Archives par mot-clé : Expression

Culture libre : artistes, nous aurons besoin de vous…

Partageons ici une réflexion de Neil Jomunsi (licence CC-By-3.0).

Il y a de l’eau dans le gaz entre la création artistique et internet : chasse au piratage, fermeture des forums, projets de durcissement du droit d’auteur en France comme à Bruxelles… Avec l’indéfectible soutien de la politique, l’industrie culturelle regagne peu à peu le terrain qu’elle avait cédé et entend bien l’étendre encore, menaçant chaque jour davantage l’idée même d’une culture librement partagée.

La question dépasse largement le cadre du piratage : ce sont deux projets de société, radicalement opposés, qui s’affrontent sur le terrain de la création, d’internet et des libertés individuelles. D’un côté les industries culturelles – aidées par l’écrasante majorité du personnel politique qui n’entend que la sauvegarde d’intérêts économiques pourtant de plus en plus concentrés – qui se cachent derrière la protection des artistes pour satisfaire leur soif de contrôle des flux et verrouiller leurs sources de revenus. De l’autre quelques imbéciles, des fous, des utopistes dont je m’honore de faire partie. Ces personnes imaginent un monde où la culture et le savoir circuleraient librement au bénéfice du plus grand nombre, parce qu’elles les croient vecteurs d’élévation et d’émancipation. L’un de ces projets verrouille. L’autre ouvre les portes en grand.

Mais qu’on ne s’y trompe pas : aujourd’hui et sans doute encore demain, c’est l’industrie qui gagne. Car nous ne vivons pas dans un blockbuster hollywoodien où quelques résistants parviennent à vaincre un adversaire en surnombre. Dans notre version du film, ceux qui résistent à ces immenses machines à fric sont moqués et marginalisés. Pire, ils sont accusés de faire du tort à la création tout entière, de promouvoir des idées dangereuses qui mettraient en péril la rémunération des créateurs et la pérennité des structures qui se nourrissent de leur travail. Ces mêmes entreprises – celles qui oublient pourtant toujours de payer les artistes à l’heure, quand il ne s’agit pas de les payer tout court, qui divisent par deux, par trois les montants des rémunérations, qui jouent sur la quantité, quitte à noyer le marché et détruire l’attention du public – voudraient que nous les croyions quand elles disent agir au nom des artistes. Et elles ont raison de le vouloir. Parce que ça fonctionne. Chez les artistes, le syndrome de Stockholm est total. La dichotomie est tellement flagrante que plus personne n’ose la soulever.

Quand le monde s’écroule on se tourne vers les idoles, qu’il s’agisse de la propriété intellectuelle, de la promesse folle d’être celui ou celle qui va réussir, de la lutte contre la barbarie ou le terrorisme. L’immeuble est en feu, pourtant au dernier étage la fumée et la chaleur sont encore supportables. Jusqu’ici tout va bien. Peu importe que nous soyons de plus en plus nombreux à créer, à partager nos créations, et que les places de professionnels soient de plus en plus comptées et précaires : nous nous accrochons à un rêve. Mieux, nous nous accrochons à une histoire. C’est une belle histoire, dont le narrateur est une industrie qu’on pensait affaiblie mais qui reprend du poil de la bête. Ce narrateur est affamé, sa faim est insatiable : il n’arrêtera de manger que quand il n’y aura plus rien sur l’assiette. Dans cette histoire, les artistes servent les plats. Ils les apportent à toute vitesse, de plus en plus vite, ils s’épuisent à la tâche et ignorent fatigue et lassitude. Parce qu’ils sont encore faiblement rémunérés, ils se disent que « ça pourrait être pire », et que « quelqu’un pourrait prendre leur place », et puis il faut bien payer les factures. Quand arrêtera-t-on de se cacher derrière notre petit doigt ? Car le problème ne se cantonne pas à la création : c’est un combat que nous partageons avec tous les précaires. À vouloir sauver nos propres coquilles de noix, nous en oublions de construire l’arche dont nous aurions besoin.

