Archives par mot-clé : projets

Les péripéties du lundi – S1 – 2014

« Communiquez plus bande de pignoufs arriérés ! ». Voila en substance la principale critique à laquelle nous avons eu affaire l’an dernier (quoique « pignoufs arriérés » pas trop ; mais l’autre, si).  Beaucoup de gens se sont inquiétés des délais et se sont demandés ce que nous faisions…

Pour des raisons parfaitement compréhensibles, notre présence sur IRC ou les posts sur le forum n’ont pas suffit.

Prenons acte : Ça s’appelle « Les péripéties du lundi » c’est toutes les semaines. Quoi qu’a été fait ? Quoi qu’a va faire ? Mais où est donc Ornicar ? Ca va faquer, et ça va faquer tout de suite.

Ils sont en retard et ils n’appellent même pas pour prévenir (salauds !) !

Les retards et le manque de communication ont une seule et même raison : dans le jargon de chef de projet on appel ça le manque visibilité.

Disons que jusqu’au printemps, on était bien dans les clous, le projet avançait bien, et on a fait nos annonces en toute bonne foi…

Tout aurait dû se passer sans souci.

Bien entendu, comme tout débutant, on est tombé en plein dans le panneau en sous-estimant les inévitables problèmes liés à livraison de notre beau site.

« En un mois max, c’est réglé » qu’on se disait… raté.  Je me souvient pourtant avoir lu  un chapitre « pourquoi on sous-estime toujours les délais » dans un bouquin quelconque. J’avais également en tête  toutes mes expériences professionnels qui allaient dans ce sens… Je suppose qu’il faut se payer la deadline dans les dents à pleine vitesse au moins une fois pour avoir le diplôme.

Et puis les vrais problèmes commencèrent…

A partir de l’été, on s’est retrouvé complètement hors-piste, dans le terrifiant monde des imprévus et des nouveaux problèmes ; ceux dont on ne soupçonnait même pas l’existence un mois auparavant !

Fondamentalement, le travail restait le même, c’est toujours de la programmation…. la seule différence, c’est que je n’avait aucune foutue idée du temps que je mettrais à résoudre lesdits problèmes (je vous assure que c’est diablement angoissant !) !

On a avancé à tâtons. La journée j’échangeais mails et coups de fils avec l’hébergeur (tout en avançant le travail chez moi – où tout marchait bien) et le soir je m’entretenais avec les devs de mediagoblin. Je dis bien le soir (voir la nuit), parce qu’ils sont américains et ne vive pas aux mêmes heures que nous autres GMT+1.

Mais faut en parler quand on a des problèmes ! Appelez la hotline SOS-Dévelopeurs (15cts/min)

Certes oui, il aurait fallut. Mais comme dit plus haut : je ne savais pas trop quoi dire ! Nageant en plein inconnu, je n’étais pas en mesure d’annoncer « 1 jour », « 1 mois », « 1 an »… De plus, après des semaines de 7 jours se terminant chacuns à 1h-2h du matin, je le sentais pas trop de dire « bon ça marche pas et je sais pas quand ça marchera ». L’égo c’est bête, mais ça s’efface pas comme ça.

Accessoirement, il faut continuer à se former : design, ergonomie, programmation, gestion de projet… J’ai une étagère rien que pour ces livres là, et j’ai passé beaucoup de mon temps libre à potasser tout ça.

Oh. Et j’ai entretenu ma santé mentale en m’autorisant quelques moment de vacances, je l’avoue.

Au final, la com’ : à la trappe.

Et pourtant ils tournent ! (titre alternatif : « Les sites webs sortent pas du fondement d’une poule »)

Un ensemble complet de sites pour l’assos (décentralisés mais inter-compatibles), une V3 fonctionnelle (je m’occupe des bugs tantôt), l’ancienne archive de retour, un nouveau design, des contacts pris avec des initiatives locales et internationales…  Rappelez-vous qu’à la même date de l’année dernière PLUS RIEN ne marchait.

Il y a eu du taf. BEAUCOUP de taf.

Ne vous méprennez pas sur mes intentions lorsque j’insiste sur notre labeur. Simplement, j’ai été très surpris de découvrir que beaucoup de gens n’avait pas l’once d’une idée du travail que représentait tout ça.

C’est parfaitement logique et j’aurais dû le voir venir ! Pour beaucoup, un site ça se fait en quelque clics, car la plupart des gens n’ont (heureusement !) pas à lancer VI  ni à programmer du POO, ni même à comprendre ces acronymes barbare pour faire un site !

