-sa 3,0

Done ! Est le 3éme album du quatuor français Tdbt And The Garys. Après le génial (quoi un peu sous-produit) À La Poursuite De René Fonck, et le non moins excellent Garys Dans La Brume, le petit nouveau (bon ok il date de 2014) dernier n’a rien à envie à ses aînés.

Il se démarque même assez largement, sa production est nettement au-dessus et comparativement il fait preuve d’une richesse sonores légèrement moindre, il est aussi plus direct et épuré. Mais c’est surtout un album plus sombre que les précédents.

Tdbt And The Garys nous avait habitué à du son électro/funk instrumental allant du trip-hop à la drum’n bass. Ici le funk ne se ressent plus que par quelques synthés cotonneux, ou quelques breaks typiques car le rock fait une incursion assez remarquée. C’est principalement sur « Feed The Strokes », avec son air de bande original de Fight Club que ça se ressent, mais en réalité l’album introduit ça dés le violoncelle dépressif de « Kill The Strokes », ça continue sur « Postrockdeux », ses voicing fantôme et ses divers plans de gratte. En fait seul « Get Champaign » peut être qualifié de morceau joyeux.

Tout ceci a un feeling qui m’a vraiment fait penser au groupe Blue Haired Girl (c’est un compliment) et son album « L’Éloignement », dont je vous parlerai sûrement un jour.

Pour autant l’album est très bon, tant dans les rafraîchissements que produisent les nombreux breaks, que dans la composition générale. On regrette le faible nombre de titres, seulement 6, même si évacuer les morceaux courts qu’on trouvait sur les précédents opus fait sans doute partie de l’évolution que marque cet album dans le style du groupe.

Toujours aussi électro, toujours un peu funk et fou, toujours autant de la bonne came pour passer en soirée (ou ailleurs bien sur).

Le Bandcamp de Tdbt And The Garys 

Vous pouvez écouter cet album sur Dogmazic 

Éditorial de novembre 2017 de linuxmao

Éditos

Novembre hérite son nom du chiffre 9, novem en latin. Dans l’antique calendrier romain, c’était le neuvième mois de l’année puisque celle-ci débutait en mars.
En 1564, Charles IX promulgua l’édit initialisant l’arithmétique du temps telle que nous la connaissons, avec le 1er janvier 1565 comme point d’origine.
Je t’ai ignoré, Charly, et pourtant j’aurai usé de ta trouvaille chaque jour de ma vie. Quelle ingratitude !
Novembre passa ainsi du rang de neuvième mois de l’année à celui de onzième, devenant une absurdité étymologique au même titre que septembre, octobre et décembre (7, 8 et 10).
En 1792, les députés de la Convention décidèrent que l’an I de la République débuterait le 22 septembre 1792 et adoptèrent un découpage du temps d’une jolie complexité avec sextiles, bissextiles, décades et les sans-culottides qui sont les 6 jours d’ajustement destinés à rattraper les décalages en fin d’année. Chaque mois ne comptait, en effet, que 30 jours. Bref, une machinerie infernale, pas mnémotechnique pour deux sous, incapable de faciliter les décomptes du citoyen n’ayant connu que l’ancestral calendrier de Charly.
Novembre se trouva ainsi partagé entre Brumaire et Frimaire, mois des brumes et mois des frimas.
Ce calendrier fut aboli par l’Empire, le 22 fructidor de l’an XIII (9 septembre 1805). L’expérience avait produit des résultats médiocres, elle dura à peine 13 ans et prit fin le 1er janvier 1806. Charly obtint ainsi sa revanche car c’est à nouveau son rythme qui régit le tempo universel.
Pas de doute, c’est bien ce bon vieux novembre des brumes et des frimas que nous allons traverser ensemble sur linuxmao. Il n’y aura ni brouillard ni froid ici, juste l’habituel noyau magmatique, fait d’entraide et de partage, irradiant sa constante chaleur quels que soient les mois, les saisons et les années. N’en déplaise aux romains, à Charly et aux députés de l’an I !

Quoi de neuf ?