Contre le storytelling de l’industrie, il faut agir. Trouver d’autres vecteurs de rémunération, par exemple, en échange d’une plus libre circulation des créations plus conforme aux usages de nos concitoyens. Cesser de rêver au bestseller et au blockbuster pour créer local, c’est-à-dire à l’échelle humaine et non industrielle. Donner leur chance à des productions de moindre ampleur, plus modestes car plus éthiques, et nous désengager de cette insensibilité croissante qui nous oblige à consommer toujours plus et plus fort. En promouvoir le partage, parce que si on veut être cohérent, on ne verrouille pas derrière des barrières un bien commun profitable à tous. Il y a tant à faire, et si peu de bras volontaires.

Parce que l’industrie et la politique ne céderont plus rien, quitte à empiéter sur nos vies privées et nos droits de citoyens, nous avons le devoir, d’une part, de nous battre, et de l’autre, de proposer des alternatives qui mettent en œuvre dès maintenant ce monde que nous appelons de nos vœux. Convaincre les artistes de s’emparer de ces questions est notre seule chance : les intéresser aux enjeux des Creative Commons en est un exemple très concret. Les aider à comprendre, puis à s’émanciper.

Nous n’avons jamais été si proches de perdre la guerre. Pourtant, je crois qu’une issue heureuse et lumineuse est encore possible. Vous êtes la solution – vous et vous seuls. Pour faire gagner ce que certains appellent une utopie, nous avons besoin de vous. Vous ne serez pas seuls : vous nous trouverez, mes amis et moi, en première ligne sur le champ de bataille.

Nous y rencontrerons-nous ?

Photo d’illustration :
Alejandro Alvarez, via Unsplash

Faites de la zik !

En ce jour de la fête de la musique, faites de la zik !

Aucune redevance Sacem n’est due ce jour pour les scènes amateur, donc profitez-en bien ! Jouez dans la rue, sur les quais, sur les toits jouez ce que vous voulez, reprenez tout et n’importe quoi ! Cette journée est celle de la libre expression en toute quiétude et gratuité !

Publiez vos œuvres originales sur Dogmazic, publiez les sources sur SourceML, jouez du free jazz, de l’électro-noise, du death métal indonésien, du boléro de Ravel, et des musiques d’outre-tombe !

C’est la fête des musiciens, des mélomanes aussi, alors jouez bien !

Nicolas Vigier,
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Fete_de_la_musique_(3672777181).jpg

Vous avez dit « musiques libres ?!? »

Nous étions passés un peu à côté de cette actualité, mais nous nous rattrapons ! 😉

Inciter les gens à découvrir la musique libre n’est pas forcément évident. Le meilleur moyen restant de la faire écouter, la diffusion des 11 titres de la sélection peut être une façon d’interpeller les usagers d’une bibliothèque. Mais cela n’est au final que de la musique enregistrée, que l’on a un peu habitude d’entendre un peu partout dans les différents lieux que l’on fréquente. Pour éveiller l’intérêt, rien ne remplace l’humain… que ce soit tout un chacun via une discussion chaleureuse, des individus gesticulant lors de conférences, des artistes en concert…

Pour cette édition 2017, plusieurs médiathèques ont profité de ce temps de mise en valeur de la musique libre pour proposer une rencontre live avec cette dernière :

La tournée de Ben Cozik

Au moment de sortir son premier EP, Ben Cozik ne s’est pas trop posé de question. Bibliothécaire à la médiathèque de Fougères et adepte de Ziklibrenbib et des licences de libre diffusion, il savait depuis longtemps que The Storm sortirait sous licence Creative Commons (la CC-BY-NC-SA). Et pour fêter l’événement, quoi de plus naturel que de promener sa voix chaude et sa folk gracile de médiathèque en médiathèque pendant l’élection Ziklibrenbib ?

