Archives par mot-clé : musique

Explicite : Putain de RAP

image
L’album PUTAIN DE RAP est disponible ici :
http://www.explicitelesite.fr/rubrique-musique_albums_page_album.php?pa=114
Le titre de l’album annonce le concept : Un constat des « travers » que l’on peut hélas trouver chez ceux qui sont censés représenter ce style musical, au devant de la scène, ainsi que de ce qui l’entoure (public, opposants au Rap). Conflit de générations dans GAMIN ! Psychanalyse d’un Rappeur incapable d’arrêter la vantardise avec JE SUIS TROP FORT. Procès fait au Rap à messages dans POSITIF. « Eléments perturbateurs » dans le circuit de cette industrie musicale avec DES PARASITES.

La musique a-t-elle une valeur ?

La valeur intrinsèque de la musique a été réduite à zéro. Alors que l’art contemporain vaut des millions de par sa simple valeur d’exclusivité.

Wu Tang Clan.

C’est ainsi que le Wu Tang Clan défend sa démarche de ne produire qu’un seul exemplaire de sa musique et d’en faire un objet unique, placé dans un coffre d’argent et gardé au Maroc. Voir leur site dédié à leur démarche.

Scluzay
Scluzay

Bien avant eux, Jean Michel Jarre en 1983 avait fait la même chose avec un album sur vinyle à un exemplaire, Music for supermarkets. Il en avait fait un événement sur RTL en ne le diffusant qu’une seule fois à l’époque et en clamant haut et fort « La musique est à tous les auditeurs que ça intéresse, piratez-le ! ». Par la suite, la matrice de pressage de vinyle a été détruite sous contrôle d’huissier.

En économie, la rareté fait la valeur et ces artistes l’ont bien compris. Mais pas n’importe qui peut se le permettre, il faut créer une valeur qui va dépendre d’un seul facteur, votre notoriété. Dans ce cas, qu’est-ce qui a réellement de la valeur ? La musique, ou la notoriété ? Ne se trompe-t-on pas au final de sujet ?

La musique libre, de son coté, est aussi dans cette démarche de valorisation de l’objet, de valorisation du rapport entre public et artistes car la musique en elle-même n’est une représentation d’une idée, d’un univers. Le support de sa mythologie peut être monnayé (pochette de CD, de vinyle, de K7, concerts, spectacles…). La musique est une idée et sa valeur est à la fois trop grande pour être monnayée et trop petite (car, aujourd’hui, duplicable à l’infini) pour l’être.

La valeur de son support est plus souvent déterminée par le coût de production et le revenu espéré que par sa notoriété (à titre d’exemple la Blender Fondation vend le pack dvd de son dernier court-métrage « Tears Of Steel » 27,20 dollars, qui permettra aussi de financer les films suivants, la même logique chez nos amis de l’AMMD ou Chabanne’s Records).

La notoriété est donc une valeur en soi qui travesti les intentions. Beaucoup d’artistes ou de groupes pensent qu’elle doit être plus importante que le reste. Et souvent, cela se traduit au détriment du contenu qui est déformé pour convenir aux besoins de communication. « De la visibilité », article publié en 2007 résume bien cette idée. Mais les radios indépendantes, les labels indés n’on pas attendus 2007 pour dénoncer les « radio edit », versions des « tubes » taillées pour les diffusions radios FM… avant de faire exactement la même chose plus tard avec leurs radios indés, leurs web-radios indés qui utilisent exactement les mêmes outils que les majors.

Pour aller beaucoup plus loin dans ces réflexions sur l’évolution des valeurs des supports de la musique, je ne saurai que trop vous conseiller cet article, en langue anglaise : the price of music. Ou celui-ci qui illustre les différents services de streaming : http://www.socialband.fr/la-remuneration-des-labels-independants-par-le-streaming/

5000$ pour 1 million de vues sur Youtube… ça fait rêver de nombreux commerciaux et publicitaires, pas beaucoup d’artistes.

(Source : http://www.konbini.com/fr/entertainment-2/wu-tang-clan-vendre-seul-exemplaire-nouvel-album/ )

The AAAHH Records Festival 2014

Pour ceux qui ne connaissent pas l’excellent netlabel aaahh-records, voici une petite session de rattrapage.

Personnellement, je les ai connu depuis 2011, avec la compilation Denmaaarhhrk. Ce netlabel allemand avait invité des artistes danois pour créer une compilation à l’occasion de leur festival annuel… j’ai acheté le disque. 🙂 En même temps je peux vous dire qu’ils sont bien libres puisqu’ils apposent les logos CC dessus.

Denmaaarhhk
Disque reçu, avec un bel effet « vinyle ».

Si je vous en parle, c’est qu’ils organisent un super festival fin août, et que ça va déchirer 🙂

Bonne écoute !

Chabane Records présente : Truite, Potron Potron Lopez

[CTR052] Joergmueller – Heavy Heart

Le Netlabel Cold Tear Records nous offre une réédition de feu ZeECc label qui n’existe plus aujourd’hui.

Joergmueller, avec Heavy Heart nous offre une ambiance particulière teintée de basses profondes et de son obsédants.


Télécharger sur archive.org

Acheter sur Bandcamp

Musique classique en licence libre

Rare et pourtant important pour le signaler. Si vous ne connaissiez pas déjà les OpenGlodbergVariations de Bach par Kimiko Ishizaka, vous avez maintenant Florence Robineau qui place ses interprétations de grands noms de la musique classique sous licences libres (cc-by-sa). Une bien belle initiative !

N.B : Beaucoup d’auteurs de musique classique sont morts depuis quelques années, leurs partitions sont donc libres, mais souvent les ré-interprétations ne le sont pas. Les interprètes disposent de leurs droits voisins pendant 50 ans, voire malheureusement plus car la loi et les directives européennes ont tendance à allonger leurs droits.

N’hésitez pas à la féliciter chaleureusement pour cette démarche.

Logman n Pstump – Synesthesia

Si la trance goa ne vous fait pas peur… :=)

Cet album date de 2013, depuis, ils en ont sorti un autre cette fois-ci en cc-by-sa.