Depuis la parution du dernier éditorial, nous ont rejoint : Alodaf, alexchant, dmaxy, Baz, jcelerier, Anastasia.01, technomagniaque, gp4004, FLB44, fdf, oranjezhadu, lordarkrems, christine gallot, EIJULES, bobby12, Kuluse, C4-53, leclar, Respire, Fonky62, Gopherlechien, rosjjim, Upal, Burnus_1er, Odysseus Libre, yomboul, Soss, BaguetteAgile72, Oscardici, popayann, Valtena, yannboc, lemaitresantos, fourat, Lysergik et aletheia.

Bienvenue à vous toutes et tous !

Les entretiens sont relancés après plusieurs années de silence-radio. Pour inaugurer cette renaissance, sub26nico a soumis des questions à bluedid29, vous pouvez lire ses réponses dans la nouvelle : Les entrevues de LinuxMao-bluedid29.

Musique sur linuxmao

La douzième joute de linuxmao se clôt sur la victoire d’olof. Compliments !
Les participants devaient livrer leurs interprétations autour du thème imposé : Cuba.
Ce fut une joute riche et très diverse. Les 7 participants nous ont laissé entendre chacun sa sensibilité, chacun sa technique et chacun sa façon singulière d’aborder le thème.
Quand aux styles musicaux, ils couvrent, une fois encore, un vaste territoire qui va du R’n’R à la manipulation conceptuelle de matière sonore audio-numérique.
Aucun n’a démérité, tous ont travaillé d’arrache-pied et méritent félicitations et encouragements.
ProgramLyrique a piloté avec brio le vaisseau amiral, collecté les œuvres et dépouillé les votes, nous livrant le résultat final dès son retour de Chine. Un grand merci !

Rappelons ici que chaque participant aux joutes met sa sensibilité et beaucoup de son temps en partage.
Les votes et commentaires n’ont pour seul objet que la mise en évidence de points techniques perfectibles, jamais la mise en cause de styles, de parti-pris créatifs ou de sources d’inspiration.

Dernière minute : olof ayant remporté deux joutes, ce n’est pas au vainqueur de choisir le thème de la treizième joute mais à l’organisateur. ProgramLyrique vous invite donc à participer autour du thème : Qi Gong sur gratte-ciel.

Pour consulter la musique proposée par les membres de linuxmao, rendez-vous dans la section de forum : 2 – Vos créations.

Musique libre en dehors de linuxmao

Liste de lecture des nouveautés pour le mois d’Octobre 2017 chez les copains de DogmazicImage .

Nouvelles du monde

Le manuel d’utilisation des logiciels d’openavproduction (luppp, sorcer, artyfx et fabla) a été traduit en français. Voir à ce propos cet article du blogue de LibraZiKImage .

La dixième édition des « journées méditerranéennes du logiciel libre » (JM2L) se tiendra le samedi 25 novembre 2017 au technopole Sophia Antipolis à Biot (06). Notez la présence d’une salle entière consacrée à la MAO sous linux avec des ateliers d’utilisationImage , une conférence autour la programmation d’applications midi sous linuxImage , une conférence autour de l’utilisation de MuseScoreImage , et une autre conférence sur l’improvisation musicale avec linuxImage sur le film d’animation ‘ZeMarmotImage . Toutes les informations sur le site de linux-azur.orgImage .

Nouveautés sur LinuxMao

Des chiffres :

Le nombre de visiteurs uniques du mois d’octobre 2017 est de 39807 ce qui constitue le nouveau record de fréquentation du site avec une moyenne de 2279 visiteurs uniques par jour. linuxmao.org, c’est à ce jour, 6203 utilisateurs inscrits, 2259 « pages de documentation », les > 82300 messages dans les « forums », et d’autres fioritures.

D’autre part, nous avons eu 36 nouvelles inscriptions depuis la rédaction du dernier éditorial du site c’est à dire en 33 jours.

Nouvelles pages :

Si vous voulez participer au site et tester des logiciels ne figurant pas encore dans les colonnes de linuxmao.org, vous pouvez allez choisir un logiciel à tester dans la page Applications à tester et venir nous en parler dans les forums.