Il sera donc sur les routes du 15 au 25 mai pour vous rencontrer :

  • 15/05 à Nantes (44) (concert privé)
  • 16/05 à la médiathèque de Saint-Georges-des-Coteaux (17) (qui avait déjà accueilli a Singer of Songs en 2015)
  • 17/05 à la médiathèque de Gradignan (33)
  • 18/05 à la médiathèque d’Aire-sur-l’Adour (40)
  • 20/05 à la médiathèque de La Seyne-sur-Mer (83)
  • 23/05 à la médiathèque de Manosque (04)
  • 24/05 à Nogent-sur-Vernisson (45) (concert privé)

Quelques liens : FacebookSoundcloudBandcamp

La tournée de l’animation « Vous avez dit musique libre ? »

Vous voulez en savoir un peu plus sur la musique libre ? Vous trouvez les conférences souvent longues et ennuyeuses ? Alors l’animation « Vous avez dit musique libre ? » est faite pour vous ! Garantie sans diaporama PowerPoint, alternant explications et reprises de chansons libres à la guitare, voilà de quoi passer une heure agréable en compagnie d’un des co-fondateurs de Ziklibrenbib 😉

Rendez-vous du 29 avril au 10 mai :

  • 29/04 à 16h à la médiathèque de Gradignan (33)
  • 02/05 à 18h à la médiathèque de Mimizan (40)
  • 03/05 à 18h à la médiathèque Mériadeck de Bordeaux (33)
  • 04/05 à 18h au Pôle Sud à Saint-Vincent-de-Tyrosse (40)
  • 05/05 à 17h30 à la médiathèque intercommunale André Labarrère de Pau (64)
  • 06/05 à 11h à la médiathèque d’Anglet (64)
  • 06/05 à 17h à la médiathèque de Tarnos (40)
  • 10/05 à 19h à la médiathèque de Broons (22)

Si elles ont lieu près de chez vous, ne manquez surtout pas ces deux animations !! 😉

De la musique libre en live dans vos médiathèques !

Des clips de musiques libres !

Starfrosh a rejoint le site CCtrax pour collecter les meilleures vidéos de musiques diffusées en Creative Commons et en licences libres et ouvertes. De l’avant-garde artistique ou de styles plus convenus, ces vidéos sont partagées et entretenues avec une playliste sur Youtube.

En 48 heures, 8 curateurs ajoutent continuellement des vidéos avec le mot-clé à une liste qui comporte déjà près de 200 vidéos. @blocsonic toutes ces vidéos peuvent être vues sur et

Vous pouvez rejoindre la liste des curateurs en y ajoutant vos vidéos ! N’hésitez pas à rejoindre l’initiative en allant sur ce lien : https://starfrosch.com/2016/12/08/ccvideo-creative-commons-music-videos/

Plus d’informations sur les réseaux avec ce mot-clé :

Quand le Libre s’organise…

Quand le Libre s’organise – Soirée concert le 17 juin

 

 

Parce que le Libre ne vit pas uniquement sur Internet, et qu’il a besoin de faire parler de lui, l’organisation d’événements en son nom s’impose comme une évidence. Une preuve très concrète de son existence en dehors du réseau. L’occasion d’exposer au jour, des projets liés à cette même philosophie du partage. Pourquoi ne pas également profiter de l’opportunité pour rapprocher deux domaines concernés par le Libre : musique et logiciel ?

Dans cette optique, Musique Libre s’est associé à Alolise (Association pour la promotion des Logiciels Libres de Saint-Étienne), en partenariat avec Radio Dio, afin de vous proposer une soirée concert qui accueillera le public désireux de vivre l’événement.

 

alolise_resize
www.alolise.org

 

le vendredi 17 juin, à partir de 20 heures.
salle de spectacle Le Pax, Saint-Etienne.

Paf : 8 euros

Au programme, deux artistes tendance électro :
Bololipsum (Montpellier),
Electro/Circuit Bending, aux sonorités typiquement 8 bits old school.

bololipsum3-1441809729

Site Officiel

Le clip de Laoreet sur Archive.org

Bololipsum sur Dogmazic

 

Mig Inc. (Monts-de-Marsan),
pour de l’Electro/Noise, dans un mix aux ambiances étranges.

MIG INC logo rouge

Blog Officiel

Mig Inc. sur Dogmazic

 

Venez nombreux participer à l’aventure en vrai et en live !

Libre@toi : une web radio qu’elle est bien !

Libre@toi est une web-radio qui se propose de diffuser une émission  consacrée à la musique libre. Libre Zic ! prend la forme suivante : 1 album ou une compilation d’un artiste en particulier suivi d’une compilation des coups de cœur de la semaine. Bien sûr ils ne manquent pas de mentionner les moyens d’aller trouver par soi-même la dite musique (site consacrés etc…).
Les émissions sont podcastable sur leur site.