Mais quand on est dans du multimédia qui gère des utilisateurs et du contenus par pelleteuse de dizaines de milliers, ça ne marche plus pareil.

Je ne vous donnerais qu’un chiffre : la plus célèbre plateforme de streaming française emploi 80 ingénieurs (auxquels s’ajoutent 170 employés : marketing, chefs de projets, design…). Dogmazic c’est 1 personne à temps plein (non rémunéré) et une dizaine de bénévoles actifs sur leur temps libre.

Encore une fois, je ne veux pas de lauriers (je préfère le thym), et sûrement pas que qui que ce soit tombent dans la complaisance (pas de « quand même, c’est du boulot ! »). On a besoin de vos critiques parce qu’on bosse pour une asso qui bosse pour le bien commun (combo X2).

C’est précisément parce qu’on a besoin des critiques les plus pertinentes percutantes et les plus acérées possible que j’explique tout ça.

Les péripéties de la semaine (et du mois) qui vient

Après ce petit bilan (un peu long parce qu’il englobe toute une année), voici ce qui vous attend :

L’archive 2004-2012

En 2014 si on veut pérenniser l’action de l’asso, il va nous falloir tisser des liens et rameuter du monde ! Sans les morceaux, on est pas grand chose. j’ai donc pris du temps (au détriment de la V3) pour remettre les anciens morceaux dans un site tout neuf (l’autre étant inutilisable) avec une base de donnée nettoyée (celle de la V2 était bourrée d’incohérences).  Il reste le player et quelques menus changements ci et là.

N’oubliez pas de signaler les bugs !

Le design

Merci, merci, merci infiniment à Pauline et D.E.C.A.Y de m’avoir envoyé ce nouveau design qu’on a peaufiné pour votre plus grand plaisir ! Il reste quelques zones à finir d’adapter. c’est ce par quoi je vais commencer cet après-midi.

Attention : On va changer de moteur de forum (vanilla forum est très populaire, mais extrêmement mauvais si on veut le modifier) il sera redesigné après la migration !

Côté V3

Il y a des gros-petits bugs plein partout. C’est des trucs qui bloquent le site mais pas nécessairement compliqués à résoudre. J’ai pris du retard pour remettre l’archive en ligne et adapter le nouveau design ( c’était indispensable !). Je m’y remets cette semaine, plus de détails sur les délais et l’avancement dans les prochaines péripéties.

N’oubliez pas de signaler les bugs !

Côté com

Eh bien, maintenant qu’on sait où on va on peut se permettre ces petites mises-à-jour régulières que sont les péripéties. En espérant que vous apprécierez.

Concernant des infos plus régulières, il existe d’ors et déjà des outils de suivi dans github pour que vous vous rendiez compte de mon avancement au jour-le-jour. Ceci dit, je pense aussi aux néophytes et je vais « traduire » ces avancements en langage humain (aujourd’hui c’est écrit en « programmeur » et c’est incompréhensible) … probablement ma deuxième priorité de la semaine.

Les finances et la campagne de don

Après un an passé dans le cambouis, je vais être franc avec vous : cette association à besoin de 3 permanents et ne tiendra pas à moins de 2. C’est un nombre ridicule à côté d’autres sites, mais suffisant (pour l’instant).

Il nous reste tout à (re)construire au niveau des partenariats des modèles économiques alternatifs (pour l’asso et les artistes) et il s’agit d’un travail à temps plein.

De fait, nous allons lancer une campagne de don internationale pour la fin du mois. Voici un autre grand chantier pour le mois de janvier, mais il est indispensable pour la survie à long-terme de l’association !

Voila ce qu’il y a à dire pour le moment, n’hésitez pas à commenter ou à poser des questions pour la semaine 2 des péripéties !

 

A la semaine prochaine

 

T.:.

L.A. 2013, une compilation de soutien à Dogmazic.

L.A. 2013, une compilation de soutien à Dogmazic.

par l’association Taenia Solium [avril 2009]

 »L.A. 2013 », une compilation de soutien au site Dogmazic.net et à l’association Musique Libre. C’est une cassette 13 titres tirée à 300 exemplaires avec pochette sérigraphiée et livret, diffusée à prix libre. Les bénéfices iront soutenir Dogmazic, site de téléchargement gratuit et légal de musiques placées sous licences ouvertes (copyleft).
Cette cassette est disponible auprès des groupes, dans différentes distros et en envoyant un peu d’argent et un mot gentil à notre adresse. Si vous souhaitez la diffuser, contactez-nous.
La compilation est sur la page disques. Ci-dessous, plus de détails.
A bientôt.