Coté administration :

  • Nettoyage et amélioration de l’intégration des pages du portail développer.
  • Il y a eu un problème les membres inscrits avec une adresse en yahoo.fr vers le 14 ou 15 octobre. Les notifications envoyées par le site semblent avoir été interprétées comme du spam et ont donc été refusées par yahoo. Ça semble avoir été rétabli à présent. Voir le fil de discussion : comptes avec adresse yahoo.fr.

Coté logiciel sur LinuxMAO

Pour voir ce qui se passe du côté du développement de ce qui touche à l’audio sous linux, rendez-vous dans la section de forum :  »7 – Développer/Traduire/Documenter/Annoncer une application‘.

Côté logiciel en dehors de LinuxMao

petite veille logiciel

Depuis la publication du dernier éditorial, olinuxx, sub26nico, r1 et Nolwen ont relevé les mises-à-jour suivantes :

  • pour ce mois-ci :
    • Après 12 ans de silence (oui, douze ans !), Gnuitar sort en version 0.4.0alpha
    • Nouvelle version 3.2.2 de DRC.
    • Aubio passe en version 0.4.6.
    • Guitarix2 mis à jour en version 0.36.0.
    • Bitwig Studio passe en version 2.2.
    • Rivendell passe en version 2.17.0.
    • UbuntuStudio 17.10 est disponible.
    • Nouvelle mise à jour pour la Vee One Suite en version 0.8.5.
    • Fluidsynth passe en version 1.1.8, ajoutant entre autres le support pour la lecture des banques de son au format sf3.
    • zam-plugins passe en version 3.9.
    • praxis live passe en version 3.3.0.
    • VCV rack passe en version 0.4.0.
    • ocenaudio passe en version 3.3.1.
    • LMMS voit une nouvelle version « release candidate » 1.2-rc4 poindre le bout de son nez.
    • Audacity passe en version 2.2.0 . Nouveau logo, quatre thèmes pour l’interface (dont un pour les mal-voyants), une refonte des menus et des préférences. À noter que la liste de discussion Audacity-French hébergée par Yahoo! va disparaître, remplacée par la liste hébergée par Framalistes.
    • Open Stage Control est maintenant en version 0.21.1.
    • abGate passe en version 1.1.9.
Tout utilisateur peut aider à la remontée des informations concernant les nouvelles versions en lisant le paragraphe Mettre à jour une version d’un logiciel. Allez, viens nous aider ici !

Post scriptum

Merci à sub26nico, olinuxx, allany et r1 pour l’écriture de cet édito, et on se retrouve le mois prochain pour une revue de l’actualité du mois écoulé !

Rappel : tout membre de linuxmao.org inscrit et connecté peut aider à la rédaction de l’éditorial mensuel. Lire à ce propos la page Les éditoriaux du manuel.

Chronique – Live à L’Astrolabe d’Orléans par Kallima

CC by-nc-nd 2.5

Aujourd’hui c’est du lourd ! Aujourd’hui on cause de Kallima, un groupe orléanais (et non ohrélandais, ça sera peut-être pour une prochaine fois) pratiquant un style de musique fusion électro-ragga.

Et pour rentrer dans la musique de Kallima, je vous propose qu’on s’intéresse à ce Live à L’Astrolabe d’Orléans daté de 2009. Il débute sur le morceau Naferone, morceau qui débute aussi l’album Prémis n°1 du groupe. Immédiatement les ambiances s’enchaînent, si le début est planant très vite le beat démarre pour suivre le rythme endiablé de la voix. Le chant est particulièrement remarquable : ragga et scat, emplie d’improvisations diverses, il s’en dégage une énergie tout bonnement hallucinante. Dès le second morceau : Shal’um, nous plongeons dans un univers résolument plus world où le ragga flirt avec la guitare électrique produisant un ensemble propice à la transe.

Le reste du Live file à toute vitesse entre les incursions funk, les harangues à la foule et les délires, ces 60 et quelques minutes sont pleines de bonnes humeurs.