« Tu ne changeras jamais les choses en combattant ce qui existe déjà. Pour changer les choses, construis un nouveau modèle qui rendra l’ancien obsolète. »
Buckminster Fuller

Demerdenzizich Licence

Nous avons retrouvé une licence de diffusion pour le moins exotique, la « Demerdenzizich Licence » ! (elle rejoint les nombreuses licences répertoriées sur Dogmazic, ce qui veut dire que vous pouvez d’ors et déjà publier vos œuvres avec cette licence !)

Voici le texte intégral ici :

=========== Demerdenzizicht Licence ===========

1 : Le présent document prétend être le fruit de l'égo demesuré de son
auteur. Il a été révélé sur l'usenet, et sombrera rapidement dans
l'oubli qu'il mérite. Toute créature convaincue, à tort ou à raison de
jouir de cette qualité qu'on nomme "libre arbitre" a le droit
souverain et imprescriptible d'en faire quelqu'usage qui lui semble
bon, surtout s'il est inutile ou parfaitement trivial.

2 : Tout ce que vous croirez lire dans ce document n'est que
CONNERIES. Le seul usage pour lequel l'auteur l'a écrit est de donner
et se donner un peu de bon temps. S'il se trouve sur ton disque ou ton
écran, c'est sans doute de par ta volonté, et grand bien te fasse : tu
as ma bénédiction.

3 : Bien que quelques fâcheux trouveront des similitudes troublantes
entre les personnages et les faits décrits dans ce document, l'auteur
prétend avec la plus constante hypocrisie que tel n'est pas le cas et
que ce document, ainsi que sa license d'utilisation, relèvent de la
dénomination de PA-RO-DIE.

4 : Vous avez le droit de vous faire insulter par vos relations en
republiant ce message à tort et à travers par tous moyens et sous
toutes formes matérielles et immatérielles, présentes, passées et à
venir, ainsi que par tous les moyens que même l'auteur ne peut
imaginer, ainsi que de le modifier ou de prétendre que vous en êtes
l'auteur si ça vous chauffe.

5 : Vas en paix, sois libre, et baisse un peu la 'zique, ya le voisin
qu'a des chaleurs.

Tiré de : http://la.buvette.org/fmbl/Demerdenzizicht-Licence.txt

😉 tth

Les Ostrichs D’Or de la musique libre 2015

Salut,

Il y a eu cette petite idée évoquée rapidement  en passant, il y a quelques semaines,  sur notre canal IRC  : maintenant qu’on a des statistiques de lectures, qui courent sur une année à l’instant où on les regarde, pourquoi ne pas « sauvegarder » pour référence, chaque année début janvier, ce qui a été populaire sur Dogmazic sur l’année écoulée ?

Voici donc (roulements de tambour) l’édition 2015, la première des Ostrichs d’Or de la musique libre ! Histoire de vous donner quelques liens vers des projets musicaux qui ont été plus ou moins plébiscités par le public sur l’année qui vient de se terminer, et de favoriser peut être quelques belles découvertes musicales !

Vous l’aurez peut-être deviné, il ne s’agit pas d’un panorama d’albums et de morceaux publiés en 2015,  mais de ce qui a été écouté au cours de cette même année. Vous trouverez donc dans cette liste des choses parfois bien plus anciennes.

(Et, non, nous ne distribuerons pas de statuettes en or massif  aux gagnants)

Paré ? C’est parti :

Catégorie : single de l’année 2015

  1. Throw And Tears par Maz Plant Out
  2. le cauchemar par Miss Hélium
  3. ‘ori  par faridb.

Catégorie : album de l’année 2015

  1. Sans Albums par Realaze
  2. Musiques de Films par AlbanLePsy
  3. Unknown par faridb

Catégorie : artiste de l’année 2015

  1. AlbanLePsy
  2. Realaze
  3. Exorciste de style

Voilà, c’est tout ! En vous souhaitant une belle année 2016 riche en découvertes musicales… Si vous ne savez pas trop où chercher, ça fera déjà quelques pistes !

Shangril pour la Dogmazic Team