FACE A 1. Le Temps des Mobylettes – Laws of destiny /// 2. Dure-Mère – Quien La Mato A Lulu /// 3. Sex Drugs & Rebetiko – Kaigomai /// 4. Fast Arbeit Babies – Nécromancie /// 5. Revengers – N’être humaine /// 6. Unhinged – Personne ne sourit plus FACE B 1. Stanok’n’roll – 4 minutes mortelles /// 2. No Shangsa – Running on mars /// 3. Parpaing – 35 mm /// 4. Scarb – Génisse matrice /// 5. Headwar – Sick Mr /// 6. Marylin Rambo – Bouine Bouine /// 7. Louise Mitchels – Massilia Sauce Guindou

Pour les férus de propriété intellectuelle, voici les licences des morceaux (les utilisations pour lesquelles vous avez l’accord explicite des auteur-e-s) : ici pour Dure-Mère, Scarb, Stanok, No Shangsa, pour les Louise Mitchels et pour Unhinged. Pour Sex Drugs & Rebetiko, Marylin Rambo, Headwar, Parpaing c’est ici, mais pour Le Temps des Mobylettes ça se passe . Enfin, c’est ici pour les Fast Arbeit Babies et pour Ze Revengers.

Pour la commander :

Taenia Solium
10 rue Yves Farge
38600 Fontaine
taenia-solium.net

Une compile K7.
Depuis que l’association taenia solium édite des disques, on a toujours cherché à subvertir les règles du commerce. Comment faire circuler des objets qui ne sont pas des marchandises? On a tenté plusieurs manières : compilations gratuites, disques à prix libre. Aucun de nos disques n’est soumis au copyright classique : la musique est faite pour circuler. C’est donc logiquement qu’on a mis tous les morceaux de nos disques en téléchargement gratuit sur taenia-solium.net et dogmazic.net. Légal, gratuit, associatif, militant : le téléchargement sur Dogmazic est une bonne alternative au réseau social-commercial Myspace.
Mais nous ne sommes pas un ‘net label’. L’existence d’objets physiques qu’on peut prêter, donner ou perdre est très importante pour nous, et nous prenons grand plaisir à fabriquer nous-même les pochettes en nous mettant de l’encre sur les doigts, et à donner ces disques à nos amis ou à des inconnus. Le numérique permet la copie à l’infini sans perte de qualité, mais l’aspect abondance du téléchargement est aussi plein d’effets pervers. On se souviendra toute notre vie du vinyle que notre grande soeur nous a offert à 12 ans, alors qu’un mp3 parmi 25000 autres est vite oublié. Les cadeaux dématérialisés, copiés en 1/4 de seconde ont sûrement moins de valeur qu’un bon vieux bout de plastique et de carton emballé dans du papier-cadeau à fleurs. Sans parler que sous l’image idyllique qui présente internet comme synonyme de Liberté, et le téléchargement comme la transmission planétaire de toute notre production ârtistique, Internet est un réseau farci à la pub, où Big Brother is also downloading you, et où la richesse cesse d’exister sur simple caprice : demain mon disque dur meurt, et les 15 giga de musique que j’avais dessus aussi. Alors je me rabattrais sur mes vinyles, mes cassettes et mes disques!
Bref, nous sommes un peu défiants quant à la dématérialisation de la musique… mais nous sommes sur Dogmazic. Alors une manière que nous avons trouvé de soutenir l’action de Dogmazic et de l’association Musique Libre !, c’est d’éditer cette compilation paradoxale. Une compilation de soutien car même si Dogmazic c’est gratuit ça coûte des sous pour l’entretien et la bande passante (environ 650 euros par mois), et au lieu d’agir en simple consommateur de truc gratuit, et bien là on participe, on soutient.
Une bonne vieille cassette. Analogique. Avec une pochette et un livret. Qui pourra fondre au soleil. Qu’on peut mettre dans un autoradio. Qu’on peut offrir à ses parents. Un bout de plastique fabriqué à Lyon, une pochette imprimée à Grenoble. Un objet vrai dans mes mains, avec du vrai son, pas du mp3 qui supprime une fréquence sur deux sous prétexte que mon oreille fait pas la différence (mais mon coeur si!). En plus si ‘le cd c’est dépassé’ alors la cassette plus personne ne s’en souvient ! Pourtant la cassette c’est bien, c’est solide et ça ne saute pas dans mon vieux camion sur les petites routes. Et enfin une cassette ça à deux faces, pour fabriquer une ambiance de compil, ça change tout !
Finalement, c’est un beau paradoxe de ressortir ce format du passé pour soutenir une association technophile.