Alors que les percussions se lâchent et que le sax se déchaîne à la fin du set, on continue de danser et quand la musique s’arrête enfin, on se dit qu’on en reprendrait bien un peu. Juste un peu. Par gourmandise.

Et Kallima c’est un peu ça, un gros gâteau avec pleins de couches, chacune avec un goût différent et tout un univers propre dont le duo à gardé l’essence pour enrichir la musique, la faire plus dansante, plus joyeuse, parfois plus triste, plus épuré, plus intimiste. Pas de barrières et visiblement beaucoup de plaisir pris à jouer ces morceaux.

De la musique bien vivante et organique en somme, je vous garantis que c’est communicatif !

Bandcamp de Kallima

Vous pouvez écouter ce live sur Dogmazic

Menaces sur la culture libre en Europe

Voici un article en CC BY tiré du blog de Christophe Masutti.

Le 15 mai 2017, l’Electronic Frontier Foundation, célèbre ONG œuvrant pour la libertés des droits sur Internet, a publié une tribune inquiétante sur les menaces que font peser sur la culture libre (les licences libres) certains amendements au projet de Directive Européenne sur le Marché Unique Numérique.

La proposition de directive sur le droit d’auteur dans le marché unique numérique fait l’objet de nombreuses critiques et certaines sont indiscutables comme celle de Ronan Hardouin qui met en lumière les menaces réelles sur la liberté d’expression.

Les amendements en question dans le texte de l’EFF, et qui nétaient alors pas encore rendus publics, sont portés par la CULT, la Commission de la culture et de l’éducation du Parlement Européen. Ils ont ont été revus en septembre 2017, à l’occasion de la publication officielle de l’avis, sans pour autant désamorcer leurs caractères dangereux, et j’ajoute, sous l’article de l’EFF dont je propose la traduction, un focus sur l’amendement à l’article 14.

Voici le texte de l’EFF, publié le 15 mai 2017 sous le titre « Secret New European Copyright Proposal Spells Disaster for Free Culture », par Jeremy Malcolm, (sous licence CC-By).

Une nouvelle proposition secrète sur le droit d’auteur en Europe : un désastre pour la culture libre

L’EFF a pris connaissance d’une nouvelle proposition de loi européenne qui vise les services de streaming en ligne, mais qui portera un coup sérieux aux créateurs et à leurs fans. La proposition, qui interdirait pour de bon aux services de streaming d’héberger des œuvres sous licence libre, pourrait mettre fin à des services comme Dogmazic, qui offre l’accès à de la musique gratuite en ligne, et dresser de nouveaux obstacles à l’offre d’œuvres sous licence libre sur d’autres plateformes.

Tout cela fait partie de la nouvelle directive européenne sur le Marché Unique Numérique(EU), qui fait actuellement l’objet d’un accord entre les trois institutions européennes (la Commission européenne, le Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne) qui devront se mettre d’accord sur son texte final. Dans ce processus, des propositions d’amendement au projet initial de la Commission sont présentées par plusieurs commissions du Parlement européen. Nous avons déjà sonné l’alarme à propos d’autres aspects de cette directive, y compris la taxe abusive sur les liens et les projets de filtrage des téléversements, qui font l’objet de négociations en cours.

Mais cette dernière proposition d’amendement, qui provient de la gauche, serait ajoutée à une autre section de la Directive, qui propose de garantir aux auteurs une rémunération équitable pour l’utilisation de leurs œuvres, un objectif que l’EFF soutient par ailleurs. La commission parlementaire qui dirige les négociations est la commission des affaires juridiques (JURI), mais d’autres commissions préparent des avis sur le projet et peuvent également proposer leurs propres amendements. Cette proposition est émise par la Commission de la Culture et de l’Éducation (CULT). Bien que le texte de la proposition ne soit pas disponible en ligne, étant donné qu’il est en cours d’examen par le rapporteur et les rapporteurs fantômes du CULT à huis clos, l’EFF en a obtenu un exemplaire, où l’on trouve :

Les États membres veillent à ce que, lorsque les auteurs et les artistes interprètes ou exécutants transfèrent ou cèdent le droit de mettre à la disposition du public leurs œuvres ou d’autres objets pour des services en ligne à la demande, ils conservent le droit d’obtenir une rémunération équitable découlant de l’exploitation directe de leurs œuvres présentes dans le catalogue de ces services.

Le droit d’un auteur ou d’un interprète d’obtenir une rémunération équitable pour la mise à disposition de son œuvre telle que décrit au paragraphe 1 ne peut être renoncé.

En bref, à l’endroit des œuvres protégées par le droit d’auteur mises à disposition sur les services de diffusion en continu en ligne, cela revient à créer une taxe payable aux sociétés de gestion collective qui gèrent les droits au nom des auteurs et des artistes interprètes ou exécutants (bien que la taxe elle-même soit distincte des droits patrimoniaux du titulaire du droit d’auteur). La taxe ne peut pas être exonérée par les auteurs ou les interprètes eux-mêmes, ce qui signifie que même s’ils veulent rendre leurs œuvres disponibles en ligne gratuitement, la loi leur lierait les mains et l’interdirait. Le site de diffusion serait toujours tenu de mettre de l’argent de côté pour « une juste rémunération » des auteurs et des interprètes, qu’ils le veuillent ou non.

La proposition semble s’inspirer d’un amendement similaire qui a été présenté au Chili l’année dernière et qui a malheureusement été adopté peu après que nous en ayons parlé, sans débat de fond. Il n’est pas rare que des mesures comme celle-là apparaissent en Europe ou en Amérique après qu’un petit pays les ait adoptées. L’agenda de l’industrie du disque en matière de propriété intellectuelle est un agenda mondial, et il est souvent opportun qu’elle établisse un précédent ailleurs dans le monde, là où la résistance à ses propositions pourrait être plus faible, avant de le faire passer dans des économies plus vastes.

Cet amendement éliminerait l’un des rares avantages dont jouissent les petits artistes indépendants pour promouvoir leur travail en ligne : la possibilité de le rendre disponible gratuitement. Pour certains de ces artistes, la mise à disposition gratuite en ligne de leurs œuvres constitue une base de fans pour soutenir les futurs contrats de licence, les tournées de concerts et les ventes de marchandises. D’autres peuvent publier une partie ou la totalité de leur travail gratuitement pour des raisons non économiques, par exemple pour communiquer un message, ou simplement pour l’amour de leur art. Certes, tous les artistes ne le font pas. Mais la loi telle qu’elle existe actuellement leur offre au moins un choix. Soit ils peuvent concéder des licences pour diffuser leurs travaux sur des plateformes de streaming pour de l’argent, soit ils peuvent les mettre gratuitement à la disposition de ces plateformes. Mais si cet amendement est adopté, ce choix leur sera retiré.

Les perdants de cette proposition sont au nombre de quatre. Les plus grands perdants sont peut-être les créateurs eux-mêmes, qui devront affronter de nouveaux obstacles entre leur art et leurs fans et collaborateurs. Les services de streaming seront également perdants, car ils devront faire face à des dépenses plus élevées et ne pourront plus fonctionner de manière non commerciale, même s’ils ne diffusent que du contenu sous licence libre. Les fans, bien sûr, en pâtiront en raison de la réduction de la disponibilité légale de musique et de vidéo gratuites en ligne. Et même l’industrie du droit d’auteur en sera affectée, car l’augmentation des coûts des services légaux de streaming peut inciter les créateurs et les fans à revenir au partage de fichiers en peer to peer, où les œuvres portant atteinte au droit d’auteur sont également échangées.

Dans la mesure où cette proposition bénéficie du soutien d’une majorité des groupes politiques européens au sein du CULT, si rien ne change, il est fort probable qu’elle soit adoptée au moins par cette commission. La prochaine réunion des rapporteurs aura lieu le mardi 16 mai, nous n’avons pas de temps à perdre pour tirer la sonnette d’alarme quant au caractère déplorable et destructeur de cet amendement. Une liste des membres du CULT qui étudient la proposition peut être trouvée ici, avec les coordonnées des contacts par courriel et médias sociaux.