Prix Libre ?
Cette cassette coûte environ un euro à la production. 300 exemplaires : 300 euros avancés par taenia solium. Au dessus de 1 euros, les sous sont reversés en soutien à Dogmazic. On s’est dit que ça serait pas mal du coup de vendre cette cassette 3 euros ou 4 euros, peut-être 5. Puis on s’est dit, démerdez vous, soutenez comme vous voulez et pouvez, on ne va pas encore vous imposer un truc! On vend donc cette cassette à prix libre, et les sous récoltés iront dans les caisses de Musique Libre pour continuer l’aventure.

Licences libres et temps de cerveau disponible.
Les licences libres, on peut s’en foutre royalement, soit parce qu’on préfère adhérer à la sacem et assumer la propriété intellectuelle (ainsi que de financer les boites de disques), soit parce qu’on s’en fout de la légalité et que la liberté d’une œuvre n’attend pas l’autorisation de ceux qui font des lois. Quand on est dans ce deuxième cas, il peut arriver qu’en se réveillant un matin on aille sur intenet et qu’on trouve ses morceaux sur un site qui fait du pognon et de la merde. On s’en fout moins d’un coup. Le but n’est pas tant de savoir si les licences libres sont  » la solution  » à un système commercial liberticide, mais de faire des choix : entre partage universel et lutte contre la récupération, entre gratuité désintéressée et gratuité qui permet de rendre ton cerveau disponible à la pub, entre donner ta musique à des mercenaire du Web 2.0 ou la mettre à disposition sur un site où il y a une charte et une éthique claire. Qui a dit que mettre ses morceaux en téléchargement était plus simple que de faire un disque ou une cassette ? En tout cas, ça vaut le coup de soutenir des gens qui font qu’on a encore le choix, comme Dogmazic.

Punk et cie ?

Le choix des groupes qui sont sur cette compilation s’est fait un soir de réunion au vin rouge chez Romain suite à une discussion monumentale sur Los Angeles 2013, et un débat sur son sens profond. Autrement dit on n’a pas tergiversé pour savoir si les groupes qu’on avait envie de mettre c’était du punk ou pas (il paraît que le punk c’est dans ton coeur pas sur ta tête) si c’était uniquement des gens d’un même mouvement ou d’une même famille. En général ces groupes ne recherchent pas la professionnalisation, vendent leur disques pour trois cacahuètes quand ils ne les donnent pas, traversent l’Europe (et même plus) pour un micro-défraiment. Ils évoluent dans les circuits do-it-yourself (alias fais le toi-même ton concert ton disque ton bar ta sécu etc.), Et ça leur plaît, oui, oui, et à nous aussi. Tous les groupes de cette compile ont une page sur Dogmazic.

Los Angeles 2013.

Los Angeles 2013 (Escape from L.A.) est un film américain réalisé par John Carpenter, sorti en 1996. Le débat est donc lancé, film de merde ou film culte ? Pour ma part j’ai un faible pour les films de SF des années 80/90 avec des héros un brin loosers, genre Johnny Mnemonic ou Madmax, alors à Los Angeles 2013, je dis oui !
Mais quel rapport avec cette cassette me direz-vous ?
Et bien c’est simple. Je crois qu’il est possible et même probable que nous voyons de nos yeux le déclin de cette débauche de technologie qui sert d’arme au quotidien. Plus d’internet, plus de satellite, plus de portable donc, ton disque dur te fait un joli serre livre, et là, tu t’aperçoit d’un coup, que t’as plus d’amis parce qu’il étaient sur Faceback et Meetoc, t’as plus de musique car tes 1230 morceaux étaient sur ton i-truc et qu’il marche plus, t’as plus de photos, t’as plus de lettres, etc. Le mot ‘virtuel’ prend donc tout son sens et le mot ‘réalité’ qui lui est juxtaposé parait bien décalé tout d’un coup. La jolie réalité, avec un brin d’indépendance dans le mode de fabrication, un petit objet d’une richesse incroyable qui peut aller de ma main à ta main… Allez Snake, fait plaisir à l’incroyable romantique obscurantiste que je suis, tape 666… et bienvenue chez les humains !

Merci aux groupes, à Olive pour le mastering et à Sylvain pour le lapin.

Association taenia solium, avril 2009.