Les partisans européens de l’EFF sont instamment invités à transmettre à leurs représentants un message simple: s’opposer à toute modification de la directive sur le marché unique numérique qui créerait un nouveau droit inaliénable à une rémunération équitable sur les plates-formes de diffusion en ligne. L’avenir de la culture libre en Europe en dépend.


Notes

Attention : l’avis en question a été proposé le 4 septembre 2017 (PE 595.591v03-00), incluant de substantives modifications.

On trouve désormais dans cet avis un amendement à l’article 14bis :

Droit à une juste rémunération pour les auteurs, interprètes et exécutants auquel il ne peut être renoncé

  1. Les États membres veillent à ce que lorsque les auteurs, interprètes et exécutants transfèrent ou cèdent le droit de mettre à la disposition du public leurs œuvres ou autres objets pour leur utilisation par des services de la société de l’information mettant à disposition des œuvres ou autres objets par le biais d’un catalogue sous licence, ces auteurs, interprètes et exécutants conservent le droit d’obtenir une rémunération équitable pour cette utilisation.
  2. Les États membres interdisent la renonciation au droit des auteurs, interprètes et exécutants à une rémunération équitable pour la mise à disposition de leurs œuvres comme décrit au paragraphe1. Le paragraphe 1 ne s’applique pas lorsqu’un auteur, interprète ou exécutant autorise le libre exercice d’un droit non exclusif, à tout utilisateur, pour l’utilisation de son œuvre.
  3. La gestion du droit à une juste rémunération pour la mise à disposition des œuvres d’un auteur, interprète ou exécutant est confiée à la société de gestion collective compétente. […]

Au paragraphe 2 on peut se demander ce que signifie, pour un auteur, que d’accorder l’autorisation du « libre exercice d’un droit non exclusif » pour l’utilisation de son œuvre. En effet l’expression « licence libre » n’apparaît aucunement et ce n’est pas parce que le mot « libre » est mentionné qu’il s’agit pour autant d’une référence à la culture libre.

Rappelons qu’une licence peut être exclusive (le titulaire accorde un droit à une seule personne) ou non exclusive (le titulaire accorde un droit à plusieurs personnes). Mais renoncer à l’exclusivité des droits ne signifie pas pour autant qu’on puisse placer une œuvre sous une licence libre qui, par exemple, suppose que l’œuvre puisse être reproduite, modifiée et diffusée tout en respectant la paternité de l’œuvre mais sans obligation de contrepartie financière, même si une utilisation commerciale d’une œuvre libre est tout à fait fondée. En d’autres termes, le choix d’une diffusion commerciale ou non est de ce fait absolument refusé par cet amendement, comme s’il n’y avait pas d’autre alternative que celle qui consiste à non seulement diffuser de manière commerciale mais aussi, en plus, de devoir conférer à une société de gestion collective la gestion des droits « commerciaux » de l’œuvre. Clairement cet amendement est une manière, pour les sociétés de gestion collective, de « récupérer » le marché de la culture libre qui a l’outrecuidance (malheureux !) de produire des œuvres et les diffuser sans que ces sociétés puissent se faire du blé sur leur dos (déjà en 2010…).

Ainsi, malgré sa révision, l’amendement tue dans l’œuf toute tentative de diffusion d’œuvre sous licence libre :

  • si la diffusion sous licence libre est commerciale, elle doit s’acquitter d’une taxe à la société de gestion collective (mais alors que faire des œuvres dérivée, modifiées, comme le permettent les licences libres, et qui provoquent de ce fait un problème d’identification de l’œuvre et aussi de l’auteur : qui est réputé auteur ? l’auteur originel ? les groupe d’auteurs incluant l’auteur originel et les modificateurs ? etc.),
  • si la diffusion sous licence libre est non-commerciale… elle ne peut plus l’être, vu qu’il faut bien trouver de l’argent pour payer la société de gestion collective,
  • il faut inventer des solutions pour maîtriser la circulation des œuvres de l’esprit de manière à ce qu’elles entrent dans modèle économique imposé, ce qui revient donc, par effet de bord assez immédiat, à aliéner la liberté d’expression.